De la gratuité de l’enseignement de base à l’épineuse question de l’insécurité dans la partie Est de la RD Congo, en passant par le solde des militaires, Moïse Katumbi Chapwe, Président de la plateforme politique «Ensemble pour le Changement» et l’un des fondateurs de ‘’Lamuka’’, n’a rien laissé en marge de son meeting populaire qui a eu lieu samedi 26 octobre dernier à Goma, dans la province du Nord-Kivu.

Le début de sa grande tournée dénommée ‘’Safari’’, aura ainsi permis à l’opinion nationale de découvrir un nouveau lexique dans le chef de celui que d’aucuns considèrent comme le porte-parole du peuple congolais. «Opposition républicaine et exigeante», voilà le rôle que compte jouer l’ex gouverneur de l’ancienne province du Katanga au sein de l’arène politique actuelle.

Meeting à l’allure d’une campagne
Visiblement, samedi 26 octobre 2019, était loin comparativement aux autres jours de la semaine. Les militants d’Ensemble pour le Changement avaient, en masse, pris d’assaut le stade Afya de Goma. Le décor étant planté, ce meeting avait l’allure d’une véritable campagne électorale. Escorté par des partisans très enthousiastes, Katumbi n’avait pas tardé dès son entrée à circonscrire le cadre. «Nous ne sommes pas là en campagne électorale», dit-il, avec sa voix mêlant probablement la mélancolie d’un regret profond de n’avoir pas été candidat à l’élection présidentielle de décembre 2018. Pour Katumbi, son problème est le bien-être de la population congolaise.
«2023, C’est encore loin. Mon travail dans l’opposition, c’est de sauver la population. Je n’ai pas 2023 en tête. C’est à quoi je pense, c’est vous ! Vos salaires doivent être améliorés, les routes, l’insécurité, etc.», a-t-il rappelé.

Gratuité de l’enseignement à l’ordre du jour
Devant ses militants au Stade Afya de Goma (Nord-Kivu), Katumbi Chapwe a abordé plusieurs sujets dont celui de la gratuité de l’enseignement de base. A l’en croire, il faut que le gouvernement ne s’arrête pas à la proclamation de la gratuité de l’enseignement, mais aussi et surtout assurer une bonne prise en charge des enseignants. « Quand on parle de la gratuité de l’enseignement primaire partout, le gouvernement doit être sérieux. Quand ils parlent de la gratuité, il faut également que les enseignants soient payés correctement», a en outre martelé celui qui fait l’Opposition républicaine, dont l’objectif principal est d’aider à faire avancer le pays. Et de préciser : « Nous voulons une forte opposition. Celle qui va suivre l’application de la gratuité de l’enseignement, la sécurité, les routes, les tracasseries, la création d’emplois, l’amélioration des salaires ».

La revalorisation de solde des militaires
Après qu’il ait recueilli les plaintes des habitants en lien avec l’insécurité dûment à l’activisme des groupes armés dans cette partie du pays, Katumbi a laissé entendre que la lutte efficace contre l’insécurité passe, ipso facto, par l’amélioration des salaires des militaires. «La sécurité dépend des salaires des militaires. Ils ne peuvent aller au front avec un salaire de 60 USD. Est-ce que si les soldats ont 1000 USD ils ne peuvent pas se battre ? Nous sommes en train de chercher des solutions définitives. Nous avons une forte armée mais abandonnée par le gouvernement. Même si vous me donnez une arme mais un salaire de 40 ou 50 USD, est-ce que vais me battre ? », S’est-il interrogé. ‘’Nos militaires sont des vrais patriotes. Je suis venu écouter. Les salaires des militaires vont constituer mon cheval de bataille‘’, a-t-il renchéri.

Création d’un parti politique
Au stade Afya, entouré de Muhindo Nzangi, Solomon Idi, Olivier Kamitatu et Christian Mwando, le leader de la plateforme ‘’Ensemble pour le changement’’ a annoncé brièvement la création prochaine de son propre parti politique. A ce propos, il ne s’est pas empêché de demander l’autorisation à ses fanatiques. «Combien veulent que je reste dans l’opposition ? Je viens vous demander l’autorisation de créer mon parti politique. Là nous avons l’autorisation et la bénédiction de votre part… Le changement, c’est la volonté de la population », a déclaré ce cofondateur de la plateforme Lamuka.

Il sied de signaler que ce lundi 28 octobre, après Goma, Katumbi va se rendre à Beni et à Butembo. A l’issue de ce périple dans ces trois villes de la province du Nord-Kivu, il sera mardi 29 octobre à Bukavu (Sud-Kivu) pour la poursuite de sa tournée dite de safari. Son programme prévoit également une visite à Bunia (Ituri) le 31 octobre avant la dernière étape à Kindu samedi 2 novembre pour un retour à Lubumbashi le 4 novembre où plusieurs activités politiques sont prévues. A l’heure actuelle où une forme de guéguerre est née au sein de Lamuka, maints analystes voient en ce meeting un véritable rapport des forces dont l’objectif reste à déterminer le vrai leader dans le rang de l’Opposition.

Merdi Bosengele