*Après avoir notamment entrepris les contacts politiques de haut niveau auprès de quelques responsables des institutions du pays, le groupe des 31 députés nationaux victimes des arrêts de superposition (G31) reviennent à la charge.

Toujours à la traîne, ils disent avoir épuisé toutes les voies de recours à ce jour, et se réservent encore le droit de recourir à des manifestations pacifiques de grande envergure et de saisir les instances internationales compétentes déjà suffisament documentées sur leur dossier. Dans un communiqué rendu public le mercredi 18 septembre 2019, ce groupe dénonce la validation des pouvoirs des députés nationaux «proclamés frauduleusement au terme de la fameuse correction des erreurs matérielles par la Chambre spéciale de la Cour constitutionnelle». Face à cela, ces 31 députés demandent au Chef de l’Etat d’user de son pouvoir constitutionnel pour que la solution politique envisagée soit clarifiée et devienne une réalité. Ils demandent également à la Présidente de l’Assemblée nationale le respect de sa parole donnée lors de la rencontre du mois d’août dernier avec la délégation de 31 députés nationaux victimes des arrêts de superposition. A ce jour, ils se considèrent toujours comme de vrais élus proclamés dans le respect de la Constitution.

GDO 10

GDO 11

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout