Dernières publications

Au cours d’une activité organisée le week-end à la permanence du parti par l’interfédéral de l’UDPS grand Kasaï, Augustin Kabuya, Secrétaire général dudit parti est monté au créneau pour mettre en garde certaines personnalités qui, selon lui, se permettent de déplacer de langages désolants à l’endroit du Chef de l’Etat.

« Le Président de la République n’est pas votre ami, ne profitez pas de sa bonne éducation pour dire n’importe quoi », a-t-il prévenu. Sans pourtant citer les noms de ces personnes qu’il dit maîtriser les identités. A cet effet, Augustin Kabuya n’a pas exclu la possibilité de convoquer une matinée politique pour ‘’démystifier’’ ces gens qui n’auraient pas du respect envers le premier citoyen congolais.

«Le Chef de l’Etat n’est pas votre petit en politique. Celui qui a dit des bêtises doit savoir que s’il continue sur cette voie, je vais le recadrer et le mettre à sa place parce que je n’ai peur de personne. Un Président de la République respecté partout à travers le monde, vous voulez profiter de sa bonne éducation pour dire des faussetés sur sa personne. Je vous mets en garde, si vous ne voulez pas que je puisse convoquer une matinée spéciale pour citer vos noms et parler de vos parcours politiques peu reluisants, mettez immédiatement fin à vos aventures», a averti la voix autorisée de l’Udps. Par ailleurs, il estime que le Chef de l’Etat n’est pas n’importe quel homme politique à qui il faut s’adresser avec irrespect. « Le problème est que le Chef de l’Etat est un homme très bien éduqué par ses parents. Il respecte tout le monde, mais cela ne donne pas une occasion à qui que ce soit de tenir un langage irresponsable contre lui », a-t-il renchéri.

En outre, Kabuya a invité les combattantes et combattants à se méfier des gens qui se déguisent comme des Tshisekedistes alors qu’ils ont des intentions de nuire aux intérêts du parti. « L’héritage est resté entre nos mains à l’UDPS. Raison pour laquelle nous avons parachevé son œuvre politique en ramenant le parti à la magistrature suprême. Il n’y a pas autre chose qu’ils cherchent, c’est juste la jalousie. Ils ont combattu Tshisekedi père, maintenant ils veulent maintenant son fils mais malheureusement cela est sans nul et sans effet», a tonné le SG du parti présidentiel.

Accord FCC-CACH
Augustin Kabuya a également abordé la question relative à l’accord entre le Front Commun pour le Congo et le Cap pour le Changement. Il a tenu à louer la sagesse du Chef de l’Etat. « Le Président de la République n’a trahi personne, au contraire, ceux qui parlent en mal de cet accord ont trahi son père depuis Mobutu jusqu’à la CENCO. Notre Chef est un visionnaire. Il a refusé de ramener le pays dans la même situation confuse de 1960 durant laquelle le Président Kasa-Vubu et le Premier Ministre Lumumba ont vécu dans les guerres d’esprit inutiles car, Lumumba détenait la majorité parlementaire de son côté, et Kasa-vubu se contentait de son pouvoir présidentiel. Aujourd’hui, c’est la même situation qui se répète avec Joseph Kabila et son FCC qui ont la majorité parlementaire. Nous étions obligés de composer avec eux pour sauver les intérêts de la population congolaise ».

Abordant les polémiques liées à l’octroi de certains ministères régaliens au FCC, Kabuya Tshilumba révèle « qu’il n’y a aucune disposition constitutionnelle qui stipule que les ministères de souveraineté sont une propriété privée du Chef de l’Etat mais plutôt un domaine de collaboration entre le Président de la République et le Premier Ministre ».

Gaston Kisanga

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout