Il aura ainsi siégé pendant près de 6 mois à l’Assemblée nationale, en tant que Député national pour cette législature en cours.

Bathé Ndjoloko, élu de la circonscription de Pangi dans le Maniema, à la veille du 59ème anniversaire de l’indépendance de la RD Congo, a accordé une interview au journal La Prospérité, au cours de laquelle, il a brossé de manière luminaire les points saillants d’actualité. Des invalidations des Députés nationaux et sénateurs dont la plupart sont de Lamuka, évoquant l’absence d’un Gouvernement après près de 6 mois depuis l’alternance au sommet de l’Etat, en passant par la crise de légitimité, la problématique de l‘insécurité à l’Est du pays et, enfin, la recrudescence de la maladie à virus Ebola, Bathé Ndjoloko a, au final, lancé un appel à l’apaisement.

Apprentissage politique
Réagissant sur les tractations politiques entre les principaux ténors de la coalition FCC de Joseph Kabila et CACH du Président Félix Tshisekedi, en rapport avec la formation du Gouvernement, Bathé Ndjoloko a laissé entendre que la RDC est en train de traverser une étape d’apprentissage politique. D’autant plus que, argumente-t-il, le pays vient de franchir politiquement une autre expérience inédite, où il y a eu passation du pouvoir la moins brutale et la plus pacifique qu’il soit. Et donc, nul n’est question d’une navigation à vue, plutôt, d’un apprentissage politique de tous les congolais qui n’ont jamais vécu cette situation dans le passé, note l’élu de Pangi. Dans son argumentaire, ce Député et membre de la plateforme FCC mentionne que cette étape est non seulement cruciale, mais aussi décisive. A l’en croire, les protagonistes politiques, le peuple congolais et la communauté internationale ne s’étaient pas préparés mentalement de vivre cette situation survenue au lendemain de la publication des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 30 décembre 2018 où l’on a eu un Président entrant qui n’a pas la majorité au sein du parlement, alors que le sortant détient toujours cette majorité. Face à cette nouvelle expérience, l’élu de Pangi, véritable homme de paix et artisan de l’unité, privilégie ainsi le fait de vivre ensemble.

Quid des invalidations ?
A propos de l’invalidation des Députés et Sénateurs dont la plupart sont membres de la plateforme politique Lamuka, l’élu de Pangi n’entend point qu’il y ait eu une certaine catégorie de Députés visés. «L’invalidation de Députés, je ne pense pas qu’il y ait eu un cas spécifique, qui aurait visé tel ou tel autre groupe. Moi, j’ai été attaqué par deux collègues du Front Commun pour le Congo. Ils ont mené des actions judiciaires contre moi pour qu’on m’invalide », éclaire-t-il. Et de signifier : « Ils m’ont attaqué, ne sachant pas que j’avais bien ficelé ma candidature, tous mes documents. Et on pouvait aussi m’invalider si jamais on trouvait une faille dans mon dossier et là, qu’est-ce que j’allais dire ? Parce que c’est le FCC contre le FCC». Comme pour dire que, les invalidations ne ciblent pas seulement Lamuka mais aussi quelques collègues du FCC.

A l’entendre parler, ces invalidations ne consolident pas l’amour entre citoyens, il estime que l’on aurait dû procéder à ces invalidations dans les deux mois, non pas au bout de 5 mois. Puisque, quelqu’un qui a siégé pendant près de 6 mois, être invalidé au final, ne pourra pas s’en remettre physiquement et mentalement. C’est pourquoi, décrie-t-il ce dysfonctionnement enregistré de la part de la Cour constitutionnelle.

Les valeurs cardinales
Ramassant pêle-mêle les questions qui bouillonnent encore dans les occiputs des congolais lambda, cet ancien Directeur des opérations de riposte contre Ebola en RDC a, en outre, livré des pistes des solutions afin qu’il règne un climat de paix en RDC. C’est ainsi qu’il insiste sur les valeurs cardinales que les citoyens congolais devaient à tout prix inculquer. «Tout citoyen congolais trouve que celui qui doit à la République et non la République qui lui doit », martèle-t-il. Et de s’interroger : «Qu’est-ce que tu as fait pour la République ? Aimer sans condition son pays, c’est se dire dans ma vie de tous les jours, qu’est-ce que j’ai fais pour rendre ce pays prospère, le patriotisme».
Pour l’insécurité, il n’a pas manqué de prêcher la paix et l’unité entre congolais. En rapport avec la propagation de la maladie à virus Ebola, ce médecin expérimenté insiste sur l’hygiène hospitalière. Un système de santé suffisamment fort mais aussi un système communautaire solide.

La Pros.

 

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout