Dernières publications

Le Ministre des Postes, Télécommunications, Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication a reçu, en audience, jeudi 31 octobre, une délégation des représentants de la société sud-africaine African Union Financial Services (AUFS), accompagnés de ceux de l’entreprise biélorusse Belintersat.

La salle Garamba, située dans le Nouveau bâtiment administratif, a abrité le mardi 29 octobre dernier, de 9 heures à 17 heures, le Forum sur l’information et la sensibilisation des officiers de l’Etat- civil sur la prévention de l’Apatridie en République Démocratique du Congo.

Le Haut Conseil des ministres de la Francophonie s’est réuni, lundi 21 octobre 2019, dans la capitale congolaise. Juste après, s’en est suivie la cérémonie de signature du Cahier des charges de l’OIF, pour l’organisation des 9èmes Jeux de la Francophonie à Kinshasa, en 2021.

Avocat, enseignant en droit constitutionnel et président du parti Alliance des démocrates pour une nouvelle République (ADN), Me Patrick Civava a, à travers une tribune, émis son point de vue qu’il veut de logique, concernant les débats autour de la légalité d’une éventuelle candidature de Joseph Kabila à la présidentielle de 2023.

Résolu d’atteindre l’objectif ‘’zéro agent fictifs d’ici 2020’’, le Vice-premier ministre, ministre de Budget a convié les banques à contribuer favorablement à l’identification des agents et fonctionnaires de l’Etat qui touchent deux ou trois salaires, avec des identités différentes.

La Société Congolaise des Postes et Télécommunications (SCPT), en partenariat avec l’Equipementier HUAWEI TECHNOLOGIE, a organisé mardi 29 octobre 2019 à la concession Cobra dans la commune de Limete, une cérémonie en rapport avec le projet ‘’Réseau national Backbone de la phase Une Moanda-Kinshasa’’.

Kitenge Yesu, haut représentant et envoyé spécial du chef de l’Etat, a reçu le mercredi 23 octobre dernier dans son cabinet de travail, le comité directeur de Grand Kasaï Fondation (GKF), sous la conduite de son nouveau président national, l’ingénieur Cless Muepu Katombe. Ils ont abordé le dossier Denis Kambayi dont l’affaire entre le Grand Kasaï Fondation et lui au Tribunal de Grande instance de Kinshasa/Gombe a été renvoyée à un mois, pour permettre aux différentes parties de se communiquer les pièces. Cette demande émanait des avocats de Denis Kambayi, chose qui étonne plus d’une personne.

En effet, les membres de Grand Kasaï Fondation ne comprennent pas pourquoi l’ancien président de cette structure ne veut pas abandonner le bâton de commandement.
Il sied de souligner qu’ayant appris avec stupéfaction une déclaration signée en date du 29 août 2019 par deux personnes, sans titre ni qualité, se réclamant être membres du collège des fondateurs de cette association, le collège des fondateurs constate que M. Didier Lukusa, un des signataires de ladite déclaration comme rapporteur, n’a jamais été membre fondateur de Grand Kasaï Fondation.

De même, M. Roger Nkate, bien que membre fondateur, n’a jamais été doyen du collège des fondateurs et ne peut en aucun cas engager celui-ci au regard des statuts et règlement intérieur qui régissent l’association. Et le collège des fondateurs note que l’Ir. Muepu Katombe Cless, élu démocratiquement, régulièrement et légalement le 24 août 2019 au regard des statuts, est le président de Grand Kasaï Fondation Asbl.

En cette qualité, il est le seul habilité à engager l’association. Enfin, le sénateur Denis Kambayi, président honoraire ne peut plus engager le grand Kasaï sous quelque forme que ce soit, sous peine des poursuites judiciaires et doit à cet effet et sans délai remettre au secrétaire général tous les documents légaux de l’Association qu’il détient.

Dorcas Nzumea

 

Sous l’égide du Ministère de la Justice et garde des Sceaux, la Cellule Technique de Lutte Contre l’Impunité (CTLCI) a organisé, jeudi 24 octobre 2019, à l’hôtel Sultani, une cérémonie qui a marqué en premier lieu, l’ouverture de l’atelier d’enrichissement et de validation du rapport de l’examen de la RD. Congo sur la mise en œuvre de la convention des Nations Unies contre la corruption pour le premier cycle, qui couvre le chapitre III sur l’incrimination, détection et répression notamment, le chapitre IV sur la coopération internationale.

*Le Comité exécutif de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE-RDC) éprouve sa satisfaction à la suite de la mention « Progrès significatifs » attribuée au pays par le Conseil d’Administration de l’ITIE internationale, réuni à Addis-Abeba en Ethiopie, le mercredi 16 octobre 2019.La satisfaction a été manifestée lors de sa 95ème réunion extraordinaire, présidée par la Vice-Premier Ministre, Ministre du Plan, Mme Elysée Munembwe Tamukumwe, dans son cabinet de travail, sous sa casquette de Présidente de ce Comité Exécutif.
Ce résultat positif obtenu est, faut-il le rappeler, le couronnement d’une mise en œuvre ouverte et rigoureuse du processus ITIE en RDC par les parties prenantes, à l’issue de la première validation débuté depuis le 1er octobre 2018.
Le Comité Exécutif de l’ITIE-RDC s’est, néanmoins, engagé à améliorer quelques mesures correctives indexées par le Conseil d’Administration, d’ici 18 mois.
Eu égard à cela, les parties prenantes ont convenu d’élaborer une feuille de route dans le délai, afin d’atteindre le niveau de « Progrès satisfaisants ou exceptionnels», à l’issue de la seconde validation qui démarre le 16 avril 2021.
Il sied de retenir, par ailleurs que, le caractère exceptionnel de cette réunion a tenu à plusieurs raisons.
Il s’est d’abord agi d’une rencontre de prise de contact entre les nouveaux membres du Groupe Multipartite, après formation du nouveau gouvernement de l’ère Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et Ilunga Ilunkamba.
Enfin, cette réunion est intervenue au lendemain de la décision de la validation et à la veille de l’arrivée en RDC d’une mission du Secrétariat international de l’ITIE.
Ci-après, le communiqué de presse sanctionnant ce conseil d’Administration de l’ITIE Internationale concernant la validation de la RDC.

LPM

ITIE RDC
Comité Exécutif
Communiqué de presse du Comité national de l'ITIE-RDC relatif à la décision du Conseil d'Administration de l’ITIE Internationale concernant la validation de la République Démocratique du Congo
Le Comité National de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives en République Démocratique du Congo, ITIE-RDC en sigle, a appris, par la voie du Secrétariat International de l’ITIE, que le Conseil d'Administration de l’ITIE Internationale, réuni à Addis-Abeba en Ethiopie, le mercredi 16 octobre 2019, après examen du Rapport de validation de la RDC, a décidé que cette dernière a accompli des progrès significatifs dans la mise en œuvre de I’ITIE à l’issue de la première validation qui a débuté, le 1er octobre 2018.
Au cours de la même réunion, le Conseil d'Administration a aussi convenu des mesures correctives à mettre en œuvre par le Comité National de I’ITIE-RDC dans un délai de dix-huit (18) mois.
Réuni en session extraordinaire, le 17 octobre 2019 pour, entre autres, analyser la décision du Conseil d'Administration, le Comité Exécutif de I’ITIE-RDC s'est félicité des progrès réalisés dans l’atteinte de beaucoup d'exigences de la Norme ITIE, voire dans le dépassement de certaines.
Il a réaffirmé son engagement à poursuivre la mise en œuvre du processus et à rencontrer les mesures correctives édictées par le Conseil d'Administration.
Pour ce faire, le Comité Exécutif a convenu d’élaborer une Feuille de route pour la mise en œuvre de ces mesures dans le délai, afin d'atteindre le niveau de progrès satisfaisant ou exceptionnel à l'issue de la deuxième validation qui démarrera, le 16 avril 2021.
Fait à Kinshasa, le 19/10/2019
Elysée MUNEMBWE TAMUKUMWE
Vice-Premier Ministre, Ministre du Plan
Présidente du Comité Exécutif de l’ITIE-RDC

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout