Malgré les négociations entre le gouvernement central et le Conseil Supérieur de la magistrature, les magistrats grévistes poursuivent leur débrayage.

Ils sont toujours dans l’enclos du palais de la justice, avec sifflet et autres objets pour faire écouter à qui veut l’entendre leurs revendications, comme ils les font depuis le début de la grève. Ce constat a été fait jeudi 20 février 2020. Une grève qui a commencé il y a une dizaine de jours, a pour revendication l’application de la grille barémique transmise au gouvernement depuis juin 2019 et l’amélioration des conditions de travail, et ce, en vue de la concrétisation de la disposition constitutionnelle qui consacre la gratuité de la justice. Les grévistes font appel aux partenaires judiciaires à se joindre à eux pour une bonne administration de la justice et pour que la lutte contre la mendicité et la corruption prônée par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi soit effective.

Il appert que la grève des magistrats est loin de finir. C‘est une grève à la peau dure. Elle rassemble tous les syndicats des magistrats sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo. D’après le deuxième vice-président du Syndicat Autonome des Magistrats du Congo, SYNAMAC, Kibundila Mulilindi, la grève va se poursuivre jusqu’à ce que le gouvernement donne des solutions idoines à leurs revendications. « La grève actuelle n’est pas limitée dans le temps », ont affirmé les magistrats grévistes. Pour sa part, Kibundila a affirmé au nom du syndicat que la grève actuelle va se poursuivra jusqu’à ce que le gouvernement réponde favorablement aux revendications des magistrats. «Nous sommes en cessation de service et moi-même je n’en connais pas la limite et même toutes les organisations syndicales n’en connaissent pas la limite. La limite, c’est la réponse à donner au budget qui a été élaboré par le conseil supérieur de la magistrature », a affirmé le deuxième vice-président du SYNAMAC.

En guise de rappel, mardi 18 février 2020, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba avait reçu en audience une délégation de Conseil Supérieur de la Magistrature conduite par son président intérimaire, Professeur Félix Vunduawe te Pemako et les membres du Synamag. Il a été question d'examiner les revendications des magistrats en grève et de proposer des solutions. Sur ce, le Premier président du Conseil d’Etat Félix Vunduawe avait affirmé que le Premier ministre est très sensible à toutes les revendications des magistrats et ils sont appelés à faire confiance au Chef du gouvernement central. Les magistrats, quant à eux, ont sollicité un report pour se concerter avec leur base et revenir pour poursuivre les négociations. De l’autre côté, le Bâtonnier Coco Kayudi avait demandé aux magistrats de reprendre le travail et de continuer le dialogue avec le gouvernement.

Ornella Muleka

Statistiques

4786737
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
2067
9877
25085
4690826
42018
640929
4786737

Your IP: 3.83.188.254
2020-04-08 06:08

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg