*La bataille électorale a bel et bien commencé en RD Congo. Chaque camp politique affûte son arsenal en vue d’une victoire éclatante, le dimanche 23 décembre prochain. Triomphalement, le candidat commun de l’Opposition, Martin Fayulu Madidi, a été accueilli à Kinshasa.

Après avoir conclu un accord à Naïrobi, le tandem Félix Tshisekedi – Vital Kamerhe a eu droit à un bain de foule similaire à son retour au pays. Pendant ce temps, le champion du FCC, Emmanuel Ramazani Shadary, est l’assaut du Grand Katanga. Avec la bénédiction de son parti, le Mouvement de Libération du Congo (MLC), le bouillant Désiré Mbonzi wa Mbonzi vient d’être désigné responsable en charge de la mobilisation et propagande de la Coalition Lamaku chère à Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Adolphe Muzito et Freddy Matungulu. Avec sa légendaire verve oratoire, sans langue de bois, ce mobilisateur hors-pair promet de «dekabiliser» la RD Congo. Car, selon lui, FCC égal AFDL de «triste mémoire». Mbonzi wa Mbonzi met, par ailleurs, en garde Fatshi et Kamerhe, «les deux larrons», deux leaders politiquement morts après leur revirement rocambolesque de l’accord de Genève, et, surtout, leurs lieutenants qui ont pris la mauvaise habitude d’injurier le leader Bemba à travers les réseaux sociaux. Pendant cette campagne électorale, il promet la flamme à Kinshasa, bastion de la Coalition Lamuka. «La technique d’encerclement que peut jouer la Coalition Lamuka est assez forte», a-t-il martelé. Candidat à la députation provinciale, Désiré Mbonzi brosse, enfin, la carte postale de la commune de Limete dont il aimerait être porteur. Ci-après, l’intégralité de cette interview exclusive réalisée dans son bureau au siège du MLC. Lisez-la.

Entretien

La Prospérité : M. Désiré Mbonzi wa Mbonzi, vous venez d’être désigné responsable de la mobilisation et propagande de la Coalition Lamuka qui soutient le candidat commun de l’Opposition, Martin Fayulu Madidi. Quels sont vos sentiments ?

Désiré Mbonzi : Mes sentiments sont toujours les meilleurs comme ç’a été. Ici, il est question simplement de concrétiser un plan qui est aussi celui de notre parti, le Mouvement de Libération du Congo, est celui-là. A travers son président national, Jean-Pierre Bemba, le MLC est signataire de cette dynamique Lamuka. Le MLC est décidé d’aller jusqu’au bout dans ses engagements, contrairement à d’autres formations politiques que vous connaissez, qui n’ont pas des points de vue assez standards. Et qui, aujourd’hui, vous parlent de Dieu, demain, vous parlent d’Allah, le lendemain, vous parleraient peut-être d’un fétiche. L’engagement du MLC n’est pas changeant. Notre parti demeure constant dans ses points de vue. Et voilà la concrétisation de ce qui a été signé à Genève. Deuxièmement, la hiérarchie de mon parti, qui est bien consciente de mon engagement, a bien voulu me proposer à ce poste au niveau de cette dynamique. Voilà tout.

LP : Le retour de votre candidat commun, Martin Fayulu, a drainé une foule immense à Kinshasa. Et au moment où nous réalisons cette interview, le tandem Félix Tshisekedi – Vital Kamerhe en provenance du Kenya est en train de rééditer pratiquement la même mobilisation. Cela vous fait-il peur ?

DM : Vous savez, Kinshasa compte plus de 10 millions d’habitants. Et les motivations qui amèneraient les gens à sortir dans la rue sont multiples. Il y a les curieux, il y a les militants engagés, et il y a les passants. Fayulu est venu, au nom de la dynamique Lamuka. Les autres viennent, au nom de ce qu’ils savent faire et peuvent faire. Nous n’avons pas à spéculer autour de leur action. Nous, nous réfléchissons sur ce que nous sommes appelés à faire. C’est ce qui nous intéresse le plus. Ce qui est vrai et certain, la Coalition Lamuka regroupe en son sein 5 partis de grand impact dans ce pays. Non pas l’impact régional mais national. La technique d’encerclement que peut jouer la Coalition Lamuka est assez forte. Dans le Grand Katanga, vous avez Moïse Katumbi, Kyungu wa Kumwanza, Mwando Nsimba et d’autres qui vont battre campagne là-bas. Ce qui n’est pas évident pour l’autre camp. Nous n’avons pas aussi à indiquer une quelconque résistance dans cette partie du pays. Dans le Sud-Kivu, vous avez le Docteur Denis Mukwege qui sympathise avec nous, vous avez Pierre Lumbi et tant d’autres. Vous comprenez tout de suite que les voix là-bas sont à se les partager. Dans le Nord-Kivu, vous avez Pierre Pay Pay, Mbusa Nyamwisi. Dans le Kongo-Central, on a autant de forces qui pourraient agir. C’est question de voir et de constater que le Kongo-Central est totalement acquis pour la Coalition Lamuka. Dans l’ancien Bandundu, vous compterez Muzito, Fayulu et plusieurs autres qui constituent cette force. Vous avez le Grand Equateur avec la main de Jean-Pierre Bemba. Dans la Tshopo, vous avez Eve Bazaïba, Mokonda Bonza, Ramazani Baya, Bule et plusieurs autres qui vont battre campagne pour Lamuka. Dans le Kasaï, vous avez Claudel André Lubaya, Clément Kanku et compagnies. Une façon de vous dire que la Coalition Lamuka a réellement une couverture sur la République démocratique du Congo pendant que les autres pourraient simplement se limiter à des effets claniques, ethno-tribaux et dans une proportion très réduite. Et lorsque nous retombons ici à Kinshasa, c’est la flamme. Parce que nous ne verrons pas une force, qu’elle soit de la Majorité ou de la prétendue Opposition, qui pourrait faire face à la Coalition Lamuka, ici, pour la simple et bonne raison que ceux de la Majorité sont vomis ici à cause de leur gestion catastrophique identifiée et connue par le peuple. Deuxièmement, ceux qui se réclameraient de l’Opposition alors qu’ils ont déjà traversé, ils sont aux côtés de Kabila au vu de tout ce qu’ils font. Nous ne voyons pas qui oserait défier ou battre la Coalition Lamuka à Kinshasa. A voir les évaluations et les estimations, la Coalition Lamuka navigue dans une proportion de pourcentages très élevés.

LP : Quel sera l’apport du leader du MLC, Jean-Pierre Bemba, pour faire face à la machine FCC et au Cap sur le Changement?

DM : Vous n’avez pas compris qu’il y a deux larrons, Kamerhe et Félix Tshilombo, qui trouvent Bemba comme un cauchemar devin dans leur parcours politique. Nous commençons à croire aux rumeurs qui faisaient état de l’implication de ce tandem pour l’invalidation de Jean-Pierre Bemba Gombo; qu’ils se seraient mouillés fortement auprès de Kabila pour obtenir l’invalidation de Jean-Pierre Bemba parce que sa tête leur faisait peur, leur faisait ombrage. Nous le constatons maintenant avec ce déversement d’injures, d’insultes, que leurs lieutenants s’attèlent à travers les réseaux sociaux et dans tout ce qu’ils font eux-mêmes, d’ailleurs. Ça démontre leur infériorité face à Jean-Pierre Bemba. Nous disons que l’implication du leader du MLC est de taille. Jean-Pierre Bemba égale la première unité de mesure qui fonde la force de Fayulu. Au sein de la Coalition, nous disons que Bemba est l’unité de mesure nécessaire pour porter cette dynamique à bon port. Nous sommes, par ailleurs, très rassurés du fait que Jean-Pierre Bemba atterrit, ici, sur un schéma qu’il avait conçu depuis la prison. Il demandait à l’Opposition ainsi qu’aux forces sociales du changement de se mettre ensemble. Il en a appelé depuis 2014, 2015, 2016, 2017. Il prophétisait pratiquement en disant que si jamais le dévolu de toute la classe politique de l’Opposition ne lui portait pas chance ou bonheur pour qu’il soit le candidat commun, il s’engagera à soutenir celui qui sera désigné. Ironie du sort, Kabila et ses hommes l’ont écarté de la course, mais Bemba ne s’est pas lassé. Il a appelé à soutenir Martin Fayulu. C’est ce qu’il fait moralement, stratégiquement, au plan logistique, … Jean-Pierre Bemba joue un rôle important et c’est un hyper catalyseur pour l’évolution et le fonctionnement de cette Coalition jusqu’à la victoire finale.

LP : A titre personnel, Désiré Mbonzi wa Mbonzi est candidat à quel niveau ? A-t-il déjà lancé sa campagne ?

DM : Je suis candidat Député provincial dans la commune de Limete où j’ai grandi. J’ai vécu plus précisément à Motel Fikin. J’ai des parents, des amis partout à Limete : Kingabwa, Limete industriel, résidentiel, Salongo, Ndanu, Mososo, … Mon existence à Kinshasa rayonne dans cette commune. Limete est, pour moi, une zone qui a été malheureusement détruite par ceux qui se disent «mains sans taches» et qui accompagnent le pays dans le malheur aujourd’hui. Le fameux pillage qu’on a connu dans ce pays, je crois bien que l’UDPS en était l’instigateur. Et qu’aujourd’hui, ce parti veut se constituer en donneur de leçons. Nous leur disons que leur répertoire est bien identifié. C’est l’UDPS qui a créé le désastre de la commune de Limete. Il faut que les habitants de Limete le sachent. Et moi, je le dirai, j’ai des preuves, je vais le démontrer. L’UDPS ne pouvait jamais lever un seul doigt à Limete alors que c’est le quartier qui l’a vu naître, le quartier qui a abrité son siège mais que ce parti a apporté comme malheur à cette commune. Moi, je voudrais bien compatir à cela.

J’ai vu Limete dans sa grandeur de zone industrielle de la République. Parce que Limete industriel nous produisait tout. Alors qu’aujourd’hui, il ne reste que ruine sur ruine. Mon souci c’est que je contribue à 0,1% pour que Limete soit de nouveau vécu dans l’imaginaire du peuple congolais. Limete c’est l’éveil même de l’industrie congolaise. C’est la deuxième raison pour laquelle j’ai postulé dans cette commune.

Enfin, Limete me donne beaucoup de soucis. En son temps, cette commune avait abrité le grand cercle forain du monde : la Foire internationale de Kinshasa qui, aujourd’hui, est en lambeaux. Aucun vestige qui nous rappellerait quelque chose. Pourtant, c’est le lieu où l’histoire culturelle et diplomatique de ce pays s’est jouée. On a eu à recevoir différentes stars du monde dans ce site. Au début des années 60, cet endroit que vous voyez, a accueilli le premier largage du saut de parachutage au Congo. Alors Colonel, Mobutu y a été parachuté avec le premier contingent revenu d’Israël. Limete a une grande histoire. J’ai une bibliothèque sur Limete, je voudrais travailler dessus. Limete demeure le bastion culturel de Kinshasa. C’est là où le peuple autochtone Teke, contraint par l’évolution démographique de la ville, s’est retranché, plus précisément dans ce qu’on appelle Camp Mombele. Limete a abrité un nombre important d’artistes musiciens tels que Franco Luambo Makiadi, Dr Nico Kasanda, Tabu Ley, Izeidi, Mbilia Bel, Félix Wazekwa. La Suzanella fut un cadre merveilleux de production musicale et artistique. Avec le Centre Lindonge, Limete c’est même le siège du Cardinal. Quoiqu’inachevé, l’Echangeur de Limete est un site magnifique. Limete c’est l’odyssée, la commune culturelle de Kinshasa. Donc, la carte postale de Limete est formidable. Et j’aimerais bien en être porteur.

LP : Enfin, en tant que responsable en charge de la mobilisation et propagande, avez-vous un message à adresser aux militantes et militants de la Coalition Lamuka ?

DM : Les militantes et militants membres de la Coalition Lamuka ainsi que les sympathisants, je les invite à deux choses. D’abord, à considérer que nous sommes à l’heure de la libération de notre pays de l’emprise de l’AFDL. Ce que nous vivons ici, Kabila, FCC et consorts, c’est ça l’AFDL de triste mémoire. L’AFDL, dans ses multiples ramifications et ses multiples mutations, est retombé finalement sous la dénomination FCC. Et le peuple congolais doit nous accompagner dans cette compréhension : le FCC c’est l’ouverture, la mutation de l’AFDL. Nous devons rentrer dans le processus de «dekabilisation» du pays qui a été envoûté, mis à mal, enfouis dans une corbeille de malheurs. Nous devons sortir de là grâce au dynamisme de la Coalition Lamuka. Nous invitons les militantes et militants de la Coalition Lamuka à devoir se lever, à n’avoir peur de rien. Ce pays nous appartient à nous tous, au même titre que tous les destructeurs de la RD Congo. Nous sommes, d’ailleurs, mieux qu’eux parce que nous avons encore une petite conscience qui leur fait défaut. Ils se sont limités à trafiquer et brader le pays, à s‘enrichir vulgairement, sans scrupule, ni honte. Nos militants doivent savoir que les Congolais ont été méprisés par ce régime. L’heure est venue pour mettre un terme d’avec cette saleté qui nous a couverts pendant plus de deux décennies. La Coalition Lamuka c’est la Coalition d’espoir, de vie et de foi. Avec Martin Fayulu en tête, nous allons devoir dekabiliser la RDC. Je vous remercie, Monsieur le journaliste.

Propos recueillis par James Mpunga Yende

Les plus lus