Dernières publications

Après des séances de travail tenues ici au pays ainsi qu’à l’étranger, le ministre de la Formation Professionnelle, Arts et Métiers et le Représentant-pays de l’UNESCO ont passé en revue, le mercredi 15 janvier 2020, différents dossiers sectoriels prioritaires.

Il s’agit, entre autres, de la mission de cadrage qui doit démarrer très bientôt, du projet Désarmement, Démobilisation et Réinsertion ainsi qu’un autre projet avec les miniers pour la construction des centres ressources de formation, tenant compte du bassin d’emploi selon la zone géographique. Le ministre John Ntumba a également échangé avec la délégation de l’école belge sur l’organisation, à Kinshasa, du 1er Salon international de la Formation professionnelle et des métiers qu’ils veulent fructueux et grandiose.

Pour ce qui est de la mission qui va bientôt aller sur le terrain, celle concernant la construction d’un centre ressource de la formation professionnelle et technique au niveau de la mine, ‘’nous sommes prêts‘’, a fait savoir Jean-Pierre ILBOUDO, le Représentant-pays de l’Unesco. ‘’Le projet, nous l’avons rédigé, nous l’avons même chiffré. Il s’agit qu’avec le gouvernement de la République Démocratique du Congo, on s’engage à mettre des ressources à la disposition du ministère pour qu’ensemble nous puissions donc commencer à faire d’abord les infrastructures pour la formation professionnelle et technique au niveau de la mine‘’.

Ce sera un projet pilote, a-t-il signifié, dont l’idée est de former ensuite ceux qui sont immobilisés et qui ont besoin d’être formés sur des métiers qui sont dans le secteur.
Un autre point important traité, concernait la stratégie sous-sectorielle dédiée à l’enseignement professionnel. Déjà, avant la fin du premier trimestre de cette année, les équipes de l’Unesco et du ministère de la Formation professionnelle seront sur le terrain pour entamer les études proprement dites.
Rappelons que lors de sa première rencontre avec le ministre John Ntumba en octobre 2019, Jean-Pierre Ilboudo s’était montré convaincu quant à la nécessité de propulser la formation professionnelle en Afrique, principalement en République Démocratique du Congo pour soutenir la relance économique et participer à la reconstruction du pays.

Les deux personnalités s’étaient entretenues sur les projets conjoints susceptibles d’assurer un enseignement technique de qualité, à travers la formation professionnelle, dans différentes provinces de la RDC. Ceci, se référant toujours à l’adéquation de l’offre et la demande. Ce qui explique ce jour la mise sur pied des missions de cadrage pour mieux identifier les secteurs ou champs d’actions sur base des indications fiables recueillies sur le terrain.

Focus sur le 1er Salon international de la Formation professionnelle et des métiers
‘’On s’est rendu compte qu’il y a une grosse problématique au niveau de l’emploi en RDC et qu’elle est multiple‘’, a déclaré Gloria Lipombi qui conduisait la délégation de l’école belge, au sortir de l’entretien effectué avec John Ntumba Panumpakole, le ministre de la Formation Professionnelle, Arts et Métiers, sur l’organisation à Kinshasa, du 1er Salon international de la Formation professionnelle et des métiers.
A cela, a-t-elle souligné, il y a plusieurs façon d’attaquer cette problématique et faire un salon professionnel qui nous permettra justement de réunir différents intervenants au niveau de l’emploi, de l’innovation, de la formation de l’orientation professionnel pour aider différentes personnes qui sont à la recherche d’emploi ou en questionnement de ce qu’ils veulent faire dans la vie et de pouvoir évoluer.

En fait, c’est une première, cela n’a jamais été fait. ‘’On l’a fait dans d’autres pays européens et d’Afrique, mais pas en RDC‘’, confirme Gloria Lipombi.
Le salon présent a, cependant, un autre format parce qu’il y aura des conférences, échanges avec des experts,… c’est-à-dire, une interactivité. En parallèle, il y aura des ateliers, ‘’donc la personne qui vient pourra trouver son compte. C’est varié et ça donnera des opportunités d’emploi même à l’étranger […] C’est vraiment là pour aider les gens à augmenter l’employabilité de manière générale‘’, a déclaré la Directrice des projets.
Ce salon est, en effet, une première qui pourra offrir de nombreuses opportunités à la République Démocratique du Congo, au vu de l’agenda réservé et la qualité des participants qui viendront de différents pays du monde.
Par ailleurs, il est important de souligner qu’autant le Président de la République mise sur le capital humain, le ministre de la Formation Professionnelle, s’y met sans relâche pour assurer la matérialisation de cette mission car, la réinsertion sociale peut réussir par les métiers et une main-d’œuvre locale qualifiée.

Pour cela, des chefs-lieux des provinces jusqu’aux territoires, ce ministère devra implanter des centres pilotes et des centres de formation professionnelle afin de résorber le taux élevé des jeunes au chômage et sans qualification.

Boris Luviya

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout