Dans le cadre de l’accélération de la promesse faite il y a 25 ans à la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD), le Fond des Nations Unies pour la Population (UNPFA) a organisé une double cérémonie le dimanche 6 octobre 2019, sur la Place des évolués.

Il s’agissait de la sensibilisation de la jeunesse sur la santé sexuelle et reproductive ainsi que l’organisation d’une compétition de rollers. Cette activité a connu la participation remarquable de la Ministre d’Etat ministre en charge du Genre, Famille et Enfant, Béatrice Lomeya qui a conscientisé les jeunes sur la sexualité responsable. Le représentant de l’UNFPA, quant à lui, a fait savoir qu’il est impossible de développer le pays sans associer les jeunes.

Plusieurs jeunes congolais se sont dits déterminés à maintenir la mobilisation sociale et appeler les décideurs ainsi que les leaders d’opinion à s’engager davantage pour la mise en œuvre de l’agenda de la CIPD.
En sa qualité de Marraine de la cérémonie, Béatrice Lomeya a justifié sa présence par le fait qu’elle veut être témoin de l’accélération de la promesse prise il y a 25 ans, pour le bien-être de l’Homme qui est indiscutablement au centre de l’action dans son histoire sur la Terre. Ainsi, a-t-elle conscientisé les jeunes sur la question de la sexualité responsable et les a exhorté à éliminer les discriminations sexistes. ‘’La naissance ne doit pas être une chose qui arrive par accident. On ne doit pas trouver une jeune fille dire qu’elle est grosse par accident. Cela doit prendre fin puisque si cela n’est pas corrigé, vous jeunes ne serez pas en mesure de vous engager, d’exploiter tous ce que vous avez comme potentialité afin de nous amener à ce bien-être des êtres humains‘’, a-t-elle soutenu.

Son souhait est, en fait, de voir les jeunes s’intéresser sur cette question, se former et s’informer pour bien la maîtriser, tout en faisant bon usage de nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ceci, dans le but de mettre fin aux grossesses non désirées. Elle a également rappelé l’existence du Protocole de Maputo qui est un instrument juridique qui protège les femmes contre les naissances non désirées.

Impact sur les jeunes
A son tour, le représentant résidant de l’UNFPA, Sennen Hounton, a livré la quintessence de cette cérémonie qui, à la base, célèbre un double anniversaire. Il s’agit des 25 ans de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) ainsi que les 50 ans du Fond des Nations Unies pour la Population (UNFPA). Il voudrait, dans sa mission, que les grossesses soient désirées et qu’il n’y ait pas de perte en vies humaines pendant l’accouchement. Encore moins des violences faites aux femmes tout en promouvant des donnés pour le développement.

Sennen Hounton a insisté sur le fait que tout cela ne sera jamais possible sans les jeunes. ‘’Vous constituez démographiquement la plus grande partie de la population et la portion la plus active de la population. C’est ainsi que nous vous associons toujours‘’, a-t-il expliqué.

Laurence Kabasele, Présidente des jeunes de l’Afriyan, a fait savoir que c’est sous le thème «Ma vie dans ma poche» que les jeunes célèbrent le 25ème anniversaire de la CIPD. Ainsi, pour accélérer la promesse, les jeunes doivent avoir l’accès aux services liés à leur santé sexuelle et reproductive. ‘’Etant donné que tout ce que nous jeunes avons, nous les mettons dans notre poche, nous devons faire en sorte qu’elles ne soient pas trouées mais plutôt, prendre soin d’elles, tout en ayant l’opportunité de créer nos propres entreprises, des start-up,… d’où Ma vie dans ma poche‘’, a-t-elle lâché.
A la suite de la compétition des rollers, un garçon et deux filles ont été primés par des trophées pour récompenser leurs efforts.

Pour la petite histoire
Il sied de rappeler que la dite Conférence s’est tenue en 1994 au Caire en Egypte, où 179 Gouvernements ont approuvé un programme d’action mondial qui reconnaît le lien entre l’autonomisation, les droits et la santé sexuelle et reproductive des femmes ainsi que le développement durable. Cependant, 25 ans après, il reste du chemin à parcourir avant que le programme d’action du Caire devienne une réalité universelle, afin de faire tomber les obstacles qui empêchent les femmes, les hommes et les couples d’exercer pleinement leurs droits en matière de reproduction. Ainsi, un sommet sera organisé du 12 au 14 novembre 2019 à Nairobi au Kenya où 500 adolescents et jeunes sont attendus, des membres des Gouvernements, des leaders d’opinion ainsi que des représentants des systèmes des Nations Unies.

Joséphine Mawete

Les plus lus