Dernières publications

Il est parti. L’homme de «Congo Histoire». Avec sa présentation taquine et hilarante. Avec ses défauts et ses qualités. Apprécié par certains et haï par d’autres. Il semblait dire la vérité. Rien que la vérité. Peut-être qu’il ne mettait pas des gans pour dire cette vérité.

Mais, il y avait beaucoup de vérités dans ce qu’il disait. Dire la vérité est une chose. Savoir la dire est une autre. Toutefois, la vérité reste la vérité quelles que soient sa couleur et la façon de la dire. Ce qui importe qu’on sache se servir de la vérité pour éviter ou corriger les mauvaises manières de se comporter de nouveaux citoyens et des citoyens nouveaux de notre pays. A chacun son jugement. Mais, le jugement de la cour rendra chacun de nous un jour blanc ou noir. Jean Pierre n’a cessé de le dire. Producteur présentateur de l’une de la série d’émissions de prise de conscience historique aux Congolais, Jean-Pierre LUSHIMA NDJATE a présenté certains faits historiques de la façon qui était la sienne. Avant de quitter la terre de nos ancêtres, il nous a approchés pour en savoir plus sur le cahier des charges de « Congo Histoire » en notre qualité de concepteur dudit programme. Nous lui avions fait comprendre que, conçu en même temps que «Congo Devise qui passait dans les temps le lundi à la Télévision Nationale, « Congo Hymne » le mardi, « Congo Emblème le mercredi, « Congo Avenir » le jeudi, « Congo Culture » le vendredi, et « Congo Histoire », axé sur l’histoire ancienne et récente de la République Démocratique du Congo le samedi. Un programme d’enseignement de l’histoire de notre pays à notre jeunesse et à ceux qui l’ignorent, et cela à travers la Télévision Nationale. Et le dimanche la synthèse de la matière traitée pendant la semaine, était synthétisée dans « Notre Congo », lui avions-nous expliqué. D’une manière pratique, nous lui avions dit que parler positivement de l’histoire de chaque Président, de chaque premier ministre, de chaque école (du primaire à l’université), de l’implantation des églises, des personnalités qui ont marqué notre pays dans leurs domaines, sans distinction de sexe, de religion, ni de tribu, constituaient déjà la matière à exploiter dans un chronogramme annuel de « Congo Histoire », afin que soient présentés les modèles à suivre à notre jeunesse ainsi qu’à ceux qui voudraient élargir leurs connaissances en histoire de notre pays comme nous l’explicitions. Jean- Pierre s’est montré professionnellement très réceptif. Nous avions compris qu’il voulait nécessairement améliorer sa production audiovisuelle pour ne pas aller à l’encontre des instructions du CSAC, surtout en ce moment où politiquement la coalition FCC-CACH ainsi que la division positive entre l’opposition politique dans sa diversité, et la majorité au pouvoir devraient regarder dans une même direction, où l’intérêt général de la Nation congolaise, partant congolais peuple, devrait se sentir dans une division positive qui caractériserait les deux grands camps politiques susmentionnés. Ainsi, bâtir un Congo Démocratique plus beau qu’avant dans la paix, pourrait être effectif, après la passation de pouvoir pacifique et civilisé au sommet de l’Etat. Une passation de pouvoir historique que « Congo histoire » était appelé à exploiter rationnellement dans le cadre de l’histoire récente de cet Etat de droit, indépendant, souverain, uni et indivisible, social, démocratique et laïc qu’est la République Démocratique du Congo. Grande a été notre désagréable surprise d’apprendre la triste nouvelle de celui qui a convié les téléspectateurs de la Chaîne Nationale à disserter sur « le verre à moitié vide ou à moitié plein », selon la matière exploitée dans son émission, suivant certaines circonstances. Maintenant qu’il est parti sans avoir parlé de la positivité historique de la matière reprise dans le cahier des charges de « Congo histoire », il y a lieu de se demander s’il y aura encore quelqu’un qui prendra sa relève à la Télévision Nationale, pour apprendre à la jeunesse de la République Démocratique en particulier, et au reste du monde en général, l’histoire ancienne et récente de ce pays, suivant les dernières précisions et conseils que nous lui avions donnés, avant la reprise de l’émission « Congo histoire ». L’homme de « l’histoire ne saute pas». « Si elle saute, elle recommencera toujours là où elle a sauté », vient de nous quitter avec ses qualités et ses défauts. Nous reconnaîtrons en lui son engagement patriotique et son caractère jovial envers ceux qui l’approchaient. En dépit de certaines imperfections inhérentes et dérapages constatés dans son œuvre audiovisuelle, faiblesse que nous devons reconnaître en chacun d’entre nous. Car, aucun être humain n’est parfait, Jean- Pierre LUSHIMA NDJATE mérite des obsèques dignes pour le caractère positif de son œuvre audiovisuelle dans ce pays. S’il y a de ceux-là qui se sont sentis mal à l’aise par certaines de ses approches médiatiques, qu’ils le pardonnent. Car, il avait, à notre dernier entretien, promis d’améliorer la production de « Congo histoire » sur la RTNC ou sur une autre chaine de Radio ou de Télévision, conformément aux explications lui fournies sur le cahier des charges, dès la reprise de l’émission. Maintenant, il ne sera plus en mesure de réaliser sa promesse. Dieu ayant décidé autrement. Nous pensons toutefois qu’à chaque 2 avril de l’année, le magazine spécial « En Savoir Plus » évoquerait certains souvenirs de Jean -Pierre LUSHIMA NDJATE au côté de ceux de grandes figures des médias audiovisuels comme, LUTU MABANGU, NZILA FANAN, KIPOLONGO MUKAMBILWA, KASONGO MBUNGA, AIPAM MWANA NGO, TSHITENGE N’SANA , KAYUMBI BEIA, BASUNGA NZINGA, MBAYI KABUNDA,TSHIMPUMPU WA TSHIMPUMPU, MOSETE MBOMBO, et autres, pour ne prendre que cet échantillon à titre indicatif dont les anecdotes professionnelles sont connues de beaucoup d’entre nous. Au rendez-vous du 2 avril de chaque année, que l’anniversaire de la RTNC soit fêté, en évoquant les souvenirs de ceux qui auront professionnellement marqué cette Chaine Nationale. D’une façon ou d’une autre, quelqu’un ne manquera pas de faire allusion à LUSHIMA NDJATE. Un jeune homme patriote et nationaliste qui vient de nous quitter au moment où il voulait montrer dans « Congo histoire » qu’avec l’exploitation rationnel du contenu de la devise de notre pays et de son hymne national dans « Congo histoire », il était possible aux Congolais de savoir se réconcilier et se pardonner mutuellement si nous voulons un nouveau Congo démocratique. Mais « l’homme propose, Dieu dispose ». Jean- Pierre vient de faire un voyage de non-retour. Attendons donc notre tour, et rendons grâce à Dieu. Et que sa volonté soit faite.

Aimé-Isidore KAKUSA GULUNDUGA-MULONDO Animateur en Gestion des Entreprises Culturelles et Sportives Formateur en Audiovisuel/RTNC

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout