Dernières publications

La nouvelle a été annoncée au maire de Beni par l’ambassadeur de l’Ouganda en RDC en mission dans la ville de Beni. James MBAHIMBA pourra visiter toutes les prisons du Nord-Kivu pour cette fin. Les prisonniers Ougandais poursuivis pour des faits moins graves devront recouvrer leurs libertés et, au finish, seront rapatriés dans leur pays d’origine.


A en croire l’ambassadeur, une convention a été trouvée entre les ministres des Affaires étrangères de l’Ouganda et de la RDC. Selon cette convention, l’Ouganda s’engage à libérer tous les congolais arrêtés sur son sol en contre partie de la liberté des Ougandais arrêtés en RDC. Une copie de cette convention a même été remise à l’autorité urbaine au cours d’une audience de civilité de l’ambassadeur Ougandais à la mairie de Beni. Parmi les prisonniers visés par cette mesure, notre source cite une série de pécheurs Ougandais arrêtés sur les cotes congolaises du lac Edouard. Aussi, d’autres citoyens ougandais se font arrêter sans preuve sur le sol congolais sous prétexte d’appuyer les tueurs ADF. Ainsi, tous ces prisonniers seront soumis à un interrogatoire pour vérification des charges portées contre eux avant toute probable libération.

Evolution des relations diplomatiques
James MBAHIMBA soutient que la diplomatie marche désormais en dent des scies depuis un certain temps entre ces deux pays frontaliers. D’un côté, l’on se dispute les frontières maritimes au tour du lac Edouard et, de l’autre, la question des ADF divisent encore ces deux voisins. Toutefois, l’Ouganda reste disposer à coopérer avec la RDC pour résoudre ces deux problématiques, poursuit-il. James MBAHIMBA précise également que la restauration de la sécurité sur le sol congolais revient avant tout au gouvernement congolais. Comme pour dire que son pays n’a rien à faire sur le sol congolais à propos des tueurs ADF en dépit de leur traditionnelle origine.

KANIKI Eliel

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout