Depuis quelques mois, les cas de criminalité patente ont resurgi dans la ville-province de Kinshasa. Pourtant, autrefois, avec l’opération ‘’Likofi’’, la quiétude semblait prendre un bel élan. En effet, plusieurs points chauds de la Capitale sont inondés des délinquants dits « Kulunas » ou « Shégués » et sont devenus, de ce fait, de coins à danger.

Outre les Kulunas et les Shégués, c’est des pseudos Bureaux 2 qui, habillés en tenue civile, tracassent la population en l’extorquant biens et argent. Ces désagréments troublant l’ordre public ont poussé les autorités à prendre d’urgence des mesures drastiques afin de renforcer la sécurité et de mettre hors d’état de nuire tous les fauteurs de trouble dans la capitale. C’est après une réunion de sécurité présidée par le Vice- Premier Ministre, Ministre de l’intérieur et sécurité, Basile Olongo, de cœur avec le commissaire provincial de la ville de Kinshasa, que des résolutions fermes ont été arrêtées dans le sens d’éradiquer la criminalité et juguler l’insécurité. Ces mesures sont entre autres, l’assainissement des lieux de retranchement des Kulunas et Shégués en évacuant les garages-pirates et véhicules abandonnés sur la chaussée ; le déploiement des policiers en tenue opérant en patrouilles piétonnières et motorisées dans toute l’étendue de la capitale pour tomber sur le râble de ces bandits ; l’interdiction des véhicules avec plaque d’immatriculation bâchée ; l’interdiction des véhicules des autorités aux vitres teintées et dotées des gyrophares tintant à tue tête à longueur de journée, et la récupération de toutes les gardes policières auprès des privées, des personnes morales et des personnes physiques à qui, il est demandé de s’adresser aux services de gardiennage pour leur protection. Il est évident que cette opération de taille ne pourrait se faire sans la complicité de la population qui doit dénoncer toute tanière abritant les délinquants ou tout acte criminel. C’est pourquoi, il lui a été lancé un appel à la coopération avec les agents de l’ordre, pour aider à mettre ce mal en quarantaine.
Lisez, ci-dessous, ces mesures spéciales de sécurité pour la capitale Kinshasa.

Lors de la Réunion de sécurité présidée par son Excellence Monsieur le Vice- Premier Ministre, Ministre de l’intérieur et sécurité, le samedi 23 mars 2019, dans l’enceinte du bâtiment de la territoriale, après examen du deuxième point inscrit à l’ordre du jour, axé sur la recrudescence de la criminalité dans les grandes agglomérations, s’appesantissant sur le cas spécifique de la ville-province de Kinshasa, des mesures importantes ont été prises entre autres :
1. L’actualisation de la cartographie des écuries
2. L’assainissement des lieux de retranchement des « Kulunas » et autres « Shégués », par l’opération évacuation des garages pirates et véhicules abandonnés sur la chaussée.
3. L’interdiction à circuler des véhicules avec plaque d’immatriculation bâchée, sans plaque d’immatriculation de couleur verte, avec gyrophare, avec sirène. Tout ceci aux fins d’éviter la confusion dans la ville.
4. La récupération de toutes les gardes policières auprès des privées, des personnes morales et personnes physiques à qui il est demandé de s’adresser aux services de gardiennage pour leur protection. Cette mesure a pour conséquence heureuse d’étoffer les commissariats et sous-commissaires de la police en effectif et renforcer leur capacité opérationnelle.
5. Implantation des escadrons mobiles d’intervention dans les lieux à forte criminalité.
6. La configuration topographique des faux Bureaux 2, les participants ont listé avec précision les différents lieux de prédilection ou opèrent ces fameux bureaux 2 dans la ville de Kinshasa, friands d’appareils cellulaires et des sacoches des particuliers, les mettre hors d’état de nuire sans délai.
Ces faux et fameux bureaux 2 sont trouvables :
1. Au Rond- point Victoire
2. Au Rond- point Ngaba
3. A Matadi-Kibala
4. A Pascal
5. A l’entrée BKTF
6. A Njoku
7. A l’UPN
8. A Kingabwa UZAM
9. Le long des Beach privés

7. Dans les autres agglomérations, les gouverneurs de provinces ont été instruits de mettre des moyens conséquents à la disposition des commissaires provinciaux pour lutter efficacement contre la recrudescence de la criminalité.
8. Des patrouilles police Militaire dans les régions militaires et éléments de Police Nationale étaient souhaitées et envisagées.

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout