*«Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Mais, plutôt ce que vous pouvez faire pour votre pays». Cette citation célèbre de John Fitzgerald Kennedy, 35ème Président des Etats-Unis, doit devenir le leitmotiv de chaque citoyen digne de ce nom.

Congolais de la République démocratique du Congo, le jeune Cédric MayubaMokanangi, constitutionnaliste et avocat au barreau de Matadi, estime que faire du Congo un pays plus beau qu’avant, conformément à son hymne national, doit constituer l’ambition première de la jeunesse. Il prône une vision politique libérale dans laquelle la promotion de l’entreprenariat des privés sera au cœur de l’économie congolaise. Sous l’encadrement de l’éminent Professeur Jacques DjoliEseng’Ekeli, ce scientifique a fait de son mémoire de licence un bel ouvrage sur «la justice constitutionnelle». Incessamment, Cédric Mayuba mettra «le contentieux constitutionnel congolais» sur le marché du livre. L’illustre Corneille n’avait-il pas prophétisé qu’«aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années» ?

Retraçons le parcours de ce jeune avocat
Natif de Kinshasa, Cédric MayubaMokanangi a toujours vécu, depuis sa tendre enfance, dans la commune de Bumbu. Ce cadet d’une fratrie de quatre garçons est venu au monde un certain 18 juin 1989. Il est le fils de M. Joseph MokanangiKanza et de Mme Liliane Mayuba. «Tel père tel fils», dit-on. Joseph Mokanangi est un passionné du livre et de la lecture. Son enfant Cédric lui a emboîté le pas. Le domicile familial était rempli d’ouvrages de divers domaines.

Quant à ses études primaires, Cédric Mayuba les a faites dans un premier temps à l’EP II Makala Saint Clément, puis au Complexe scolaire Mgr Moke. Il y décrocha son certificat d’études primaires au cours de l’année 2000. Dans cette même école, ce passionné de la lecture s’orienta dans la filière Humanités littéraires. En 2006, il a été lauréat du Complexe scolaire Mgr Moke aux examens d’Etat.
Par la suite, Cédric Mayuba prit son inscription à l’Université de Kinshasa (UNIKIN) dans la Faculté de Droit. Au fil des années académiques, il opta pour le Droit public et se spécialisa dans la branche du Droit constitutionnel. Cette filière juridique lui a donc servi de pont pour mieux appréhender les questions politiques. La politique étant son ambition. L’autre raison de ce choix du Droit constitutionnel était d’y retrouver son modèle qui deviendra son mentor ou «père scientifique», en l’occurrence, le Professeur Jacques Djoli. Cet ex-Sénateur est aujourd’hui Député national.

Cédric Mayuba est aussi passionné de football. Gamin, il a joué sur plusieurs terrains de sa commune natale. Daring Club MotemaPembe (DCMP) de Kinshasa est son équipe chérie.
Au plan professionnel, Cédric Mayuba est assistant du Professeur Djoli, son directeur de mémoire, dans la Faculté de Droit à l’UNIKIN. Il a aussi prêté serment comme avocat au barreau de Matadi (Kongo Central). Cet auteur de plusieurs articles sur le Droit constitutionnel et bientôt deux ouvrages aime plus mettre en lumière son parcours scientifique.
Vision et perspectives
«La politique c’est la gestion des affaires de la cité. Pour ceux qui ont étudié la gestion de la cité, c’est un devoir d’éclairer la lanterne de leurs contemporains», a indiqué ce juriste. Politiquement, Cédric Mayuba se bat pour que le Congo devienne plus beau qu’avant. Cet extrait tiré de l’hymne national de la RDC doit devenir le leitmotiv, une grande ambition, surtout pour la jeunesse congolaise.
Dans cette même optique, ce trentenaire est également initiateur d’une structure de réflexion et d’actions qui promeut la vision d’un Etat stratégique et programmatique dont l’action est pensée logiquement et exécutée grâce aux nouveaux outils d’administration intelligente.

Enfin, Me Cédric Mayuba affirme que la Cour constitutionnelle est une chance particulière pour la République démocratique du Congo, singulièrement pour sa quête de l’Etat de droit. «Un Etat ne peut atteindre ses objectifs sans respecter les règles fondamentales qui ont été posées par cette Nation», dixit Me Mayuba. Selon lui, la Haute Cour est la gardienne des règles fondamentales de l’Etat et des droits de chaque citoyen. Sa vision étant le bonheur de chaque Congolais, la Constitution garantit des droits essentiels audit bonheur. Il invite la jeunesse à se mettre résolument au travail afin que le Congo se hisse parmi les grandes nations. L’avenir de la RDC «c’est la grandeur et la richesse». Bon vent !

James MpungaYende

Les plus lus