Dernières publications

*Le Député provincial Charles Mbuta Muntu est l’auteur de la question orale avec débat adressée au DG de la DGRK, Raoul Elenge sur le coulage de recettes.

Après avoir répondu aux questions des élus de Kinshasa, le responsable de cette régie financière provinciale n’a pas totalement convaincu lors de la séance plénière du jeudi 16 mai dernier. Il lui a donc été accordé quelques jours pour se préparer et revenir en interpellation, pour livrer les réponses que la ville attend de lui. Selon l’auteur de la question, ‘’ce qui prime ici c’est le respect des procédures. Est-ce qu’il a agi en respect des textes de la constitution ?‘’, s’est-il interrogé. Il insiste également sur le fait que l’APK ne s’occupe que de ceux qui sont en fonction. D’où, l’ancien gouverneur, André Kimbuta, ne pourra pas répondre, même s’il devrait être appelé comme le souhaite de nombreux kinois.

Selon lui, ‘’je pense que les gens recherchent peut-être la petite bête. Pour le moment, objectivement, je ne vois pas pourquoi on va s’attaquer à André Kimbuta. Il était Gouverneur de la ville, les actes que l’on déplore ici portent des signatures des ministres respectifs. On ne doit pas faire les choses pour satisfaire les gens, il y a des procédures qui existent. Chacun doit répondre de ses actes, ici, il s’agit des actes posés par les concernés‘’, a précisé Charles Mbuta Muntu.

L’élu de Ngaba souligne qu’il faut que cette ville rayonne et pour cela, ‘’il faut qu’elle dispose des moyens de sa politique qui viennent des contribuables kinois. Ce que nous faisons, les retombées c’est tout le monde qui va en bénéficier. Au-delà des menaces et intimidations, nous demandons à la population de nous soutenir. Nous allons faire notre travail, c’est pour ça que nous avons été élus‘’.

Sous la sellette
Pour ce qui est du cas du DG de la DGRK, ‘’il s’est bien défendu mais il existe encore beaucoup de zones d’ombres. Nous avons besoin de voir et nous assurer que les actes ont été posés dans le respect des normes ou de la législation en la matière qui existe au niveau de notre pays‘’, déclare-t-il.
Par exemple, poursuit-il, lorsqu’on procède à l’achat d’un immeuble, on ne procède pas d’un marché de gré à gré. Il faut absolument respecter la procédure, passer par un appel d’offres, mettre en concurrence les différents fournisseurs de sorte que la procédure soit transparente. ‘’Il nous a rassuré qu’il avait respecté la procédure mais il était dans l’incapacité de fournir les preuves séance tenante. Raison pour laquelle je n’ai pas voulu qu’on le condamne pour ça pour qu’on lui laisse le temps d’aller rechercher les preuves. C’est pour cela que nous avons converti cette question en une interpellation‘’, soutient l’auteur de la question.
Cependant, lorsqu’on donne une question orale, il n’y a que des recommandations qu’on peut fournir. Elle n’appelle pas des sanctions. Mais lorsqu’on interpelle et que la personne est convaincante, il est possible de sanctionner positivement ou négativement.

Contrôle positif…
Néanmoins, ‘’nous avons également formulées des recommandations parce que nous avons vu qu’il a de la bonne volonté mais également des difficultés qu’il rencontre dans la gestion de l’entreprise. Nous ne sommes pas là que pour condamner, nous orientons aussi de façon à ce que le pays se développe. Nous demandons à tout le monde de travailler correctement. L’argent qui doit être versé dans la caisse de l’Etat y aille réellement pour que nous puissions construire la ville de Kinshasa‘’, a fait mention Charles Mbuta Muntu.

Il prévient, par ailleurs, que ceci ne concerne pas que la DGRK, toutes les entreprises de gestion de la ville y sont également concernées. Une commission d’évaluation a déjà mise en place. ‘’J’estime que l’opinion nationale est en alerte, le Président de la République suit l’évolution des dossiers, la justice également. Nous serons quand même en droit le moment venu de demander la suite réservée à ce que nous faisons comme action‘’, conclut-il.

Boris Luviya

 

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout