Depuis le 24 janvier 2019, la RD. Congo a ouvert une nouvelle page de son histoire avec l’alternance pacifique et historique au sommet de l’Etat.

Dans cette foulée, afin de concrétiser son crédo ‘’le peuple d’abord’’, l’Udps, la fille aînée de l’opposition d’hier, devenue parti présidentiel, s’oppose à toute politique de règlement des comptes. C’est Jean-Marc Kabund, président ad intérim de ce parti et premier vice-président de l’Assemblée nationale, qui a fixé l’opinion quant à ce, au cours de la matinée politique du mardi 30 avril au siège de l’Udps situé à la 11ème rue Limete. L’occasion était propice pour lui de passer en revue les questions d’actualité dominée par les tractations concernant la coalition CACH-FCC.
Pour Kabund, la politique de règlement des comptes est révolue. Il soutient qu’avec la venue d’une nouvelle personne à la tête du pays, en la personne de Félix Tshisekedi, l’heure est à la matérialisation du crédo ‘’le peuple d’abord’’. Par là, il faut entendre un pays où les intérêts de la population sont au centre des activités politiques. Le président ad intérim indique dans ce sens qu’il serait défavorable de continuer à exercer une politique de la chasse aux sorcières afin d’éviter de déstabiliser le tout frais pouvoir de Tshisekedi. « Ici, je tiens à vous faire assurer que la politique de la chasse à l’homme ne contribuera pas au développement de notre pays. Aujourd’hui, s’il faut commencer à recenser tous ceux qui ont causé du tort à notre parti, on ne commencera pas par Kabila, puisque nos ennemis datent des années 70, y compris ceux qui sont aujourd’hui dans l’opposition », dit-il. Evoquant le sujet de la coalition FCC-CACH, le président intérimaire de l’Udps a expliqué à sa base en ces termes : « Depuis l’élection du Président Félix Tshisekedi, je vois les messages partout sur les réseaux sociaux que l’Udps est vendu, moi je me demande qui aurait l’argent d’acheter ce parti, et à quel prix le vendrait-on ? Aujourd’hui, si nous sommes en coalition avec nos partenaires du FCC, c’est parce qu’on ne peut pas faire autrement. Le jour où nous verrons le flou dans cette alliance, nous procéderons à d’autres méthodes », éclaircit Jean-Marc Kabund-A-Kabund.

Rencontre conviviale
Cet échange entre le président intérimaire du parti au pouvoir et les militants était, à cet effet, le tout premier depuis son élection comme premier vice-président de l’Assemblée nationale. Pour ce faire, Augustin Kabuya, cadre influent de ce parti, a tenu à présenter des personnalités de l’Udps ayant rehaussé leur présence à cette activité politique notamment, Alain Akwala, Rubens Mikindo, Denise Lupetu, présidente de la ligue des femmes ainsi que tous les fédéraux, les secrétaires nationaux. Sur cette même ligne droite, Kabuya a mis à nu les noms des ‘’détracteurs’’ de leur famille. Il a étalé les différents noms de quelques personnalités politiques qui auraient adressé une lettre au bureau de l’Assemblée pour l’invalidation de la candidature de Jean-Marc Kabund au poste du 1er vice-président de la chambre basse du Parlement congolais.

Gaston Kisanga

 

Les plus lus