Dernières publications

Dans sa toute récente tribune, Achille Mutombo CYAJI, ancien conseiller de Félix Tshisekedi Tshilombo, a-t-il fait savoir que celui qui chapeaute actuellement la République Démocratique du Congo, va absolument appliquer son programme de gouvernement ‘’Vaincre la pauvreté’’, dévoilé pendant la campagne électorale.

«Dans 5 ans voire 10 ans, les congolaises et congolais seront fondamentalement transformés », affirme-t-il. A l’en croire, depuis que Félix Tshisekedi a endossé son costume présidentiel, il commence à appliquer le pilier principal de son programme, à savoir le primat de l’homme, en s’attaquant ‘’à toutes les antivaleurs devenues systémiques et systématiques dans notre pays’’. Lisez, ci-après, la substance de sa tribune in extenso.
01. Dans son programme de gouvernance intitulé ‘’ Vaincre la pauvreté ‘’, auquel le Président Félix Tshisekedi avait eu le luxe de m’associer, pour sa rédaction et sa présentation officielle, il souligne ce qui suit, à la quatrième page : ‘’ le programme pro-pauvre que je propose est ambitieux, il est à notre portée. Nous allons donc lutter pour vaincre la pauvreté, le plus vite possible. Ce sera la Grande cause nationale de notre pays, la République Démocratique du Congo. Pour cela, nous allons mobiliser toutes les énergies, tous les appuis extérieurs pour les faire converger vers ce dessein commun, dont la réalisation va reposer sur trois piliers :
- L’homme, le moteur du développement de notre pays ;
- Une croissance économique productrice d’emplois et productrice de l’environnement ;
- Une société solidaire pour garantir la cohésion nationale’’.
A cet égard, selon la vision du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo, pour arriver à une croissance économique productrice d’emplois et à une société solidaire, bref, au décollage socio-économique, en vue de l’amélioration totale des conditions de vie de la population , il est capital d’investir d’abord dans l’homme, en balayant toute sorte de pauvreté mentale, morale et spirituelle . A cet effet, Feu Etienne Tshisekedi, de très heureuse mémoire, n’avait-il pas eu raison d’insister sur le fait que, le changement des mentalités est, le ce sans quoi, les congolais ne peuvent accéder au Development efficace et efficient.
02. Voilà pourquoi, devenu Chef de l’Etat, Excellence F. Tshisekedi commence à appliquer dès le début de son mandant, le palier principal de son programme ci-évoqué, à savoir le primat de l’Homme, en s’attaquant à toutes les antivaleurs devenues systémiques et systématique dans notre pays. Cela ne veut pas dire que la RDC est le seul pays au monde, miné par les antivaleurs ou cette pauvreté à multiple visage! D’où, l’exhortation du Président F. Tshisekedi, dans son programme de gouvernance, page 8 ‘’ Des nations, aujourd’hui développées ou émergentes, ont connu cette pauvreté. Mais, elles ont réussi à lui tordre le cou grâce à des choix collectifs, judicieux et qualitatifs ‘’
03. Dans cette lancée, la pauvreté que le Chef de l’Etat tient à vaincre, avec justement le concours de tous les congolais, sans aucune distinction, n’est pas, faut-il le préciser, avoir trop d’argent pour répondre à ces multiples besoins. La pauvreté est plus que le manque d’argent. car, on peut en disposer en quantité industrielle, mais on est consciemment ou inconsciemment secoué par la pauvreté mentale, spirituelle et morale.
Notamment, au niveau de réflexion et d’initiative laissant à désirer ; le manque de foi et de confiance en soi-même, le refus manifeste de se transformer et de transformer son environnement, le tribalisme à outrance, le détournement normalisé des derniers publics, le souci ardent de s’enrichir financièrement et matériellement en exploitant les autres, égocentrisme, la banalisation des valeurs transcendantes : le vrai, le beau et le bien. Cependant, le mensonge, le laid et le mal sont devenus des règles d’or chez les congolais.
04. Les conséquences néfastes de cette pauvreté multidimensionnelle et multi formelle font qu’en RDC, personne n’apprécie à sa juste valeur la réalisation d’une œuvre d’un autre citoyen. Il y règne un esprit de rejet mutuel, malheureusement en se fondant sur la démocratie ! Or, les principes démocratiques, sont humainement et foncièrement valeureux et conduisent au développement qualitatif. Mais, en RDC, la démocratie a une connotation négative.
05. Eu égard à tout ce qui précède, l’agir politique du nouveau Chef de l’Etat s’inscrit dans une dynamique transformationnelle de la société congolaise, en démontrant par quelques gestes et attitudes palpables qu’il y a réellement, une alternance démocratique assortie de l’alternative positive. D’ou, sa proximité exemplaire avec son peuple, doublée d’une communication élégante destinée à toutes les couches de la population congolaise ; dans le sens de la promotion du BIEN COMMUN.
06. Vu la sclérose de mauvaises habitudes dans le Chef des congolais, le renversement total des tables de valeurs humanistes, obstacles majeurs au développement quantitativo-qualitatif de tout l’homme et de tout homme congolais, il est contextuellement opportun que le Chef de l’Etat, lors de la formation du Gouvernement, insère une fonction de la lutte contre les antivaleurs ou une structure similaire mais officielle, à un des Ministres y relatifs. Dans cette optique, il existe des ONGs congolaises crédibles s’occupant de plusieurs thématiques pouvant s’y impliquer, sous la houlette du Gouvernement central.
07. Donc, dans 5 ans voire 10 ans, les congolaises et congolais seront fondamentalement transformés. C’est une question de détermination. Car, la crise récurrente, multidimensionnelle et multisectorielle que connait notre pays, depuis des décennies, est essentiellement éthique et morale. Le temps est venu d’y mettre fin.
Fait à Kinshasa, le 20 avril 2019
Achille Mutombo CYAJI Philosophe. Conseiller politique honoraire du Président F. Tshisekedi

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout