«Que les Députés provinciaux prouvent qu’ils ont été élus par le souverain primaire et non nommés par quelqu’un.

Qu’ils honorent leur postérité ». Mieux qu’un simple postulat, un cri de ralliement, sinon, une plaidoirie d’intérêt supérieur, cette exhortation de Jean-Marie Ntantu Mey, Notable de la Société civile congolaise et Promoteur du Bureau d’Actions et d’Eveil Culturel à l’Education se veut non seulement une mise en garde, à l’endroit des Députés provinciaux mais aussi et surtout une sonnette d’alarme. Ce leader de la société civile congolaise, depuis près de quatre décennies, appelle, à cet effet, les grands électeurs de ce jour à voter utile, en rencontrant les préoccupations des populations qu’ils représentent dans les Assemblées provinciales et non en se soumettant à une consigne politique.

Que le peuple gagne
Le rendez-vous est maintenu pour ce mercredi 10 avril 2019. C’est le jour-J de l’élection des Gouverneurs et vice-gouverneurs, qui coifferont pour un premier temps, 23 provinces du territoire national, à l’exception du Nord Kivu, du Maï-Ndombe ainsi que du Sankuru où la CENI projette ce rendez-vous au 30 mai 2019. Loin d’être un monopole, ce vote, rappelle-t-on aux Députés provinciaux élus à l’issue de la triple élection du dimanche 30 décembre 2018, ne doit point échapper au contrôle du souverain primaire ; cfr la Constitution congolaise du 18 février 2006. C’est dans cette optique, en effet, que le Promoteur du BAC, entendez le Bureau d’Actions et d’Eveil Culturel à l’Education, le Notable de la Société Civile congolaise, Jean-Marie Ntantu Mey tire ici la sonnette d’alarme. Il appuie que cette élection se veut un rendez-vous historique pour les Députés provinciaux, sans distinction de camp politique, appelés à racheter leur honneur dernièrement souillé partant de la mésaventure lors des sénatoriales, de mi-mars. « Pour honorer leur honneur souillé, j’exhorte les Députés provinciaux à voter les Gouverneurs suivant les attentes du souverain primaire et non par obéissance à une consigne d’un homme », a-t-il lâché aux prises avec La Prospérité, hier mardi 9 avril 2019. En tout état de cause, en Défenseur patenté des valeurs et causes justes, Jean-Marie Ntantu Mey implore, le cas échéant, les Députés provinciaux à fléchir face aux désidératas du peuple et non vis-à-vis de la volonté de certains hommes politiques, qui qu’ils soient.

Les valeurs avant tout
Pour rappel, le BAC est une ONG qui milite pour l’éveil des esprits et des consciences citoyennes depuis 30 ans, soit depuis son avènement le 18 octobre 1989 jusqu’à ces jours. « Depuis la CNS, soit 30 ans, nous luttons pour un changement de gestion et non pour accompagner un petit groupe qui gère après le MPR comme le MPR Parti-Etat », fustige Jean-Marie Ntantu Mey, qui pense que les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’Udps, partenaire du souverain primaire doit demeurer gardien du temple de la démocratie. La vraie, insiste-t-il.

Jacques Kitengie

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout