Dernières publications

Avec sa superficie de 2.345.410 Km2 et plus de 80.000.000 d’habitants disséminés dans les 26 provinces, l’Etat de droit, indépendant, souverain, uni et indivisible, social, démocratique et laïc qu’est la République Démocratique du Congo est parvenue à anéantir le grand défi de l’organisation des élections couplées, présidentielle, législatives nationales et provinciales le 30 décembre 2018, sur fonds propre.

Au moment où tout le monde s’attendait à une situation chaotique où le bain de sang était envisageable. Mais, avec le plan de Dieu, les prières circonstancielles ont conduit notre pays à une passation de pouvoir présidentiel pacifique et historique le 24 janvier 2019, entre le 4ème Président élu Joseph KABILA KABANGE et le 5ème Président élu de la 3ème République Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO. Il est toutefois regrettable et malheureux de constater que cette page d’histoire qui a été patriotiquement écrite soit stratégiquement négligée par certains fils de ce pays qui privilégient leurs intérêts mesquins au détriment des intérêts du peuple congolais. Une situation qui se remarque clairement avec la division négative de la classe politique et les différentes grèves intempestives qui se font dans les entreprises et établissements publics de notre pays, au moment où l’instabilité politique et l’insécurité sociale sont progressivement combattues par la première Institution du pays qui tient à se dresser contre les antivaleurs comme la corruption, l’injustice, la méconnaissance, le règlement des comptes, le clientélisme, le mensonge, le commérage, la haine et autres que notre pays veut reléguer dans l’histoire dans le cadre du changement des mentalités négatives en mentalités positives des Congolais, si nous voulons effectivement bâtir un pays plus beau qu’avant dans la paix, après le 24 janvier 2019. La création d’un climat de paix dans notre classe politique, entreprises et établissements publics passe par la réconciliation et le pardon mutuel issus d’un culte œcuménique célébré par les chefs de confessions religieuses catholique, protestante, orthodoxe, musulmane, kimbanguiste, salutiste et église de réveil, en faveur du peuple congolais en général, et de la problématique classe politique en particulier. Une réconciliation et un pardon mutuel s’avèreraient nécessaire pour créer un climat de paix dans notre classe politique, dans les entreprises et établissements publics. Climat de paix sans lequel bâtir un pays plus beau qu’avant, dans la paix après le 24 janvier 2019 serait un rêve si pas une rêverie qui cacherait la vraie face d’une classe politique qui tromperait son peuple au nom de qui elle parle avec cette conviction de bien le servir, pourtant les actes concrets ne l’ont pas prouvé à suffisance. Il suffit de faire une lecture approfondie des faits qui se déroulent dans notre classe politique, entreprises et établissements publics pour se rendre compte de la provenance de l’instabilité politique et de l’insécurité sociale que traverse ce don Dieu qu’est la République Démocratique du Congo, en dehors de quelques exceptions qui ne confirment pas la règle bien sûr. Il est donc temps pour que chacun de nous y prenne conscience en apportant sa modeste contribution à l’édifice de la paix dans les domaines susmentionnés. Au nom de la recherche de cette paix dans sa diversité, il faudra avoir le courage de dénoncer les antivaleurs qui se développent dans notre classe politique, entreprises et établissements publics. Car, le faire c’est bien. Mais, réfléchir et proposer des solutions pratiques aux problèmes posés, c’est mieux. Tant qu’il est dit que « mieux vaut prévenir que guérir », et que « le petit palmier même planté pendant la saison sèche, grandit toujours avec des épines », il revient donc aux congolais que nous sommes de savoir nous servir de ces deux maximes dans les différents domaines de notre vie pour aider notre hiérarchie sectorielle à se décider en connaissance de cause. En ce qui concerne cette recherche de paix en milieu politique, professionnel et extra-professionnel, la réconciliation et le pardon mutuel doivent faire l’objet d’une sensibilisation et d’éducation de la population qui convertirait la division négative de la classe politique en division positive, afin que le changement dans notre pays puisse être une affaire de tous les congolais qui peuvent changer leurs antivaleurs en valeurs, après le 24 janvier 2019. Aux professionnels des médias de s’organiser et de se prendre en charge d’une manière pratique dans leurs programmes éducatifs pour que le contenu de notre devise qui est « Justice paix travail » et celui de notre hymne conduisent notre pays à une paix dans sa diversité, en milieu politique, professionnel et extra-professionnel. Avec la communication positive dans les médias et autres canaux appropriés, le climat de paix s’installerait facilement dans notre classe politique, entreprise et établissement publics. C’est avec la communication positive médiatisée que la division positive pourra apporter au peuple congolais le meilleur puits de la récolte qui proviendrait d’un culte œcuménique de réconciliation et de pardon mutuel pour tous les congolais, en général, les autorités politiques, dirigeants des entreprises et établissements publics en particulier. Avec la capitalisation rationnelle du patriotisme, du nationalisme et du réalisme politique, le climat de paix règnerait aussi indiscutablement dans notre classe politique, grâce à la communication positive des professionnels des médias qui serait assise sur la division positive et les critiques constructives utiles pour que notre pays soit bâti plus beau qu’avant dans la paix, après le 24 janvier 2019 comme l’ont voulu le Président sortant et le Président entrant de la 3ème République de la RD Congo, dans leur dernier et premier discours devant la Nation. Pour que le climat de paix règne en tout et pour tout en RDC, après l’alternance pacifique et historique du 24 janvier 2019, chacun de nous devra sectoriellement capitaliser le contenu de la devise de notre pays qui est « Justice-Paix-Travail » et de notre hymne national « Le Debout Congolais ». L’homme de Culture Aimé

Isidore KAKUSA GULUNDUGA MULONDO Petit Palmier au Gros Cœur

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout