Dernières publications

Donnant de la voix pour révéler ses idées ainsi que sa motivation sur la question de la réconciliation nationale en RDC, Clément Kanku, Président du Mouvement du Renouveau (MR) pense que ce serait une récompense en mémoire de ceux qui ont lutté pour la démocratie, la paix et la tranquillité dans ce pays notamment, Lumumba, Laurent-Désiré Kabila et Etienne Tshisekedi.

Il l’a dit le samedi 16 mars 2019, à Kinshasa, à l’occasion de sa première intervention publique au pays après près de deux ans de silence radio. Il s’identifie ici comme celui qui veut contribuer à la réconciliation et la cohésion nationale. ‘’Je suis revenu au pays avec la seule mission de réconcilier Félix Tshisekedi, le Président de la République, et Martin Fayulu. Nous allons nous battre pour que cela arrive‘’, a-t-il soutenu.

A l’en croire, l’ex-député de l’espace grand-Kasaï, actuellement Président du MR, ne jure que sur la transformation de cette nation en un paradis pour ainsi briser le fléau de l’immigration en cascade. Et pour cela, ‘’vous êtes condamnés à vous entendre pour l'intérêt des enfants de ce pays. J'interpelle mes frères en politique et dans la foi chrétienne, Martin Fayulu Madidi et le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour qu'ils répondent, au mieux, aux attentes de la population congolaise‘’.
S’agissant de la question sur l’alternance politique en RDC, Clément Kanku a défini les rouages principaux de nouvelles manœuvres politiques dans l’opposition. D'où, l'appel à la critique constructive et aux propositions concrètes. Selon lui, la démarche que devrait entreprendre les opposants pour accompagner le Chef de l’Etat et rehausser le niveau de la nation demeure l’adhésion à sa vision politique sous forme d’une force politique de proposition. ‘’Le MR adhère, devant la face du monde, à la vision de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo non pas de manière partisane mais en tant que force politique de proposition et lampe témoin de la société qui, certes, n'hésitera pas à dénoncer les antivaleurs, ni à apporter nos propositions afin d’améliorer le niveau de vie des congolaises et congolais. Nous voulons permettre à la population de demander des comptes‘’.

Se réjouissant du fait que le Congo est à sa première alternance politique conduite par un camarade opposant, il invite les uns et les autres, particulièrement les opposants, à emboîter le pas en vue de faire valoir la victoire de l’opposition.
Clément Kanku n’a pas manqué de s’exprimer sur les élections en République Démocratique du Congo. Sans ambages, il salue la maturité et la détermination des acteurs politiques et la population congolaise. ‘’Je remercie le peuple congolais pour cette prouesse et cette détermination. Aujourd’hui, le Congo a brisé le cycle infernal dans le régime politique. Le peuple a démontré sa maturité. Je salue, également, le courage du Chef de l'Etat sortant, Joseph Kabila Kabange, qui a rendu possible cette passation, malgré les multiples tentatives des siens de le pérenniser au pouvoir‘’.

Fini la contestation
Le temps de la contestation est passé en même temps que celui de la campagne électorale et des élections, clame ce dernier. ‘’L’heure est au travail… ce dont le pays a besoin maintenant c’est la paix, la sécurité, le développement et le changement‘’.
Selon lui, même le combat de la « vérité des urnes » est passé. ‘’Le régime Kabila est parti. Ce fut l’un des grands désirs du peuple. N’est-ce pas le temps de se serrer les coudes, se tenir main dans la main pour accompagner la victoire de l’opposition, la faire asseoir et la matérialiser dans tous les domaines ? ‘’.

Affaire « Kamuina Nsapu »
Après avoir été accusé de traiter avec les troupes Kamuina Nsapu, Clément Kanku, qui indique avoir bouclé sa langue deux ans durant, déclare avoir pardonné à ceux qui lui ont causé du tort. L’homme met en garde quiconque s’hasarderait de le clouer dans des affaires louches sans preuves touchant à sa dignité. ‘’Pendant 2 ans, je me suis imposé le silence en mémoire de toutes les pertes en vies humaines du Kasaï, y compris ceux de ma propre famille. Aujourd'hui sera peut-être une des dernières fois que je parlerai de ce sujet. Dorénavant, j'irai en justice contre quiconque s'amusera de bafouiller avec mon nom, puisque nous sommes dans un Etat de droit. Je n'accepterai plus de me laisser accuser comme c'était le cas avec le Kamuina Nsapu. Je n'ai jamais entretenu des relations avec une milice. Les autorités connaissent tous ceux qui ont quelque chose à avoir avec ces milices, qu'il soit congolais ou étrangers‘’.
A travers sa communication, Clément Kanku répond non seulement à la main tendue par le Président de la République, mais rappelle également à tout congolais que c’est le moment de se mettre au travail.

La Pros.

Les plus lus