Quatre-vingts dix jours après la promulgation par l’ancien Président Joseph Kabila de la loi portant création, organisation et fonctionnement de l’Ordre national des ingénieurs civils (ONICIV), les ingénieurs civils congolais composant cette structure ont tenu leur assemblée générale constitutive, le samedi dernier dans la salle Fatima, sise dans la commune de la Gombe.

Un seul point était au menu de cette rencontre, à savoir : l’élection et l’installation des membres du Conseil national de l’ordre. Après vote des différents membres, Floribert Maswa a été élu au poste de 2ème Vice-président de l’ONICIV.
Pour ce 2ème vice-président nouvellement élu de l’Oniciv, la participation des membres à cette assemblée générale est totale du fait que les délégations sont venues de tous les quatre coins du pays notamment, de Likasi, Goma, Boma, Lubumbashi et Kinshasa. Pour ce faire, Floribert Maswa s’est félicité de cette élection qu’il juge transparente l’ayant permis d’obtenir 88% de voix.

Missions poursuivies par l’Oniciv
L’Etat congolais a doté cette corporation d’une loi de règlementation après le constat et enregistrement de plusieurs plaintes de la population concernant la dégradation rapide des routes ou encore l’affaissement çà et là des immeubles. Surtout que toutes ces incommodités reviennent sur le dos des ingénieurs. D’où, la naissance de l’Oniciv. Après l’installation du comité, cet organe veillera à ce que le métier d’ingénieur se fasse dans les normes. Dans cette même foulée, cet ordre aura la lourde responsabilité de protéger le travail de l’ingénieur qui consiste à revoir ses conditions et son traitement.

Quid des tâches du comité élu ?
A en croire Floribert Maswa, les rôles du 1er vice-président, 2ème vice-président et Secrétaire général, seront repartis après la mise en place proprement dite de la structure et l’élaboration du code d’éthique et déontologie professionnels. En outre, explique-t-il, le comité, une fois opérationnel, veillera à ce que le salaire d’un ingénieur ne soit pas en dessous de la moyenne fixée par la loi. Enfin, le 2ème Vice-président de l’Oniciv a souligné que la responsabilité du travail de l’ordre est énorme. «Nous devons commencer par travailler maintenant. Pour ce faire, chaque ingénieur civil qui souhaite travailler en RD. Congo devrait tout d’abord s’inscrire dans l’ordre et ce, indépendamment de la faculté dans laquelle il a étudié», a-t-il éclairci.

Gaston Kisanga

 

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout