Membre du mouvement citoyen Filimbi et une des figures de proue de la lutte pour l’alternance, Carbone Beni a dit sa râtelée quant à l’annonce par le Gouvernement de commémorer, avec un budget évalué à 6 millions Usd, les festivités du premier anniversaire de l’alternance pacifique, le 24 janvier 2020.

Au cours de la dernière réunion hebdomadaire de l’année 2019 de la Monusco, qui s’est tenue mercredi 18 décembre 2019 à son quartier général dans la commune de la Gombe, le Porte-parole intérimaire de la mission, Mathias Gillmann, a annoncé que le Conseil de sécurité de l’ONU a examiné le renouvellement du mandat de la Mission onusienne pour la stabilisation de la paix en RDC.

*C’est à Lofoi, lieu prestigieux qui rappelle bien les chutes de Kaloba situées vers le Parc de Kundelungu, au Haut-Katanga et dont Lubumbashi est et demeure la plaque tournante que Moïse Katumbi Chapwe, mieux connu pour avoir été l’un des meneurs des troupes du G7, du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au changement, d’Ensemble pour le Changement et, même, de Lamuka, a choisi hier, mardi 17 décembre 2019, de lancer les assises de réflexion en vue de la création de son tout nouveau Parti Politique.

Face aux éboulements de terrains et inondations à Kinshasa et dans les autres coins du pays, les chefs coutumiers se disent prêts à apporter leur aide au Gouvernement de la République pour stopper le fléau de ces catastrophes naturelles qui endeuillent nos populations et surtout protéger les vies humaines.

La gratuité de l’enseignement primaire doit être irréversible, a indiqué la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), dans sa déclaration lue par son Secrétaire général, Abbé Donatien Nshole, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 16 décembre au Centre interdiocésain.

Après l’adoption à l’Assemblée nationale, dimanche 15 décembre, du rapport de la Commission Politique, administrative et juridique (PAJ) accordant la paternité du groupe parlementaire AFDC-A à l’aile Nene Nkulu, le camp Bahati Lukwebo a, illico presto, réagi pour dénoncer les conclusions de ce dossier de litige opposant les députés nationaux de ce regroupement politique fractionné.

Dans une déclaration lue ce mercredi 18 décembre par la députée nationale Adèle Kayinda, l’AFDC-A/Bahati, indigné, a indiqué que la commission PAJ a été partiale et même partisane dans le traitement de cette affaire.
Cette formation politique a déclaré que ce rapport de PAJ résulte d’une démarche de dédoublement non pas seulement du groupe parlementaire mais aussi du regroupement politique Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés (AFDC-A).

A en croire Adèle Kayinda, présidente du groupe parlementaire de ce camp Bahati Lukwebo, la partialité de cette commission se prouve, à travers plusieurs points faibles qui ont été relevés dans ce texte présenté devant l’Assemblée plénière.
Du nombre des faiblesses, il a été noté que «la PAJ a délibérément ignoré les pièces lui transmises le 20 novembre 2019 et reçues effectivement le 21 novembre au regard de l’accusé de réception ». Lesquelles pièces étaient essentiellement le ‘’Journal officiel qui mentionne expressément la personne devant engager l’AFDC-A ou encore la lettre du ministère de l’Intérieur et sécurité qui tranche en faveur de Bahati Lukwebo’’.

En outre, ce regroupement politique a soulevé un autre point faible, à savoir : le fait que la PAJ ait recouru aux conclusions du dossier des députés de G7 d’avec ceux de la majorité présidentielle, pour parler d’une jurisprudence, alors qu’elle n’est pas du tout un juge, ni une Cour ou un tribunal.
«Au regard de ce qui précède, la PAJ a délibérément ignoré les pièces de l’AFDC-A (Bahati), fait adopter son rapport sur base des pièces prouvant la fraude et la corruption et reconduit une pratique abolie par l’accord de la Saint Sylvestre [dédoublement, ndlr]…La PAJ vient de violer les lois de la République, le Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale pourtant écrits par elle-même », a-t-il renchéri.

L’AFDC-A a, par ailleurs, signalé que cette décision de la PAJ ou encore le dédoublement ainsi orchestré font preuve d’un acharnement et d’une volonté de nuire à son Président qui, bien au-delà de la politique, a notamment vu son hôtel de Goma être scellé ‘’sans motif valable’’.
«Cet acharnement contre le Sénateur Professeur Modeste Bahati Lukwebo pour avoir exercé un droit démocratique de se présenter comme candidat Président du Sénat, a quitté le terrain politique et il fait aujourd’hui l’objet des représailles dans ses activités privées. Vous avez appris certainement que son hôtel de Goma vient d’être scellé suivant l’ordre de mission du 23 juillet alors qu’il bénéficie d’un arrêté provincial lui octroyant un certain nombre d’exonérations », a lancé Adèle Kayinda dans la lecture de ladite déclaration.

Corneille Lubaki

 

Conformément à la Constitution en vigueur, l’Assemblée nationale a clôturé depuis dimanche 15 décembre 2019 sa session de septembre essentiellement budgétaire. Lors de la plénière de la clôture, la commission PAJ de cet organe délibérant a communiqué son rapport sur le litige au sein du Groupe Parlementaire de l’AFDC-A.

Après plusieurs évaluations et brainstormings avec la RD. Congo, à travers principalement le ministère des finances chapeauté par José Sele Yalaghuli, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé, lundi 16 décembre, le programme de référence conclu avec l’Etat congolais pour la période de décembre 2019 à mai 2020, rapporte le communiqué de cette institution rendu public ce mardi 17 décembre 2019.

1969-2019 : il y a 50 ans depuis que le Project Management Institute (PMI) a été créé aux Etats-Unis. A cette occasion, le Chapitre de la RDC a organisé, le 14 décembre 2019, une grande conférence –Business pour marquer cette célébration du cinquantenaire, à Kinshasa. Et cela a été encouragé également pour d’autres représentations PMI à travers le monde.

C’est peut-être le début du dénouement pour la trentaine de Députés nationaux victimes des arrêts de la Cour Constitutionnelle au regard des assurances du Conseil National de Suivi de l’Accord de la Saint Sylvestre et du Processus Electoral (CNSA), au travers son président, Joseph Olenghankoy Mukundji qui les a reçus hier, mardi 17 décembre 2019, en son cabinet de travail.

Le Ministre congolais de la Justice, Célestin Tunda ya Kasende, s’emploie à faire de l’engagement ferme du chef de l’Etat à renforcer la lutte contre la corruption en RDC, son crédo. Il l’a rappelé ce lundi 16 décembre 2019, du haut de la tribune de la huitième Conférence des Etats- parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption, à Abu-Dhabi aux Emirats Arabes Unis.