Alexis Thambwe Mwamba peut s’estimer heureux. La justice belge vient d’abandonner les poursuites engagées contre le président du Sénat congolais, poursuivi pour crime de guerre et crime contre l’humanité, après plus d’une année de procédure.

A l’instar du Révérend André Bokundoa, représentant légal de l’Eglise du Christ au Congo (ECC), qui a de nouveau soulevé cette question, Jean- Claude Katende, président de l’Association africaine de défense des droits de l’homme (ASADHO) approuve aussi cette proposition d’un dialogue sur la situation sécuritaire à l’Est du pays.

*Trêve de bavardage, place au travail. L’instabilité qui prend de plus en plus ses quartiers au sein des institutions provinciales n’aura que trop duré. Plus d’une fois, le chef de l’Etat a tapé du poing sur la table, pour exprimer son désaccord face à cette réalité qu’il faut, à tout prix, tirer au clair en partant de la base.

Placée sous le signe de l’année de l’action par le Président de la République Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, lors de son adresse aux deux chambres du Parlement réunies en Congrès annuel de 2019, l’année 2020 n’aura pas de succès si les Congolais que nous sommes ne capitalisions pas rationnellement l’article 23 de la Constitution de notre pays qui dit que : «Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve de la loi, de l’ordre public et de bonnes manières».

Des esprits épris du chaos sont en ébullition depuis quelques jours en République Démocratique du Congo, aussi bien dans les Institutions que dans la rue. Sur la toile, ils alimentent une polémique politisée et discutent du sexe des anges, concernant une récente décision du Premier ministre Sylvestre Ilunga.

En accord avec le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, et après concertation avec le Comité National de Sécurité, le Ministre de l’ESU a rendu public une série de décisions en rapport avec les évenèments sympthomatiques survenus à l’Université de Kinshasa.

La Nouvelle génération pour l’Emergence du Congo (NOGEC) a, dans son communiqué du mardi 7 janvier, dit sa râtelée concernant les violences constatées, lundi 6 et mardi 7 janvier, à l’Université de Kinshasa (Unikin) et à l’Université de Kisangani (Unikis), lors des manifestations des étudiants contre l’augmentation des frais académiques fixés à 490 mille FC pour les classes de recrutement et 485 mille FC pour les classes montantes.

La police nationale congolaise est revenue à la charge pour mettre en garde tout étudiant qui sera aux homes après la date butoir de jeudi 9 janvier 2020, qu’il sera considéré comme un infiltré, un ennemi de la République faisant partie des bandits qui ont tué et blessé grièvement les éléments de la police le lundi 06 et le mardi 07 janvier dernier.

Le Président de l’Intersyndicale de l’Environnement et Développement Durable, Nico Inyunya Moma Komi, a présidé une importante réunion de l’Intersyndicale des syndicats représentatifs du ministère de l’environnement et développement durable. En présence de Patient Lushimbo, secrétaire de l’Intersyndicale, la tenue de cette rencontre est relative aux troubles provoqués par les syndicats non élus de ce ministère.