Le Projet de loi de finances de l’exercice 2020 a été avalisé par le Parlement, dimanche 15 décembre 2019, jour même de la clôture de la session ordinaire de septembre. Désormais évalué à 18.545.226.830.992 milliards de FC, soit près de 11 milliards de dollars américains, ce projet budgétaire a été adopté, après la présentation du rapport de la commission mixte paritaire de l’Assemblée nationale et le Sénat qui, du reste, avaient validé, respectivement en première lecture et en seconde lecture, ce texte de loi en des termes non-identiques.

*‘’Verba volant, scripta manent’’, disent les latinistes. Jacques Tshimbombo Mukuna l’a si bien compris lorsqu’il dit avoir suivi attentivement à la télévision, comme d’ailleurs des millions de compatriotes, le premier discours sur l’état de la Nation prononcé, le 13 novembre dernier devant le Congrès par le Président de la République, Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo.

*‘’L’année qui s’ouvre sera le témoin de la reprise de la collaboration avec nos partenaires traditionnelles, l’arrivée massive d’investissements étrangers, résultat de mes récents déplacements. Avec les mesures que nous avons prises sur tous les plans, je peux dire avec courage que nous sommes sur la bonne voie.

*La dernière fois que les deux chambres du Parlement congolais se sont réunies en congrès à l’occasion d’un discours sur l’état de la nation du Chef de l’Etat remonte à un peu plus d’un an. Le climat était assez tendu autour des questions relatives à l’organisation des élections générales, incertaines en ce moment-là, mais aussi sur le probable glissement de Joseph Kabila à la tête du pays.

*Plusieurs recommandations, globales et spécifiques, ont sanctionnées les travaux du 2ème Forum national sur la Décentralisation, tenue à Kinshasa du 11 au 14 décembre 2019. Les participants ont noté, entre autres, le développement des outils de planification et de gestion de la Décentralisation mais aussi l'organisation des élections municipales, urbaines et locales en République Démocratique du Congo.

Afin de corroborer avec la vision du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, celle de créer des emplois pour les jeunes, au cours d’un atelier qui s’est tenu hier, jeudi 12 décembre 2019, dans la salle Panorama du Fleuve Congo Hôtel, le Ministre de la Jeunesse et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, Eraston Billy Kambale, a procédé à la relance des activités des brigades agricoles des jeunes désœuvrés. Et, par ricochet, cet événement a annoncé le début de la mise en œuvre du projet portant création de 20.000 emplois par an pour les jeunes désœuvrés, qui sont appelés à se servir de leurs machettes dans les champs et non sur les hommes.

Depuis son avènement à la tête du Ministère, Eraston Billy Kambale Tsongo avait déclaré qu’il n’est pas un Ministre des conférences, car cette pratique est révolue. Au contraire, il est plutôt un homme des actions. C’est ainsi que, lors de l’atelier, il a laissé entendre que la campagne agricole compte 132 centres de production et 12 brigades agricoles disséminées à travers le pays. L’objectif est donc de pouvoir créer 20.000 emplois par an pour les jeunes, avec l’espoir qu’au bout de 5 ans, que le Congo arrive à offrir 100500 emplois pour les jeunes. «La matérialisation de ces programmes éducatifs renforcera la résilience des jeunes que vous êtes face aux messages des antivaleurs, de chômage et favoriser l’émergence d’un véritable sentiment d’identité, d’appartenance et de vivre ensemble. D’où, mon Ministère s’attache à créer un environnement propice à votre autonomisation et participation socioprofessionnelle et économique, pour vous garantir la possibilité de devenir des citoyens du monde actif et responsable », a déclaré ce Ministre en marge de ces assises. Sur le 80.000.000 d’hectares des terres arables, le Ministre de la jeunesse et Initiation à la Citoyenneté va entamer ces activités à Impuru, dans la commune urbano-rurale de Maluku.

Dans ce même chapitre, le Ministre de tutelle a également demandé aux encadreurs de ces jeunes de les aider à comprendre dans la langue qui leur sera plus facile afin de faciliter leur insertion mentale, sociale et professionnelle. «Aux encadreurs des jeunes, en votre qualité des travailleurs sociaux, vous devez analyser la situation et la réponse aux problèmes des jeunes. Et en votre qualité des tuteurs de formation, assurez les cours pratiques et d’accompagnement personnalisé des apprenants visant à obtenir des résultats concrets et mesurables en assurant un coaching pédagogique plutôt qu’un rôle magistral de transmission du savoir», a-t-il demandé. Et ce, avant de lancer un vibrant appel au Gouvernement à accompagner son Ministère, avec des moyens conséquents afin de matérialiser les divers projets en faveur de la jeunesse congolaise.

Dans la délégation du Gouvernement, la Ministre près le Premier Ministre Jacqueline Penge, a loué cette initiative de son collègue Ministre pour la jeunesse congolaise et, a appuyé sa déclaration en appelant tous les jeunes dits ‘’Kuluna’’, à faire bon usage de la machette dans le Champs. «Nous devons occuper les jeunes pour leur autonomisation non seulement à Kinshasa, mais aussi en province car l’agriculture est à la base du développement des grandes nations. Il existe des mamans maraîchères pourquoi pas des jeunes qui sont plus nombreux ? », S’est interrogée la Ministre Jacqueline Penge.

Il sied de noter qu’il est prévu l’organisation d’un séminaire de mise à niveau des encadreurs des jeunes sur les modalités pratiques de la relance desdites brigades ainsi que l’organisation des activités sur terrain d’initiation des jeunes en techniques agricoles modernes, sur toute l’étendue du territoire national. Et ce, en vue « d’offrir une perceptive de dignité à nos populations, de promouvoir la création d’emplois notamment, pour les jeunes, de lutter contre la précarité et l’exclusion», a dit le Président de la République, Félix Tshisekedi, lors de son discours d’investiture le 24 janvier.

Joséphine Mawete

 

La Sénatrice Francine Muyumba s’oppose catégoriquement à la récente décision prise par la Ministre des Affaires Etrangères, Marie Tumba Nzeza, rappelant définitivement au pays Ignace Gata Mavita et Zénon Mukongo Ngay, respectivement, représentants permanents de la RDC auprès de l’ONU à New York et à Genève.

Politologue de son état, observateur international des élections et auteur de plusieurs publications scientifiques, Albert Kawumbu vient de publier un nouvel ouvrage principalement destiné aux acteurs de la Société civile notamment, aux hommes et femmes de bonne volonté qui voudraient travailler pour l’intérêt général de la RD. Congo afin de mener les actions allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie de la population congolaise.

Le 13 décembre 2019, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, président de la République démocratique du Congo, a tenu devant le Parlement congolais un discours sur l’état de la nation, dans lequel il a présenté la situation politique, sociale, sécuritaire, diplomatique et économique de la RD-Congo, sous sa gestion.

Vingt-quatre heures après sa présentation, Jean Baudouin Mayo, Vice-premier ministre du Budget, a rencontré, au cours de la plénière du mercredi 11 décembre, les préoccupations soulevées par les sénateurs dans le cadre de l’examen, en seconde lecture, du projet de loi de finances de l’exercice 2020 dont le budget est évalué à près de 10 milliards de dollars américains.

Dans un communiqué de presse signé par son Président Joseph Olenghankoy, le Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus Electoral (CNSA) a félicité le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo, en rapport avec son discours prononcé vendredi 13 décembre 2019, devant les deux Chambres sœurs du parlement réunies en Congrès.