A l’aube de l’élection présidentielle couplée aux législatives nationales et provinciales en RD. Congo, les Nations Unies par le biais du Conseil de sécurité ainsi que de la MONUSCO attirent l’attention de tous les acteurs politiques sur la paix et la sécurité qui doivent régner au pays ainsi que dans la région avant, pendant et après le processus électoral en cours.

C’était prévisible. Le ticket Fatshivit est face à une mer à boire en ce qui concerne le réalisme de la campagne électorale. Après la phase de la ville de Goma où ils n’ont pas peiné à rencontrer leurs troupes de l’Unc et l’Udps, la suite de leur pèlerinage notamment, en ce qui concerne le rendez-vous de Walikale, s’est carrément soldée en eau de boudin.

Le grave incident incendiaire qui a eu lieu hier, jeudi 13 décembre 2018, calcinant la quasi-totalité des matériels et kits pour la tenue des élections dans la ville Kinshasa, a fortement installé des inquiétudes dans le chef du peuple congolais qui est plus que jamais dubitatif sur la date scellée du 23 décembre de ce mois.

Plus l’échéance électorale du 23 décembre 2018 s’approche, plus il devient difficile pour ceux qui veulent assujettir la République Démocratique du Congo de cacher leur projet. En effet, alors même que la campagne électorale bat son plein à travers le pays, l’Union Européenne vient de donner un signe plus qu’évident de l’appui qu’elle accorde à l’opposition congolaise.

Les élections tant attendues par toute la population congolaise, s’annoncent à grand pas. Petit à petit les rêves commencent à devenir une réalité. Pendant cette période de la campagne électorale, le candidat Président, Noël Tshiani, aux élections du 23 décembre prochaines, s’est confié à la presse, le mercredi 12 décembre dernier dans sa résidence actuelle à la Gombe.

Le Président de l’Association africaine de défense des droits de l’Homme, ASADHO, Jean-Claude Katende a dénoncé les différentes altercations et magouilles utilisés pour empêcher le bon déroulement de la campagne des candidats de l’opposition dont Martin Fayulu de Lamuka et Félix Tshisekedi de Cap pour le Changement, CACH.

A quelques jours de la tenue des élections en République Démocratique du Congo, Jean Placide Yoko Yakembe, Professeur d’Universités de son état, Membre de la cellule Juridique du Front Commun pour le Congo (FCC) et PCA de la Régideso, dans sa manière la plus laborieuse, a réussi à immortaliser Emmanuel Ramazani Shadary, Candidat N°13 à la présidentielle du 23 décembre 2018.

Il appert que le Président Joseph Kabila, depuis son avènement à la tête de la République Démocratique du Congo depuis 2001 jusqu’à ce jour, a toujours su garder son côté imprévisible et surprenant aux yeux de la majorité, dans la mesure où il n’a pas l’habitude de se confier fréquemment à la presse nationale, encore moins à l’internationale.