*La gravité de la situation, l’urgence et la crainte de la propagation incontrôlée du Coronavirus en République démocratique du Congo ont amené le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, à décréter par ordonnance et conformément à la Constitution du pays, « l’état d’urgence sanitaire » à Kinshasa, foyer de la pandémie.

Décision prise dans le cadre des mesures complémentaires d’application immédiate annoncées dans la soirée du mardi 24 mars 2020 par Félix Tshisekedi.

‘’Le Coronavirus n’a besoin ni d’un passeport, ni d’un visa, ni d’une carte d’électeur pour circuler chez nous. C’est nous qui circulons avec et qui devons comprendre que nous nous trouvons dans une situation de guerre face à un adversaire invisible, une guerre asymétrique aux conséquences désastreuses que nous pouvons éviter‘’, a déclaré le président de la République.
Cette déclaration fait suite à la réunion interinstitutionnelle présidée par le chef de l’Etat lundi 23 mars dernier, réunissant les bureaux de deux chambres du parlement et le gouvernement central. Ensemble, il était question de voir comment préserver la vie des congolais et assurer le bon fonctionnement des institutions en cette période de crise.

Parmi les mesures qui en découlent, l’interdiction de tous les voyages de Kinshasa vers les provinces et des provinces vers Kinshasa, afin de permettre le confinement de la capitale où l’épidémie prend ses quartiers. Mais également la fermeture de toutes les frontières du pays aux passagers et à toute personne, sauf pour les camions, navires, avions cargos avec fret. Il a également été décidé par Félix Tshisekedi la mise en place d’un service minimum au sein du gouvernement et des institutions pour palier au confinement à leurs domiciles des autres agents de l’Etat.
A cet effet, dans son adresse à la nation, le président de la République a instruit le Gouvernement d’étudier le souhait des opérateurs économiques et autres partenaires qui se sont proposés d’inonder le marché de Kinshasa de vivres de première nécessité et de produits pharmaceutiques jusqu’en mai prochain, et d’y réserver une suite favorable avec diligence.

Cependant, dans une période d’épreuves et d’incertitudes que le pays traverse, il est nécessaire que chacun soit appelé à prendre au sérieux cette pandémie et à observer toutes les mesures décidées, interpelle TshisekediTshilombo. ‘’Bien obligé, je réquisitionnerai les unités de la Police Nationale Congolaise et celles de nos Forces Armées afin d’organiser des patrouilles mixtes pour faire respecter ces mesures, pour le bien de tous‘’, a-t-il prévenu.

Quid de l'état d'urgence ?
Soulignons pour besoins de connaissance générale que « l'état d'urgence » désigne un régime exceptionnel, mis en place par un gouvernement, en cas d'atteinte grave à l'ordre public, de troubles graves ou de calamités nationales. Il se traduit par un renforcement des pouvoirs de l'autorité administrative notamment, des pouvoirs de police, des restrictions de certaines libertés publiques ou individuelles pour des personnes considérées comme dangereuses : contrôle de la presse, limitation de circulation des personnes ou des véhicules, expulsions du territoire, interdiction de réunion, assignation à résidence, etc.
L'état d'urgence peut être proclamé sur tout le territoire ou sur une partie de celui-ci. Même s'il est prévu par la loi, l'état d'urgence est une mise entre parenthèses de l'Etat de droit au profit du maintien de l'ordre public.

La Pros.

VOICI CE QUE LE CHEF DE L’ETAT A ORDONNE :

Article 1er : Des dispositions générales
L’état d’urgence sanitaire est proclamé sur l’ensemble du Territoire national pour faire face à l’épidémie de Coronavirus, Covid-19 qui met en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population.

L’état d’urgence est proclamé pour une durée de trente (30) jours prenant cours à la date de la signature de la présente ordonnance.
Il peut être mis fin à l'état d'urgence sanitaire par décision du Président de la République avant l'expiration du délai fixé par la présente Ordonnance lorsque les circonstances le justifient.
Les mesures prises en application de la présente Ordonnance cessent d'avoir effet après l’expiration du délai prévu au premier alinéa, à moins que l’Assemblée nationale et le Sénat, saisis par le Président de la République sur décision du Conseil des ministres, n’en aient autorisé la prorogation pour des périodes successives de quinze jours.
Article 2 : Des mesures sécuritaires sur le territoire national
Jusqu’à ce que soit proclamée la fin de l’état d’urgence sanitaire, sont de stricte application les mesures ci-après :
1. La fermeture de toutes les frontières du pays aux passagers et à toute personne, sauf pour les navires cargos et autres moyens de transport frets qui sont autorisés à accéder au territoire national. Leurs personnels sont cependant soumis aux contrôles de santé publique nécessaire.
2. Tous les vols en provenance des pays à risque et des pays de transit sont suspendus dès vendredi 20 mars 2020. Dans ce contexte, le voyage de tout passager de pays à risque, à destination de la République Démocratique du Congo, est censé reporté.
3. Sous peine d’être éconduit à la frontière, à leur arrivée sur le territoire national, tous les passagers d’un aéronef à destination de la République Démocratique du Congo remplissent la fiche de renseignements, se soumettent au lavage des mains et au test de température.
Article 3 : Des mesures relatives à l’exercice de la liberté
Pour des raisons de sécurité sanitaire, les mesures relatives à l’exercice des libertés suivantes sont prises :
1. L’interdiction de tous les voyages de la Capitale vers les Provinces et vice-versa, afin de permettre le confinement de la Ville de Kinshasa, foyer de la pandémie. Pour ce faire, chaque Responsable d’Institutions ou des Services est chargé de prendre de mesure de service minimum pour palier le confinement, à leurs domiciles des autres agents de l’Etat ;
2. Sont interdits tous rassemblements, réunions et célébrations de plus de vingt (20) personnes sur les voies et lieux publics en dehors du domicile familial, la population étant priée de rester à domicile et de n’effectuer que les déplacements strictement indispensables aux besoins professionnels, familiaux ou de santé ;
3. Sont interdits tous les mouvements migratoires, par les transports en commun, des bus, camions et autres véhicules de l’intérieur vers la Capitale et de la Capitale vers l’intérieur. A cet effet, des barrières seront érigées par les Gouverneurs de Provinces et les équipages se soumettront au contrôle de rigueur en matière du Coronavirus ;
4. L’interdiction de tous les transports fluviaux des passagers de Kinshasa vers les Provinces et vice-versa. Seuls les bateaux et les embarcations transportant les marchandises avec équipages et convoyeurs seront autorisés ;
5. Est ordonnée la fermeture provisoire sur toute l’étendue du territoire national des écoles, des universités, des instituts supérieurs officiels et privés et tous établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunion, avec effet à la date du 19 mars 2020 pour une durée de quatre (4) semaines ;
6. Sont interdites l’ouverture des discothèques, bars, cafés, terrasses et restaurants ainsi que l’organisation des deuils dans les salles, les domiciles ou sur la voie publique, les dépouilles mortelles devant être conduites directement de la morgue jusqu’au lieu d’inhumation et en nombre restreint d’accompagnateurs ;
7. Sont suspendus tous les cultes religieux pour une période de trente (30) jours prenant effet à la date du 19 mars 2020 ainsi que toutes les activités sportives dans les stades et autres lieux de regroupement sportif ;
Article 4 : De l’organisation et du fonctionnement de la riposte
Il est créé une Cellule de Riposte contre le Covid-19, dotée d’une autonomie administrative et technique, fonctionnant sous l’autorité du Président de la République ayant pour principale mission d’éclairer les choix de l’Exécutif dans la gestion de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 ; de lui donner des avis sur les mesures prises en vertu de la situation de l’urgence.
La Coordination de la Cellule de Riposte contre le Covid-19 est dirigée par le Professeur Docteur Jean-Jacques MUYEMBE TANFUM.
Article 5 : Des mesures sanitaires
Les Chefs et responsables de toutes les institutions, tant nationales que provinciales, sont tenus de prendre des dispositions sanitaires idoines pour mettre leurs membres et personnels ainsi que l’ensemble de la population à l’abri de toute contamination ou de toute propagation de la contamination au Coronavirus, Covid-19.
Tous les services de la santé publique sont requis pour assurer la vulgarisation et veiller à l’efficacité des mesures à appliquer.
Aux fins d’éviter la propagation de l’épidémie et de garantir la santé publique, sont autorisées, sous la Coordination de la Cellule de riposte contre le Covid-19, des mesures ayant notamment pour objet :
1. Le contrôle sanitaire systématique de toute personne entrant sur le territoire national et de celle au départ des villes, en particulier de la Capitale vers les autres provinces du pays ;
2. Les postes d’entrée maritime, fluviale, lacustre et terrestre du territoire national sont dotés du même dispositif de surveillance pour renforcer le contrôle des passagers en provenance de l’étranger ;
3. Le Gouvernement est instruit de trouver les moyens de ravitailler les agglomérations à grande affluence où le manque d’eau et d’électricité est quasi permanent, pour assurer l’hygiène ; de multiplier les points de lavage des mains dans les aéroports du pays et appuyer les équipes de la Régie des Voies Aériennes (RVA) et de la Direction Générale des Migrations (DGM) pour que nul n’échappe au contrôle d’hygiène ;
4. La mise en quarantaine de quatorze (14) jours maximums des personnes présentant les symptômes de Covid-19 et susceptibles d’être affectées par le Coronavirus ;
5. Le placement et le maintien en isolement, à leur domicile ou tout autre lieu d’hébergement adapté, des personnes affectées par le Coronavirus ;
6. Le Gouvernement de la République conçoit des voies et moyens pour augmenter la capacité d’accueil des hôpitaux, avec des pavillons spécialement dédiés aux personnes atteintes du COVID-19, et tient prêts les hôpitaux privés à intervenir en cas d’aggravation de la situation ;
7. Le Gouvernement est instruit de prendre toute mesure permettant la mise à la disposition des patients de médicaments appropriés pour l’éradication de la catastrophe sanitaire
Article 6 : Des mesures économiques
Le Gouvernement de la République met en place des modes appropriés d’approvisionnement des Villes en denrées alimentaires pour prévenir toute rupture de stock afin de mettre la nation à l’abri de toutes conséquences désastreuses sur le plan de la sécurité alimentaire, et des troubles éventuels à l’ordre public.
Article 7 : Des dispositions finales
Les Responsables et Chefs des institutions du Pouvoir Central, des Provinces ainsi des Entités territoriales décentralisées, autour de la Cellule de riposte, sont chargées, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution de la présente ordonnance qui entre en vigueur à la date de sa signature.

 

Statistiques

4750488
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1523
4246
59662
4527212
5769
640929
4750488

Your IP: 34.204.178.160
2020-04-02 08:59

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg