Dernières publications

*Le malaise qui ronge ce jour la coalition au pouvoir laisse à désirer. Les politiques s’entre-poignardent à longueur de journée, pour des motifs inventés, dans le seul but d’étirer le tendon de cette union jusqu’à la faire craquer, certainement.

Ce que redoute Vital Kamerhe, le Directeur de cabinet du chef de l’Etat, invitant toutes parties, les responsables des institutions principalement, à plus de retenue dans le langage, mais aussi dans leur agir. Sur les ondes des radios internationale et locale, il a choisi d’effectuer ses premières sorties médiatiques à l’occasion de l’an Un de l’alternance pacifique et civilisée au sommet de l’Etat. La tête d’affiche de l’Union pour la nation congolaise (UNC) s’est exprimée avec un message d’apaisement par rapport à tous ces missiles verbaux, de nature à tirer la République et l’élan de son développement vers le bas.

Optimiste, Vital Kamerhe croit fermement à l’émergence de la République Démocratique du Congo, dans tous les domaines possibles. Raison pour laquelle, il martèle inlassablement sur la vision de Félix Tshisekedi, décidé à faire de l’Homme congolais la première ressource de croissance.
Pour cela, la population et ses dirigeants doivent y mettre du leur, ensemble, afin de voir se concrétiser les rêves les plus ambitieux du présent gouvernement. Un défi plutôt balbutiant, dont la matérialisation est de plus en plus étiolée par les membres de la coalition au pouvoir à savoir, le Cap pour le changement (CACH) du président Tshisekedi et le Front Commun pour le Congo (FCC) dirigé par l’ancien président Joseph Kabila, qui ne cessent de se mener la vie dure, au bénéfice de leurs intérêts mesquins.
Cerise sur le gâteau est le cas qui fait encore parler de lui dans les médias, les «menaces indirectes» entre le président de la République qui, à Londres, a évoqué la possibilité de la dissolution de l’Assemblée nationale, et la présidente de celle-ci qui a soulevé l’intention d’une haute trahison de la part du chef de l’Etat et l’hypothèse de sa destitution.

Pour Vital Kamerhe, il n’y a aucun débat là-dessus. ‘’On doit respecter le Président de la République. Il incarne 90 millions d’âmes‘’, dit-il. En plus, poursuit le Directeur de cabinet, évoquer la dissolution de l’Assemblée nationale n’est pas un délit. Il n’en n’est pas jusqu’à pousser sa speakerine à une réaction si virulente.
Pas d’huile sur le feu
La deuxième personnalité du CACH pense, de ce fait, qu’il ne faudrait pas envenimer la situation, plus qu’elle ne l’est déjà. ‘’N’essayons pas d’ajouter de l’huile au feu. Nous allons tout simplement inviter Mme la présidente de l’Assemblée nationale de comprendre qu’il y a des lignes qu’il ne faut pas franchir‘’, a-t-il souligné.

Néanmoins, il reste clair sur le fait que de quel que manière que ce soit, déontologiquement, la présidente de la chambre basse n’a pas le droit de «recadrer» le chef de l’Etat, de surcroit publiquement, autant qu’un ministre envers le chef du gouvernement. Le comportement de la première des élus devrait être exemplaire, martèle Vital Kamerhe qui, de par son expérience en tant qu’ancien président de la chambre basse du parlement, invite Jeanine Mabunda à être une rassembleuse, sans parti pris, à la tête de l’Institution qu’elle dirige. ‘’Elle doit cesser de s’afficher derrière le Secrétaire permanent du PPRD…‘’, a-t-il déclaré sur la radio Top Congo le samedi 25 janvier dernier.
Ainsi, appelle-t-il, tous les congolais épris de bonne foi et de volonté à faire avancer la Nation, à constituer une sorte d’union sacrée au service du peuple congolais.

Après tout, la vie n’est pas une ligne droite, comme il l’a rappelé sur les ondes de la radio française récemment. ‘’Nous aurons de petites crises, nous aurons de grandes crises… Mais la force des hommes d’Etat, la sagesse et l’intelligence, est de surmonter ces crises‘’.
Encadrer la coalition CACH-FCC
Loin d’être un mariage parfait, la coalition CACH-FCC commet des erreurs. Elle a eu à tenir plusieurs réunions conjointes et ses responsables respectifs se sont rencontrés à plusieurs reprises, chacun allant vers l’autre discutant de la façon dont il faut encadrer cette coalition, principalement pour sa première année… qui était sévèrement fragile. Surtout, étant donné que c’était une première expérience pour le pays dont les dirigeants actuels n’ont pratiquement aucune référence dans le passé.

Rien de plus étonnant qu’il y ait eu quelques tiraillements entre les membres de la coalition, comme cela aurait pu être le cas dans n’importe quelle famille du monde, soulève Vital Kamerhe. L’important, dit-il, est de pouvoir revenir à la raison après et ramener tout le monde au bon sentiment.
Il signale, tout de même, que c’est pour la première fois en RDC qu’il n’y ait pas de rébellion dans aucun coin du pays, une année après la tenue des élections. ‘’Nous croisons les doigts, nous allons travailler pour que cela n’arrive pas‘’, rassure le Directeur de cabinet.

Vital Kamerhe a aussi évoqué la controverse autour des chantiers de constructions des sauts-de-mouton qui intrigue plus d’un congolais. Le Directeur de cabinet confirme l’inauguration du site de Pompage par le chef de l’Etat le 30 janvier prochain, après le raté du 23 décembre 2019.

La Pros.