Une réunion du bureau politique du Courant des démocrates rénovateurs (CDER), a été tenue le samedi 11 janvier 2020 par son Président national, Jean-Lucien Bussa. Il était question de relancer de manière effective les activités du parti.

Conscient de nombreux défis qui se posent dans le quotidien du citoyen congolais, et très préoccupé par la situation politique et sécuritaire en RDC, le CDER a, dans sa déclaration, suggéré des réformes sur des questions d’ordre institutionnelle et de gouvernance. Les membres du bureau politique n’ont pas manqué d’aborder la question relative à l’intérim du président national, conformément à la loi, mais aussi la situation à l’Université de Kinshasa.
Evaluant le parcourt de son parti pendant la période électorale, Jean-Lucien Bussa a reconnu que le Courant des démocrates rénovateurs (CDER) est rentré dans la scène politique à un moment très difficile notamment, celui de l’inquiétante question d’éligibilité. Et, partant de cette expérience douloureuse, le président national du CDER a laissé entendre que le véritable challenge pour eux était, en fait, «d’exister».
Ayant participer activement dans le combat pour l’alternance, Jean-Lucien Bussa a demandé aux militants de son parti de devenir, dès lors, plus fort qu’avant en vue de garder le cap toujours vers le haut pendant les cinq prochaines années.
Aussi, dit-il, les fondamentaux de la vision du parti seraient de tout faire afin que sa position émerge au sein gouvernement et dans leur plateforme politique qui est le Front Commun pour le Congo (FCC).

Propositions des réformes
En marge de cette réunion qui signe la rentrée politique du parti, une déclaration comportant quelques questions pertinentes relatives aux réformes dans le système politique congolais a été lue.

S’agissant de la situation politique et sécuritaire, le CDER a rendu un vibrant hommage aux architectes de l’alternance démocratique en RDC, à savoir : le Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi et son prédécesseur, Joseph Kabila, Autorité morale du FCC. Ce, avant d’inviter le peuple congolais et la communauté internationale à veiller à la consolidation de cette coalition FCC-CACH, en vue de maintenir la paix et l’unité dans le pays.
Satisfait de la détermination du Chef de l’Etat d’éradiquer toutes les forces négatives qui sèment la désolation dans la partie Est du pays, le CDER invite tous les congolais à manifester leur soutien aux FARDC pour les efforts consentis, et pour préserver l’intégrité et la sécurité en RDC, en général. Convaincu, cependant, qu’aucune partie de la République Démocratique du Congo ne sera cédée, le CDER voudrait, par l’occasion, éradiquer cette théorie de la balkanisation dans l’esprit de chaque congolais.

Quant aux questions de réformes, le Courant des démocrates rénovateurs affirme la nécessité de celles-ci sur le plan politique ainsi qu’une bonne gouvernance en RD Congo. Notamment, la question de l’élection présidentielle au suffrage universel direct et à la majorité du suffrage exprimés, l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs au suffrage universel direct, l’application du seuil d’éligibilité au niveau de la circonscription et non au niveau national, la suppression du paiement de la caution pour les candidatures à tous les niveaux et aussi la reformation de la CENI en vue de rendre crédible et transparente les prochaines élections en République Démocratique du Congo. Le CDER suggère également la dissolution du Conseil national de suivi de l’accord de Saint Sylvestre, dont la mission étant expirée par la mise en place des nouvelles institutions publiques ainsi que l’irrévocabilité de la nationalité congolaise, quel que soit le cas.
S’agissant de la gouvernance, il a été préconisé la mise en place de bonnes pratiques de gouvernance sur font du changement radical du système et de l’accroissement de l’efficacité des institutions.

Autre chose, le CDER prend acte des mesures prises par le gouvernement de la République quant aux divers actes posés par les étudiants de l’Unikin et autres inciviques. Il appelle les vrais étudiants au calme parce que le pays a besoin de leur savoir pour sa construction et son développement.
Il sied de signaler qu’à l’issue de cette réunion, une annonce a été faite sur la cérémonie d’échange de vœux qui interviendra dans les jours qui suivent. Sachant, par ailleurs, que le Président national du CDER, Jean-Lucien Bussa devrait céder la place, pour un mandat intérimaire à un autre cadre du parti, conformément à la loi.

La Pros.