*De retour à Kinshasa au terme d’une tournée partielle qui les a conduits successivement à Beni et puis, au Kwilu, dans le cadre des festivités de fin d’année 2019, deux membres du présidium de la coalition Lamuka, en l’occurrence, Adolphe Muzito et Martin Fayulu, s’activent dans les préparatifs de la grande «Marche de deuil et d’indignation» prévue pour le 17 janvier prochain, jour du martyr du Héros national, Patrice Emery Lumumba.

A présent, cap vers le Grand Equateur dans les tout prochains jours.
Ces deux ténors de l’opposition qui méconnaissent la présidence de Félix Tshisekedi ont, tout de même, réagi au message de vœux de ce dernier diffusé sur la télévision nationale dans la soirée du 31 décembre 2019. Lamuka juge Félix Tshisekedi très mal placé pour dire que tout va aller mieux en 2020.
Le Porte-parole d’Adolphe Muzito que le Chef de l’Etat est encore resté dans le déni de la vérité en voulant faire croire au peuple qu’il veut une justice sociale alors que plus de deux cent mille enseignants ne sont pas payés, les routes sont dans un mauvais état, il y a des inondations et les populations sont massacrées dans l’Est du pays. Ce même Porte-parole pense qu’en 2020, Tshisekedi va faire la continuité de ses promesses, il va innover dans les promesses au lieu d’innover dans les actions.

«Il [Félix Tshisekedi] nous parle toujours de la lutte contre la corruption, il est incapable de trouver la solution à la disparition de 15 millions de dollars où son propre cabinet est mis en cause et plusieurs autres dossiers, entre autres, des marchés de gré à gré qui sont attribués à travers la complicité de certains membres de son cabinet.
Malheureusement, il est très mal placé pour nous dire que tout va aller mieux en 2020 pendant qu’il n’a montré aucun signe de bonne foi. Nous nous estimons qu’il va continuer dans sa politique des promesses. Nous allons encore une fois constater son échec, nous allons le suivre point par point parce que la présidence qu’il a, il ne l’a pas méritée», dixit le Porte-parole du Coordonnateur de la plateforme Lamuka.

Les revendications de cette frange importante de l’opposition sont connues, à savoir : la mise en place d’un Haut Conseil en vue des réformes institutionnelles et profondes, spécifiquement celle de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et de la Cour Constitutionnelle ; une Transition de dix-huit mois ; des élections anticipées surtout au niveau présidentiel.

Quant à la marche de deuil et d’indignation sur toute l’étendue du pays et dans la diaspora, Muzito et Fayulu vont bientôt effectuer une descente dans le Grand Equateur (Nord-Ubangi, Sud-Ubangi, Mongala, Tshuapa, Equateur) pour y mobiliser la population. Dans son récent message de vœux, Martin Fayulu a précisé que Lamuka parle de «Deuil pour pleurer nos frères et sœurs tués à Beni et ailleurs. Indignation pour exprimer notre désapprobation au plan de balkanisation de notre pays.

Ce jour-là, soyons tous des Lumumba !
Bandeau blanc au tour de la tête, nous marcherons pour dire au monde entier que nous sommes désormais réveillés, débout, déterminés et en marche pour sauver notre patrie en danger. Ceux qui ne pourront pas marcher, qu’ils portent seulement le bandeau blanc du deuil et d’indignation partout où ils se trouveront». Beaucoup espèrent que ladite marche ne se mue pas en émeutes, flambée de violences et autres formes de récupération politicienne.

La Pros.