Au cours d'une rencontre avec les professionnels des médias, le directeur exécutif du forum des défenseurs et des organisations des personnes handicapées en Afrique centrale et dans les Grands Lacs (FOPHAC), Me Pindu Patrick a dénoncé le retard de trois pays africains qui n'ont pas encore soumis leurs rapports initiaux sur la mise en œuvre de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

Parmi lesdits pays africains, il y a notamment, le Gabon, la République du Congo et la République démocratique du Congo. L'objectif de cette convention est de promouvoir, protéger et assurer la pleine et égale jouissance de tous les droits de l'homme et promouvoir le respect de leur dignité intrinsèque.
Au fond, le comité des personnes handicapées qui est rattaché au Haut-commissariat des Nations Unies attendait deux rapports, à savoir : un rapport initial du gouvernement et un rapport alternatif des organisations de la société civile de chaque pays ayant adhéré ou ratifié cette Convention.

Le FOPHAC, membre à part entière de la société civile, est monté au créneau pour appeler les gouvernements de ces trois pays de soumettre leurs rapports. Car, la situation des personnes handicapées dans ces trois pays demeure déplorable. C'est dire que les droits des personnes handicapées sont toujours bafoués. C'est le cas de la RDC qui manque même une loi organique sur le respect des personnes handicapées. Cela, malgré la nomination de la ministre déléguée aux affaires sociales en charge des personnes handicapées et vulnérables. Celle-ci ne cesse de recevoir des plaidoyers des organisations des personnes handicapées sur la soumission dudit rapport initial attendu depuis l'adhésion de la RDC à la Convention en 2015.
"Je profite de l'occasion pour saluer encore une fois de plus la bonne foi du Président de la République, Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, manifestée par son initiative de la création du Ministère délégué aux affaires sociales, en charge des personnes handicapées et autres vulnérables. Ceci est un grand pas dans la lutte pour le respect effectif des droits des personnes vivant avec handicap en RDC. Je recommande aux décideurs des pays d'Afrique centrale et de Grands Lacs, de s'engager résolument pour promouvoir et protéger efficacement les droits des personnes handicapées", a martelé Me Pindu Patrick.

En outre, il a souligné qu'il est très important que les organisations des personnes handicapées renforcent encore leurs coordinations et leurs efforts pour une approche plus cohérente et intégrée en faveur des personnes vivant avec handicap, de manière à maximiser leur impact sur l'épanouissement de leurs vies.
Ainsi, Me Pindu a lancé un appel vibrant aux Organisations des personnes handicapées pour leur adhésion au FOPHAC afin de bénéficier des financements à leurs activités de 500 à 1500$. D'autres précisions se trouvent dans le site web : www.fophac.org.

Aperçu des activités du FOPHAC
A cette occasion, les journalistes ont été au parfum de plusieurs activités de terrain réalisées par le FOPHAC. Notamment, des sessions d'information et de sensibilisation sur les instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux relatifs aux droits de femmes en RDC ; des chefs des services communaux des affaires sociales sur les droits personnes handicapées ont été sensibilisés sur les instruments juridiques de l'Union Africaine et le système africains de protection des droits de l'homme ; les plaidoyers sur la ratification et la signature par la RDC du Protocole à Charte Africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique, et sur la soumission par la RDC de son rapport initial sur la mise en œuvre de la CDPH au comité des droits des personnes handicapées etc. 

Aussi, la participation des agents du FOPHAC aux rencontres internationales, régionale et nationale. A ce stade, les deux dernières rencontres en vogue ce sont: celle de Mme Stéphanie BOLIA, Chargée des programmes du FOPHAC, sur sa participation à Nairobi au Kenya, au 25ème anniversaire de la conférence internationale sur la population et le développement, du 11 au 15 novembre 2019, et celle de la délégation du FOPHAC organisée par la Banque Mondiale en marge de la journée internationale des personnes handicapées, à Kinshasa.

Jules Ntambwe