Le Ministre congolais de la Justice, Célestin Tunda ya Kasende, s’emploie à faire de l’engagement ferme du chef de l’Etat à renforcer la lutte contre la corruption en RDC, son crédo. Il l’a rappelé ce lundi 16 décembre 2019, du haut de la tribune de la huitième Conférence des Etats- parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption, à Abu-Dhabi aux Emirats Arabes Unis.

Il est à la tête de la délégation de la RD. Congo à ces travaux qui dureront cinq jours. Pour le Vice-premier Ministre, la corruption étant considérée comme l’un des actes criminels les plus perpétrés et moins réprimés au point d’être érigée en un système, son éradication dans chacun des Etats devra découler d’une volonté politique clairement affirmée et doit concerner tous les niveaux de la hiérarchie de chaque pays.
Pleinement ancré dans la vision du Président Félix Tshisekedi à faire de la corruption et du détournement des deniers publics la priorité des priorités de sa politique gouvernementale, mais aussi celle du gouvernement de la République, le Ministère de la Justice que dirige Me Célestin Tunda envisage de redynamiser une ancienne structure de proximité permettant de prévenir la Commission d’actes de corruption, en l’occurrence la Brigade antifraude.

Le Ministre de la Justice a également souligné que la RDC entend aussi s’inspirer de l’expérience française dans le but de renforcer la lutte contre le détournement des deniers publics, le blanchiment de capitaux, la fraude fiscale à haute échelle et la corruption, en mettant en place un parquet financier. ‘’Cet organisme devra ainsi se situer au dessus de tous les justiciables congolais, étrangers, puissants ou faibles, riches ou pauvres, sans se laisser influencer par quiconque‘’, a-t-il relevé.

Pour une justice équitable
Et pour une bonne appropriation de la question, d’autres acteurs ont été associés à l’évaluation de la RDC tant pour le premier cycle que pour le second cycle du mécanisme d’examen.
Rappelons que le serment du chef de l’Etat formulé le 24 janvier de cette année, vise aussi à renforcer la lutte contre la corruption en RDC, en rappelant tout le personnel de l’appareil judicaire du pays, spécialement les magistrats, qu’ils doivent en toute circonstance rendre une justice juste et équitable, sans nullement céder à la tentation de la corruption.
Célestin Tunda relève à Abu-Dhabi, le souhait le Président de la République concernant la revisitation en la matière et à la mise en place de nouveaux mécanismes et moyens plus adaptés à la mutation du phénomène de la corruption avec des sanctions plus dissuasive.

Bien avant cela, il a répondu favorablement à l'invitation de Mr. JAMES A. WALSH (Principal Deputy Assistant Secretary) du BUREAU OF INTERNATIONAL NARCOTICS & LAW ENFORCEMENT AFFAIRS venu de WASHINGTON pour cette occasion. Ils ont échangé sur les grandes questions relatives à la réforme de la Justice notamment, sur les axes prioritaires de cette réforme dont un point d'honneur a été mis sur la lutte contre la corruption. Mr JAMES A. WALSH a rassuré le Vice- premier Ministre en charge de la Justice que les USA sont disposés à accompagner la RDC à relever ce défi.

Relever le défi de la corruption
Aussi, a-t-il invité l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime à continuer à définir les priorités stratégiques et à fournir en synergie avec d’autres partenaires au développement une assistance technique et adéquate aux Etats partis pour leur permettre de relever le défi de la corruption. ‘’Je renouvelle également l’engagement de la RDC à lutter contre la corruption sous toutes ses formes et en toute circonstance‘’, affirme le Vice-premier ministre.
Par ailleurs, il a rappelé les efforts consentis par le secrétariat de l’Office des Nations Unis contre la corruption pour la tenue et la réussite de cette conférence qui revêt un caractère très important tant pour la communauté internationale, en général, que pour la République Démocratique du Congo, en particulier.

Et préoccupé par la gravité des problèmes que pose la corruption et de la menace qu’elle constitue pour la stabilité et la sécurité des sociétés en sapant les économies, les institutions, les valeurs démocratiques et éthiques, la justice en compromettant le développement durable de l’Etat des droits, la RDC a procédé le 23 septembre 2010 à la ratification de la convention des Nations Unies contre la corruption.

Face à cela, déterminé à contribuer à l’éradication de ce fléau à l’échelle planétaire, la RDC avait pris une part active aux votes de différentes résolutions découlant de la 7ème session de la conférence tenue à Vienne, en Autriche, en novembre 2017.

La Pros.

 

Statistiques

4691525
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
699
19350
164313
4363090
587735
534319
4691525

Your IP: 34.239.172.52
2020-03-29 00:56

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg