Mercredi 11 décembre 2019 à l’Assemblée provinciale de Kinshasa, il y a eu une séance plénière axée notamment, sur l’examen et l’adoption du projet d’édit portant reddition des comptes du budget de la ville de Kinshasa pour l’exercice 2019.

Il était également question de l’examen et l’adoption du projet d’édit de finances portant budget de la ville de Kinshasa de l’exercice 2020. Au cours de cette session spécialement budgétaire, Gentiny Ngobila, gouverneur de Kinshasa, a officiellement présenté son projet de Budget de la ville de Kinshasa pour l’exercice 2020. Avec un montant de FC 911.334.409.657 en recettes et en dépenses, soit environ USD 540.210 millions au taux officiel de 1687 FC le dollar, ce budget s’articule autour des 5 piliers.

Tel que prévu, le premier citoyen de la ville-province de Kinshasa a déposé un projet d’édit budgétaire et il a fait le rapport de l’exécution du budget lors du 1er semestre ensuite, il a évoqué les ancrages liés à son exécution et présenté les grandes lignes de ce projet du budget de l’exercice 2020. Il s’agit d’un projet qui devra relever le défi du programme quinquennal «Kinshasa Bopeto».

Gentiny Ngobila souhaite, de ce fait, que la ville de Kinshasa soit dotée d’un budget à la hauteur des besoins de la population kinoise. ‘’Réaliser ce défi suppose à la fois avoir un budget qui soit à la fois ambitieux, sincère et crédible tant en recettes qu’en dépense‘’, a-t-il laissé entendre. Le nouveau gouvernement de la capitale se fixe donc comme objectif principal «La maximisation des recettes».

5 piliers pour la maximisation des recettes
L’ensemble des ressources ainsi que les stratégies de maximisation des recettes du prochain budget de la ville de Kinshasa s’inscrivent dans le cadre de l’exécution de la tranche 2020 du plan d’action prioritaire de mise en œuvre du programme quinquennal 2019-2023 du gouvernement provincial de la ville de Kinshasa. Ce plan d’action est décliné en 5 piliers.
Il s’agit du renforcement de la gouvernance et la consolidation de la paix, la diversification et la transformation d’économies, l’aménagement du territoire pour le développement d’une infrastructure moderne et intégrée, le développement social et la valorisation des ressources humaines ainsi que l’environnement et le développement durable.

Par ailleurs, l’actuel gouvernement va exécuter la tranche annuelle 2020 de son programme d’action prioritaire en sélectionnant des priorités sectorielles les plus urgentes et en les alignant comme action à entreprendre dans le cadre des dépenses en capital. C’est pourquoi, ce budget prévoit des crédits conséquents dans les domaines prioritaires, entre autres, la santé, la lutte contre l’insalubrité, les infrastructures et travaux publics, l’éducation et aussi l’agriculture.
‘’Il sied de rappeler que le gouvernement quinquennal a été investi sur base du programme quinquennal 2019-2023, lequel est axé sur la vision : Kinshasa Bopeto, par tous et pour tous, pour une métropole attractive, rayonnante et résiliente, offrant un cadre de vie axé sur le mieux-être des kinois‘’, souligne Gentiny Ngobila.

Cap sur l’amélioration de la gouvernance
Ce programme qui s’aligne sur le contexte du développement économique et social du pays axé sur les ODD tel que matérialisé dans la vision et les idées forces du chef de l’Etat, est mis en exergue dans son discours d’investiture du 26 janvier 2019. Il s’articule autour de 5 principaux axes à savoir, améliorer la gouvernance dans la ville de Kinshasa et rétablir la sécurité ; développer et diversifier les activités économiques, promouvoir l’entreprenariat féminin, créer les emplois pour les jeunes surtout ; assurer le développement urbain ; améliorer la qualité et l’accès aux services sociaux de base ; protéger l’environnement et assainir la ville de Kinshasa.

Parmi les objectifs poursuivis, il y a, entre autres, le développement des activités économiques avec un accent sur l’entreprenariat féminin et la création des emplois, surtout pour les jeunes. Mais aussi améliorer la gouvernance et rétablir la sécurité, assurer l’assainissement et la protection de l’environnement, améliorer la qualité et l’accès aux services sociaux de base, et moderniser les infrastructures de base.
Soulignons que le budget de la ville de Kinshasa tient compte les recommandations contenues dans la lettre d’orientation du premier ministre conformément aux prescrits de la loi N°11/011 du 13 juillet 2011 relatives au finances publiques.

Avec un taux pas très avantageux
Suivant les dispositions de la loi relative aux finances publiques, les principaux indicateurs macro-économiques qui sous-tendent les prévisions budgétaires de l’exercice 2020 de la ville de Kinshasa se présentent avec 5,4% de taux de croissance du PIB ; 6,8% de taux d’inflation moyenne ; 6,5% de taux d’inflation fin période ; et 1687,4 FC le dollar américain de taux de change moyenne.

Aussi, pour le taux de change fin période : 1687,9 FC le dollar américain ; PIB nominal : 97.683 milliard FC. Ces chiffres ont permis à l’exécutif provincial de présenter un budget en équilibre, en recettes et en dépenses. Ainsi, le budget de la ville de Kinshasa est présenté en équilibre, en recette et en dépenses FC 911.334.409.657.
‘’J’ai la ferme conviction que la volonté politique du chef de l’Etat, celle de doter les provinces des moyens financiers conséquents, sera bel et bien accomplie‘’, a affirmé le gouverneur de la ville.
Après la présentation du budget de la ville de Kinshasa, un débat général a été ouvert afin de permettre aux députés provinciaux de soumettre leurs différentes préoccupations.

DN & BL