Le Vice-premier ministre en charge de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, Gilbert Kankonde Malamba, s’est rendu cette semaine à Goma afin de trouver une solution immédiate aux problèmes de sécurité à l’Est de la République Démocratique du Congo.

Son arrivée est consécutive aux événements malheureux ayant secoué la ville de Beni, dans la province du Nord-Kivu. Par ailleurs, il a affirmé que l’Etat congolais travaille étroitement avec la Monusco et que son soutien est nécessaire pour sortir la RDC de la situation actuelle et la maintenir définitivement sur la voie de la paix.
La situation sécuritaire à l’Est est une question qui touche la République Démocratique du Congo toute entière. Accompagné d’une forte délégation, le Ministre de l’Intérieur a précisé que la population ne doit pas croire que la Mission de l'Organisation des Nations Unies en RDC fait partie du problème car, elle n’a aucun intérêt de voir la zone Est de la RDC être en insécurité.

Pour lui, la population doit garder son calme et ne pas considérer la Monusco comme un ennemi mais plutôt comme un partenaire du gouvernement congolais qui intervient aussi dans la logistique militaire.
Il précise, cependant, que le maintien de l’ordre et la sécurité sont des tâches qui relèvent tout d’abord de la responsabilité de l’Etat. ‘’La Monusco est ici, et elle intervient très souvent en termes de logistique. Mais, pour le maintien de l’ordre et la sécurité de nos populations, c’est d’abord une tache qui relève essentiellement des responsabilités régaliennes de l’Etat. Et là, nous nous assumons, et comme nous sommes en collaboration avec la Monusco qui intervient sur plusieurs domaines, ce sont nos partenaires, et nous sommes ensemble‘’, a-t-il précisé. Le gouvernement central, ajoute-t-il, est à la manœuvre pour trouver une solution aux différents problèmes d’insécurité.
Gilbert Kankonde a rassuré que le gouvernement de la République, à travers les forces des sécurités, a décidé de la multiplication des patrouilles pour mettre fin aux manigances des ennemis qui ne sont nuls autres que les ADF.

Rappelons que le jeudi 28 novembre 2019 à Goma, au cours d’une nouvelle manifestation exigeant le départ imminent de la Monusco suite aux récentes tueries dans la majeure partie de l’Est de la RDC, deux civils ont été encore tués. Ces jeunes, précise-t-on, ont trouvé la mort face à l’intervention de la Police Nationale Congolaise, qui a fait usage des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour disperser les manifestants, selon des sources présentes sur le lieu.

Dorcas Nzumea