*Ce qui ne paraissait jusqu’ici que comme une simple menace, s’est finalement mué en une sentence aux accents d’une descente aux enfers.


Depuis hier, en effet, Jean Bamanisa Saïdi n’est plus en odeur de sainteté avec les Députés Provinciaux. Déjà, dans la matinée de ce mercredi 20 novembre 2019, ces derniers, alors qu’ils étaient interdits d’accès dans l’hémicycle, ont résolu, en dépit des altercations avec les éléments de la Police, de se réunir au salon du bâtiment abritant l’Assemblée Provinciale de l’Ituri. En fin de compte, ils en sont arrivés à organiser un vote dont les résultats ne sont, malheureusement, pas d’une bonne saveur pour l’Autorité Provinciale dont la tête est sacrifiée sur l’autel de ses dernières démêlées avec ses Députés Provinciaux. Sur 28 votants, 27 ont adopté la motion de défiance contre Jean Bamanisa Saïdi. Tandis qu’un seul d’entre eux, pour des raisons qui lui sont propres, s’est abstenu. Selon la procédure, le Gouverneur ainsi destitué devrait, normalement, présenter sa démission au Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, ou, à tout le moins, au Gouvernement central, représenté, s’il échet, par le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité.

Que reproche-t-on à Bamanisa ?
Les Députés Provinciaux l’accusent d’avoir illégalement vendu 12 lingots d’Or saisis par la justice militaire au profit de l’Etat congolais. Comme si cela ne suffisait pas, ils mettent également sur son dos, le mauvais état des routes sur l’ensemble de la province, l’outrage à l’assemblée provinciale et les menaces contre certains élus provinciaux.
Pour le cribler davantage, les Députés Provinciaux l’accusent, par ailleurs, d’avoir accumulé des arriérés estimés à 14 mois des loyers dus au bâtiment abritant le Bureau de l’assemblée provinciale ainsi que le non-respect des amendements qu’ils lui avaient formulés, dès le jour de son investiture.
Globalement, Ils dénoncent la paralysie de l’administration en Ituri et craignent, de ce fait, qu’en le laissant aux affaires, le développement des entités décentralisées en pâtirait.

Procédure ?
Jean Bamanisa dispose de quelques voies de recours, s’il faut lire correctement les textes. Il a la latitude d’explorer la voie administrative. Et, dans ce cas, il serait en droit de s’en référer au Gouvernement central, pour décrier, peut-être, la manière dont ce vote-là s’est déroulé.
Et, ensuite, il peut, s’il le veut, s’en remettre à la Justice, plus particulièrement, au Conseil d’Etat que dirige le Professeur Vunduawe Te Pemako, pour toute éventuelle remise en question de cette décision.
Mais, quoi qu’il en soit, dans un cas tout comme dans un autre, la crise politique née de la déchirure du tissu de confiance entre Bamanisa et les Députés Provinciaux, ouvre une nouvelle page d’instabilité en Ituri.

Où est Félix Tshisekedi ?
Il va falloir que Félix Tshisekedi et Sylvestre Ilunga Ilunkamba y veillent afin de prévenir le pire. Car, l’Ituri, comme tout le sait, constitue le ventre mou de la recrudescence de l’insécurité en raison de la présence aussi bien encombrante qu’emberlificotante des ‘’satanés’’ groupes armés.

LPM