Dernières publications

En prévision de la journée internationale de l’armistice célébrée le 11 novembre de chaque année, le ministre délégué à la défense nationale et chargé des anciens combattants, Sylvain Mutombo, a procédé, mercredi 6 novembre 2019, à la maison des anciens combattants située sur l’avenue Force dans la commune de Kasa-Vubu, au lancement des activités de la semaine du combattant.

Profitant de la cérémonie organisée en leur honneur, les vétérans de la force publique ont, en présence des hommes en uniforme de l’actuelle armée et autres personnalités, exposé leurs désidératas au ministre de tutelle.

C’est en effet sous une ambiance bon enfant que s’est tenue, en présence des officiers de l’armée ainsi que plusieurs retraités des FARDC dont les vaillants soldats de la première et deuxième guerre mondiale, ce lancement solennel des activités de la semaine du combattant prévue à la place historique de l’armée congolaise.

Lors de son allocution, le ministre délégué à la défense nationale et en charge des anciens combattants a passé au peigne fin le motif lié à ladite célébration. D’entrée de jeu, il a fait savoir qu’elle permet à la jeunesse d’être suffisamment enseignée sur ce qu’a été le parcours de ceux qui se sont battus aux côtés des colons. « C’est de l’histoire, nous devons la perpétuer pour que notre pays puisse s’en souvenir et se préparer davantage pour devenir une nation forte avec une armée forte. Une armée forte ne sera possible que quand on reconnaîtra ceux qui ont eu à donner de leur sang pour la nation», a-t-il déclaré.
S’agissant des préoccupations des vétérans de la force publique exposées en marge de cette célébration, Sylvain Mutombo a promis de trouver des solutions idoines à leurs différents desideratas. Promesse qui d’ailleurs va dans le même sens que l’exhortation faite le même jour par l’aumônier en chef du Camp Kokolo.

Pour clôturer en beauté la cérémonie et donner le fil conducteur de ce qui sera reproduit à la suite, la délégation conduite par Sylvain Mutumbo s’est dirigée vers le cimetière de la Gombe afin de se recueillir voire déposer les gerbes des fleurs, sur les tombes de ceux qui ont, à cor et à cri, bataillé pour la nation, de leur vivant.

Jimmy Sita