Enfin, c’est le jour-J. Aujourd’hui jeudi 7 octobre 2019, le verdict sera donné en rapport avec la récusation des juges de la Haute Cour militaire soulevée par le collectif d’avocats de Dolly Makambo, Ministre provincial de l’intérieur, sécurité, décentralisation et affaire coutumière de la ville-province de Kinshasa. En effet, la Chambre spéciale avait été créée afin de se prononcer quant à ce.

Lors de la dernière audience, le collectif d’avocats du principal prévenu avait récusé les juges de la 1ère Chambre de la Haute Cour militaire, soutenant que ces derniers développaient une certaine inimitié à leurs égards, cherchant à tout prix à leur faire dire ce qu’ils n’ont pas dit et leur soumettant des procès- verbaux qu’ils ne reconnaissaient pas. Le même collectif d’avocats avait regretté notamment, le comportement des juges de n’avoir pas répondu favorablement à aucune des exceptions dûment évoquées.

D’où, passant en revue les tours et contours de cette récusation, la Chambre spéciale de la Haute Cour Militaire siégeant hier, devra statuer aujourd’hui, jeudi 7 novembre 2019. La dernière audience, celle du mercredi 6 novembre, était consacrée à l’audition de la partie qui avait récusé les juges. Laquelle partie avait procédé à la présentation des moyens de défense, démontrant noir sur blanc les raisons qui les avaient poussés à récuser les juges de la 1ère chambre.

La partie civile, quant à elle, avait considéré toutes ces exceptions comme étant des manœuvres ‘’dilatoires’’, cherchant à blanchir le prévenu Dolly Makambo et sa suite. «Le Ministre n’a aucun intérêt de tuer quelqu’un dans son lieu de travail, en plus quand on parle de spoliation ce n’est pas vrai, cette parcelle appartient à un particulier. L’arrêt à été déjà rendu depuis des années. Nous déplorons la mort, mais on ne doit pas incriminer cette situation à n’importe qui. D’ailleurs, le Ministre n’était pas sur le lieu où s’est déroulé ces incidents », avait par ailleurs laissé entendre Me Laurent Okita, membre du collectif d’avocats du Ministre Dolly Makambo.

Richard Mfumu