Se voulant sentinelle du bien-être du peuple congolais, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), au-delà des soubresauts de l’avant et l’après alternance 2019, a rassuré de son accompagnement aux institutions en place si et seulement si elles rendent véritablement service à la nation.

Ce mercredi 6 novembre, Abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la Cenco, a noté la satisfaction des évêques catholiques quant à l’augmentation du budget à 10 milliards de dollars américains. Il l’a dit au sortir de son entretien, à l’Hôtel du Gouvernement, avec le Vice-premier ministre de Budget, Jean Baudouin Mayo Mambeke, un des principaux artisans de ce projet de loi de finances 2020 qui sera sous peu déposé au Parlement pour examen et adoption.

D’après Donatien Nshole, c’est un signal fort que le budget de l’Etat passe de 5 milliards pour 2019 à 10 milliards de dollars américains pour la prochaine année, 2020. En même temps, il a signifié que cela est une bonne chose pour le peuple congolais qui, aujourd’hui, est rongé, faute du non-exaucement de ses multitudes désidératas. « Les évêques ne se préoccupent que du bien-être du peuple congolais. Les évêques se sont déjà prononcés en disant qu'ils vont accompagner les institutions dans la mesure où elles travaillent pour améliorer les conditions de vie des congolais. Et là, il y a déjà un signal fort qui est donné que le Budget soit augmenté à 10 milliards de dollars américains. Ça c'est une première et c’est une bonne chose pour le peuple », a-t-il déclaré. En attendant l’examen, à l’Assemblée nationale et au Sénat, de ce projet de loi de finances 2020, le secrétaire général de la Cenco a aussi fait savoir que les prélats catholiques ainsi que toute la population congolaise s’attendent à l’effectivité de ce projet budgétaire. « Et nous en avons aussi parlé avec le ministre du budget qui a dit que c'est faisable [l’applicabilité de ce budget, ndlr] si tout le monde s’y met. Nous souhaitons vraiment que ce pari soit gagné pour qu'à la prochaine étape on augmente encore, parce que c’est la condition pour que les congolais vivent bien », a-t-il martelé.

S’agissant de la question liée à la paie des enseignants qui était d’ailleurs le principal motif de sa venue au cabinet du VPM de budget, l’Abbé Nshole a, dans la foulée, salué le combat que mène Mayo Mambeke contre les agents fictifs. Il a laissé entendre que la Cenco ne ménagera aucun effort pour apporter son appui dans cette lutte pour l’assainissement du fichier de paie des agents et fonctionnaires de l’Etat. «Nous sommes là dans le cadre du partenariat que nous avons avec le Gouvernement pour la paie des enseignants. C'est autour de cela que l'on a échangé. La lutte contre la paie des fonctionnaires fictifs est une très bonne nouvelle. Le fait que les fictifs étaient payés, cela a pénalisé ceux qui travaillaient. Et, au niveau de la CENCO nous allons tout faire pour y contribuer de tout cœur », a souligné Donatien Nshole.

Corneille Lubaki