*Le Ministre de l’Urbanisme et Habitat, Pius Muabilu, a visité ce mardi 5 novembre 2019, les locaux de l’administration de l’habitat qui se trouvent actuellement dans état affligeant.

Il s’est rendu compte des conditions de travail inacceptables dans lesquelles travaillent les agents. Quand il pleut, sont obligés de sortir notamment à cause des fils électriques mal raccordés qui entrent en contact avec de l’eau qui, elle, n’a plus d’autorisation à avoir pour pénétrer les bureaux surpeuplés de l’administration, plaque tournante du Ministère. ‘’Maintenant, je connais exactement ce qui se passe et je vais travailler en collaboration avec toutes les directions, le Secrétaire général en tête, pour que nous essayions de trouver des solutions idoines à tout ce que nous avons rencontré comme problème ici‘’, a déclaré Pius Muabilu.
Il a promis de saisir le chef du Gouvernement à ce sujet. Il est impossible, selon lui, que les gens vivent dans des conditions négligeables et donner le meilleur d’eux-mêmes. ‘’L’idée que je me suis faite va m’aider effectivement à améliorer les conditions de vie des travailleurs. Je ne ferai pas seul, je ne peux le faire qu’avec la complicité d’eux-mêmes. Mais le constat est amer, c’est des conditions inhumaines‘’, s’est-il exprimé, avec énormément de déception.
Le Ministre de l’Urbanisme a également demandé aux agents de veiller à l’éthique. ‘’Rendez à l’Etat ce à quoi il a droit pour qu’il puisse à son tour s’occuper de vous. Si j’ai mis le temps à venir visiter mon administration, c’est parce que je devais fouiner, lire, regarder et comprendre…‘’.

Actuellement, sur 9 actes générateurs de recettes, il n’y a qu’à peine 2 qui sont activés et très faiblement, précise Pius Muabilu aux agents de son administration. ‘’Nous sommes un Ministère générateur de recettes. Les assignations de ce ministère sont de l’ordre de 4 milliards de Francs congolais, ce qui est déjà extrêmement minime et ce n’est pas normal‘’, a-t-il laissé entendre.

Il y a donc beaucoup d’argent qui échappe au ministère et, maintenant, ‘’j’ai plus ou moins une idée. Nous allons travailler avec les différents directeurs pour que nous essayions de relever le défi‘’.
Un agent, chef de bureau renseigne que si normalement les choses étaient bien organisées, uniquement cette direction allait mobiliser pas moins de 10 milliards de francs congolais.
Pour s’y prendre, il faut arrêter l’hémorragie. Ce qui revient à mettre avant tout les agents dans des conditions de travail normales. ‘’Vous avez 18 personnes dans un bureau qui doit contenir 4 personnes. Je suis très penné. Je ne peux être fort, meilleur que si j’ai une bonne administration. Et pour qu’il y ait une bonne collaboration, il faut notamment des bonnes conditions de travail‘’, avance le ministre de tutelle.

La Pros.