C’est sur base de l’arrêté ministériel n°163 du 1er novembre 2019 portant mesure de libération conditionnelle, vu l’ordonnance n°344 du 17 septembre 1965 portant régime disciplinaire et libération conditionnelle, spécialement à ses articles 91 et 95, que le Vice-premier ministre, Ministre en charge de la Justice et garde des sceaux, Me Célestin Tunda ya Kasende, a accordé samedi 2 novembre 2019, une liberté conditionnelle à 385 prisonniers condamnés ayant déjà purgé la moitié ou un quart de leur peine et, ont un comportement irréprochable à la prison.

Leur libération conditionnelle entre dans le cadre du programme d’action du Ministère de la justice et de la vision politique du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, visant à humaniser des milieux carcéraux du pays.

Mise en garde
C’est la raison pour laquelle ces 385 prisonniers ont été relâchés conditionnellement. Mais, avant cette libération, leur dossier a été examiné minutieusement et traité par des magistrats, cela avant qu’ils ne soient relâchés. Sur ce, ils ont été bien instruits par le numéro Un de la Justice pour qu’ils aient un comportement irréprochable dans la société. Aussi, Me Tunda a précisé que cette liberté conditionnelle sera définitive lorsque les prisonniers bénéficiaires de cette mesure auront en tête à respecter absolument deux conditions prévues par loi congolaise. Il s’agit, entre autres, de ne pas encourir une peine privative de liberté pendant toute la durée de l’épreuve et de ne pas causer des scandales par d’autres conduites. «Votre liberté sera définitive qu’en remplissant ces deux conditions pendant tous les temps qui restaient. S’il vous restait deux ans de détention à subir, vous devez éviter une autre arrestation ou un autre scandale pendant toute cette période», a exhorté Me Célestin Tunda le VPM, ministre en charge de la Justice. Et ce, avant d’ajouter : « si on vous arrête avant que votre liberté soit définitive, les magistrats vont encore vous condamner avec une nouvelle peine et en ajoutant celle qui vous restait, et vous allez revenir dans cette prison. Personne ne viendra vous libérer. Surtout pas Papa Tunda parce que vous avez commis une autre infraction».

Tunda CPRK Liberation 2

Par ailleurs, le Vice-premier ministre, ministre de la Justice et garde des sceaux a déclaré que d’aucuns l’ont pointé du doigt, prétendant qu’il est en train de libérer encore les inciviques, alors que leur dossier a été traité fiche par fiche et les magistrats ont confirmé que ces prisonniers ne sont pas les inciviques. Voilà pourquoi, le Ministre de la Justice les a accordés la libération conditionnelle et cela s’inscrit dans le cadre de désengorgement et humanisation de la prison centrale de Makala en vue d’améliorer les conditions de vie des prisonniers.

Une nouvelle Justice…
A en croire ce Vice-premier ministre, les critères légaux ont été respectés par les hauts magistrats afin que ces 385 prisonniers puissent bénéficier de la libération conditionnelle. Concernant leur libération, le VPM et les magistrats ont examiné leur cas par rapport à la nature de l’infraction commise. Ceux qui ont commis un meurtre, violé une femme, pour ne citer que cela, n’ont pas bénéficié de cette liberté conditionnelle. Me Célestin Tunda, le VPM en charge de la Justice a laissé entendre que la symbolique de cette libération est de donner l’image d’une bonne justice de la RD. Congo, une justice humanisée. «Nous voulons donner une bonne image de la justice, pas une justice barbare où un condamné, on le considère comme sous homme ou comme un animal, non ! Un condamné, c’est celui qui s’est trompé comme tout le monde peut se tromper. Il y a, par contre, des gens qui ont commis des infractions plus graves, ils ont détourné l’argent de l’Etat, ils ont volé les biens de l’Etat, qui ont volé les maisons de l’Etat, mais ils sont encore en libertés. Et là nous sommes en train de dégager de la place. Tous ceux qui savent qu’ils ont chez eux les pièces de l’Etat, les maisons de l’Etat, patrimoines de l’Etat et bien c’est le moment de remettre ces biens-là », a-t-il martelé.

Ne faudrait-il pas oublier que le VPM en charge de la Justice ne cesse de prôner une nouvelle vision pour une nouvelle Justice de la RD. Congo. Pour rappel, samedi 19 octobre dernier, 237 prisonniers préventifs avaient été libérés par le même Ministre patron de la Justice congolaise, Me Célestin Tunda ya Kasende.

La Pros.