Dernières publications

Situé à Duela, entre Mbakana et Doumi, dans la commune de Maluku, le Centre de formation vocationnelle en République Démocratique du Congo se trouve dans un état piteux.

C’est la raison même de la visite du Ministre de la Formation Professionnelle, Arts et Métiers, John Ntumba, dimanche 27 octobre 2019, pour s’enquérir personnellement de la situation qui relève du secteur dont il a la charge. Ce centre exclusivement destiné à la formation en mécanique agricole, est l’œuvre de la coopération coréenne. Il a notamment, pour vocation d’apprendre aux jeunes comment conduire les engins agricoles lourds, et comment s’y prendre pour les entretenir. Aujourd’hui, il est buté à plusieurs difficultés d’ordre technique et pratique, mais aussi du côté foncier.

En effet, un autre problème de sécurité qui devrait apporter plus de sérénité, c’est celui du titre foncier. L’espace destiné au centre s’étend, en principe, sur 40 hectares. Au terme de cette visite, c’est donc un tableau sombre qui se dresse. ‘’Nous aurons à résoudre ce problème de délimitation parce qu’il y a déjà des infrastructures qui sont là. Nous ne pouvons pas les abandonner, nous devons continuer‘’, a promis le Ministre de la FPAM. ‘’Une fois résolu, nous allons procéder à la relance des activités, avec l’appui de nos partenaires. Nous devons faire agrandir le centre, construire des internats pour les apprenants, développer la filière agrobusiness et nous allons montrer comment conduire les engins, les réparer et faire la conservation de ce qui est cultivé‘’.

Actions prioritaires
John Ntumba Panumpakole a complètement fait le tour des différents compartiments du centre. Les salles de formation et ateliers ainsi que l’entrepôt où sont stockés les différents outils et pièces de rechange.
Au terme de cela, il a tenu à rassurer qu’‘’on a voulu se rendre compte de l’état des lieux de ce que les coréens nous ont légués. C’est un centre de formation qui a été construit pour le Gouvernement congolais par les coréens dans le cadre de la coopération. Ce centre a pour vocation la formation des conducteurs et des mécaniciens des engins agricoles. Nous avons vu ce qu’il y a, nous avons compris qu’il y a un problème foncier que nous aurons à résoudre avec les collègues de l’environnement, mais aussi celui des Affaires foncières‘’.

Dans l’entrepôt de ce centre, les différentes pièces ont été volées par les riverains eux-mêmes, qui étaient pourtant les premiers bénéficiaires. A cette liste s’ajoute les panneaux solaires qui servaient parfois aux travaux. Sur une trentaine, on n’en compte que 12 actuellement. Et concernant les tracteurs, il n’en reste que 2.
Dans les actions prioritaires dégagées par le Ministre de tutelle, il faut d’abord reconstruire le site avec des conditions modernes. Ajouter des salles de classe, aménager les dortoirs et voir comment interner les apprenants. Aussi équiper les ateliers et l’entrepôt en vue de disposer des outils nécessaires pour assurer la formation. Jusque-là, seulement 2 promotions sont passées ici, en 2014 et 2015. Après l’interruption des activités.

Nouveau souffle
Pour l’Educateur et Coordonateur du centre, ‘’c’est un tableau alarmant parce que lorsque les coréens ont cédé ce centre, il était viable, il y avait pratiquement tout ici. Après leur départ, on n’a pas pu pérenniser le projet. Maintenant avec le nouveau Ministre, il y a un nouveau souffle.
La priorité c’est d’abord de faire revivre le centre, réhabiliter tout ce qu’on a détruit. Mais aussi sécuriser le bâtiment, avant de lancer le grand projet de la réhabilitation et aussi lancer les formations‘’.

Retenons, par ailleurs, qu’après cette visite, l’Ambassadeur de la République d’Afrique du Sud en RDC, Abed Mxolisi a eu des discussions fructueuses avec le Ministre par rapport aux deux pays. ‘’Nous avons essentiellement parlé de l’encadrement de la jeunesse parce que c’est notre responsabilité pour remonter le niveau des jeunes qui seront très utiles. Il faut leur donner l’encadrement qu’il faut. Nous avons pris l’engagement d’apporter aussi notre contribution pour la formation de la jeunesse‘’, a-t-il laissé entendre.

Les représentants de la structure canadienne Espace RH, quant à eux, ont proposé leurs services au Ministre John Ntumba concernant la formation des entreprises. Ceci, dans ses objectifs visant à développer et dynamiser la formation professionnelle en RD. Congo. Cela fait 10 ans que cette structure forme des entreprises privés, publiques mais aussi des organisations sans but lucratif dans le monde, tout simplement parce que la gestion est internationale et multiplateforme.

Boris Luviya