Dernières publications

Il se déroule depuis le lundi 21 octobre à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, le séminaire multidisciplinaire et interinstitutionnel en faveur des institutions provinciales en République Démocratique du Congo.

Azarias Ruberwa Manywa, le Ministre d'État en charge de la Décentralisation et Réformes Institutionnelles, a donné le coup d'envoi de cette activité organisée par le Ministère dont il a la charge, avec l'appui du PNUD, BCNUH et de l'ONU femmes. Ce séminaire mobilise pendant six jours, soit du lundi 21 au samedi 26 octobre, les députés et membres de l'exécutif de la province du Sud-Kivu.

Dans son allocution à l’occasion de l’ouverture de ces assises, Me Azarias Ruberwa est revenu sur les immenses ressources de la province du Sud-Kivu, dont il est lui même originaire, avant de parler avec force détails de cette grande réforme qu’à connue la RDC depuis 2006. D’abord, la décentralisation qui, pour être efficiente, requiert d'une part le transfert des compétences aux provinces et aux Entités Territoriales Décentralisées et, d’autre part, le transfert des fonds. Il s'agit ici de la décentralisation financière qui, a-t-il martelé, est l'âme même de la Décentralisation.

Dès lors, la Santé, l’Agriculture, l’Enseignement, le développement rural sont des domaines où le transfert des compétences totalement reconnues aux provinces par des mesures de mise en application. Il a invité ses collègues sur le plan national, à céder ces pouvoirs que les lois ont déjà transférés aux provinces dans le cadre de la décentralisation.
Mais aussi les Gouverneurs doivent en faire autant vis-à-vis des Maires de Villes et ceux-ci vis-à-vis des Bourgmestres. Azarias Ruberwa a affirmé que la démocratie et la décentralisation ne peuvent que mener vers le développement, principe qu’il qualifie de trois «D». D comme démocratie, D comme décentralisation et D comme développement.
Le jour suivant, les experts ont abordés plusieurs sujets dont celui présenté par M. Arthur POKA, Conseiller au Ministère de la Décentralisation, qui a entretenu les élus provinciaux et membres de l'exécutif provincial sur les relations interprovinciales.

Quid de la Caisse Nationale de Péréquation
L'orateur a, pour ce faire, développé tour à tour l'approche définitionnelle, le cadre légal, mais aussi les enjeux desdites relations interprovinciales qui du reste, répond au devoir de solidarité nationale. S'agissant de cette dernière, le pont était vite jeté vers la Caisse Nationale de Péréquation, qui a suscité l'intérêt des élus et des membres de l'exécutif de la Province qui ont posé plusieurs questions là-dessus.

C'est alors que Maître Françoise KENA, présidente du Conseil d'administration de la Caisse nationale de péréquation est montée au créneau pour éclairer la lanterne des participants en leur expliquant les missions de cette Caisse, notamment celle d'assurer la solidarité nationale en finançant les projets et Programmes d'investissement public en vue de corriger le déséquilibre de développement entre les provinces et entre les Entités Territoriales Décentralisées.

Experts du ministère de la décentralisation et différents partenaires techniques et financiers, ont pris la parole pour également éclairer les élus et membres de l'exécutif provincial, sur d'autres questions liées à la décentralisation en RDC.
Rappelons que le séminaire se poursuit jusqu’au samedi 26 octobre prochain.

La Pros.