La Confédération nationale des producteurs agricoles du Congo (CONAPAC), une des grandes plateformes dans le domaine agricole en République démocratique du Congo (RDC) ainsi que tous ses faitiers membres issus des provinces sont désormais outillés pour mobiliser des ressources, surtout financières.

Ces ressources permettront de mener à bien toutes les activités pour l’émergence de l’agriculture dans le pays dans le futur.

Tout s’est déroulé au Centre Nganda dans la commune de Kintambo pendant deux jours lors d’un atelier dynamique. «Sans les finances, rien ne marche», a martelé, à plusieurs reprises, Koffi Ahanogbe, économiste et consultant recruté par la CONAPAC pour animer cette activité.

Avant de mettre sur pied la stratégie comme telle, le tout a démarré par une sorte d’autopsie de la CONAPAC, en commençant par identifier tous les problèmes qui entourent cette plate-forme ; les causes de ces problèmes et leurs conséquences.

copanec smallL’occasion a également été bonne pour déceler les forces et les faiblesses de la CONAPAC, les opportunités et les menaces. Le tout suivant une méthode interro-expositoire avec une intervention active de tous les participants.

Le consultant a attiré l’attention de la CONAPAC et de ses faitiers membres sur plusieurs considérations qui concourent à une bonne mobilisation des ressources financières. Il leur a demandé d’avoir quelqu’un qui s’occupera uniquement des mobilisations des ressources financières et d’améliorer l’organigramme de la plate-forme ; avoir une bonne planification et un bon plan stratégique.

A la fin de tout, un grand exercice a été réalisé pour faire un ‘’Plan de renforcement institutionnel et stratégique de mobilisation des ressources financières’’.

Le même exercice, a recommandé le consultant, devra se dérouler au niveau de tous les faitiers membres dans leurs provinces respectives afin de mobiliser, elles aussi, des ressources à leurs niveaux.

La mobilisation des ressources financières s’avère une étape incontournable avant d’avoir la possibilité de mener à bien les activités dans toutes les structures, a reconnu le consultant.

Badylon Kawanda