Tous les mardis se tiendront désormais une réunion de conjoncture économique présidée par le chef du gouvernement, avec les acteurs directement impliqués dans la gestion des finances de la République.

Le mardi 17 septembre 2019, à l'Hôtel du gouvernement, le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba a présidé, pour une première, cette réunion économique stratégique à laquelle ont pris part les Vice- Premier ministres au Budget, Jean Baudouin Mayo, Elysée Minembwe en charge du Plan, les ministres de l'Economie, du Commerce extérieur, des Finances, des Mines ainsi que le gouverneur de la Banque Centrale du Congo. Il en ressort notamment, que la situation du trésor public affiche un léger déficit. Et, à ce sujet, Sylvestre Ilunga a donné des orientations pour préserver la stabilité des indicateurs macro-économique.

Au cours de cette importante séance de travail, ont également été examinés, la situation du trésor au mois de septembre 2019, l'évolution du taux de change et des prix à fin août, l’évolution des cours des matières premières, l'état des lieux sur la préparation du budget 2020 ainsi que l'état des lieux du secteur minier.

Il en découle que le cadre macro-économique est stable, au regard du taux d'inflation qui reste sous contrôle, soit 4,1% contre des objectifs de 7%. Aussi, le franc congolais s'est très légèrement déprécié, autour de 1,7% contre 2,8% pour la même période en 2018.
Les séances de travail se multiplient du côté du gouvernement depuis leurs prises de fonctions officielles. Le chef de l’exécutif met un accent particulier sur la gestion transparente et efficiente des finances publiques. Entretemps, la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, faut-il le rappeler, constituent son cheval de bataille au cours de la présente mandature.

Déjà, la session de septembre qui s’est ouvert le lundi dernier au Parlement annonce les couleurs d’un tout nouveau dynamisme de gouvernance. Cette session essentiellement budgétaire consacrée à l’examen et au vote du projet de loi de finances de l’exercice 2020. Ainsi, l’Assemblée Nationale et le Sénat voteront-ils le budget de l’Etat pour l’année à venir.
Le peuple congolais attend des députés et sénateurs l’exercice de leurs missions avec responsabilité et dévouement afin de contribuer à l’amélioration de la gouvernance, de l’exercice des libertés publiques et de l’amélioration du quotidien des congolais.

Le Président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba avait rappelé que l’adoption et même l’exécution du budget de l’Etat ne doivent plus être une simple formalité, un rituel annuel sans contenu et sans conséquences sur la vie des populations, mais plutôt une expression de leurs attentes.

La suite d’une série
Il sied de signaler que quelques jours auparavant, la poursuite de l'évaluation des travaux de construction des routes amorcés dans le cadre du programme des 100 jours du Président de la République était au cœur d’une réunion dirigée par le Premier ministre. Il était notamment, avec les vice-premiers en charge des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction, les responsables de l'OVD, du Foner et de l'Office des Routes. Après avoir reçu toutes les informations techniques, Ilunga Ilunkamba avait décidé d'activer la chaîne de dépenses pour permettre à ces différents services de finaliser ces travaux de construction afin de faciliter la mobilité de la population rendue pénible suite aux embouteillages.

Aussi, le Premier ministre avait échangé avec une délégation de la Banque Mondiale sur la situation économique et financière du pays. Celle-ci a promis son appui financier au gouvernement pour soutenir la gratuité de l'enseignement de base rendue effective cette année. Cette institution financière internationale se dit disposée à accompagner la RD. Congo dans la réalisation d'autres projets dans différents secteurs comme partenaire.

La Pros.