Dernières publications

Après sa nomination le 26 août 2019 par ordonnance du Chef de l’Etat en tant que Ministre aux affaires foncières, Sakombi Molendo a officiellement pris les arcanes du pouvoir ce mardi 10 septembre, après une cérémonie de remise-reprise effectuée avec le Professeur Tshibangu Kalala, ministre ad intérim de ce portefeuille.

Dans son mot, à l’issue de cet échange des fanions, il a déclaré que le ‘’renouveau’’, allusion faite aux réformes profondes, sera le maître mot de son mandat, dans la même ligne droite de la vision du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi entérinée par le programme gouvernementale dont le maître d’œuvre est le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Ce cadre de l’Union pour la nation congolaise (UNC) a notamment, sous-tendu d’apporter le renouveau des méthodes par l’application rigoureuse des lois, en vue de permettre à l’Etat de «récupérer la jouissance de ses droits bradés et spoliés par quelques individus qui se gavent indûment sur son dos ».

Au regard d’ailleurs du message du changement émis par le Chef de l’Etat qu’il n’a pas manqué, à l’instar de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, de remercier pour sa nomination, Aimé Sakombi Molendo a indiqué qu’il faille aussi « un renouveau des mentalités pour que les Affaires foncières cessent d’être considérées à tort ou à raison, comme étant un ministère engorgé par des personnes malveillantes qui se livrent à des abus, au détriment des congolais, des investisseurs et partenaires étrangers ainsi que des pouvoirs publics ». Déterminé à relever les différents défis, il a déclaré qu’il n’y aura plus d’arrêtés afférents aux ‘’Biens sans maîtres’’, comme s’en sont évertués quelques autorités dans le temps. «Je prendrai prestement des mesures conservatoires pour protéger ces biens et le cas échéant, n’hésiterai pas à abroger certains arrêtés iniques qui ont délibérément et profondément lésé de paisibles citoyens, compatriotes ou étrangers », a-t-il fait savoir. Dans cette même optique, Molendo Sakombi a annoncé une mise en place à venir des mécanismes spécifiques de gestion pour maximiser les recettes foncières. Pour ce faire, il sera ainsi établi, a-t-il précisé, une modélisation financière visant à suivre lors des clôtures mensuelles, les écarts entre les prévisions et les réalisations de recettes et ce, dans l’esprit de faire de ce ministère, l’un des plus grands pourvoyeurs de fonds au trésor public. « De la même manière, je m’attèlerai à éradiquer la gestion anarchique des lotissements à travers toute la République, et à procéder au contrôle des effectifs et des dossiers d’engagement», a rassuré le nouveau ministre des Affaires foncières, avant de renchérir que la numérisation des titres fonciers s’impose, conformément à la vision numérique de la RD. Congo, conduite par le Président de la République.

Par ailleurs, Aimé Molendo a invité les conservateurs des titres immobiliers ainsi que tous les cadres et agents de ce portefeuille à s’inscrire dans l’optique du renouveau qu’il prône, tel le nouveau credo devant régenter le modus agendi de la res publica. Occasion faisant le larron, il a, dans cette foulée, promis de se pencher sur les relations tendues entre son nouveau ministère d’avec l’intersyndical. « Le champ que vous me laissez est immense et la tâche difficile, mais ce challenge me passionne car, je suis convaincu que, sous ma houlette, et avec le concours de nombreux collaborateurs de ce ministère, nous allons relever le défi de la modernisation du secteur foncier congolais, de sa sécurisation et de sa fiabilité », a-t-il poursuivi. Aussi, a-t-il annoncé que les sanctions ne seront pas que négatives ; mais aussi positives, dûment à l’endroit des agents méritants. D’où, les mauvaises pratiques doivent être abandonnées pour redorer l’image des affaires foncières qui jouissent d’une salle réputation, a-t-il laissé comprendre.

Corneille Lubaki