Dernières publications

Le Palais du peuple de la RD Congo a été pris d’assaut par des personnes venues des quatre coins de la ville-province de Kinshasa, mardi 3 septembre 2019, date à laquelle le Bureau de l’Assemblée nationale, sous l’impulsion de sa Présidente, Madame Jeanine Mabunda Lioko, avait prévue l’audition du discours-programme du Premier Ministre Sylvestre Ilunga, Chef du Gouvernement.

Si certains se sont rendus à l’Hémicycle du Palais du peuple pour écouter simplement ce programme gouvernemental de la bouche du Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, les autres, par contre, étaient là pour apporter leur soutien aux différents ministres récemment nommés.

Echauffourées habituelles…
Sur place, l’on pouvait apercevoir une forte mobilisation des sympathisants, munis d’affiches béantes, montrant explicitement les visages de nouveaux ministres. Comme si cela ne suffisait-il pas, tout au long du parvis du Palais du peuple, siège du parlement congolais, les militants et combattants des partis politiques au pouvoir, sous l’œil vigilant de la police nationale, ne pouvaient pas se taire à la longueur de la journée. Des chants, des danses, bref, l’animation aura été vraiment au rendez-vous. Ainsi, pendant que la masse faufilait pour avoir l’accès dans la salle de congrès, où devait se tenir la séance plénière, à quelques minutes de l’entrée des membres du gouvernement Ilunkamba, la police commis à la sécurisation de l’Assemblée nationale dispersait les militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et du parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) qui auraient tenté de semer les troubles sur ce lieu mythique.
La police a dû tirer en l’air pour disperser les manifestants et en même temps, rassurer la population.

Baptême de feu
Déjà à 12 heures, heure prévue pour le début de la manifestation, la salle du congrès du Palais du peuple ne pouvait pas contenir tout le monde. Il n’y avait plus de place. Tous les couloirs étaient occupés. C’est aux environs de 14 heures 35’ que la séance a été déclarée ouverte par la speaker de l’Assemblée nationale. Parmi les 352 Députés présents dans la salle, le retour de l’opposition parlementaire a été manifeste. Les 66 membres du Gouvernement ont paisiblement occupé leurs sièges. Alors que certains ministres sont acclamés, d’autres sont simplement hués par des sympathisants au balcon.

Discours magistral
Du haut de l’estrade où il s’est tenu pendant deux heures du temps, le septuagénaire Sylvestre Ilunga Ilunkamba aura bien évidement retrouvé sa vitalité de jeunesse. Son endurance devant la tribune a été saluée au passage par la salle.
Dans son discours, il a lancé un appel pathétique aux élus du peuple, en sollicitant leur confiance mais, aussi leur conscience. Pour Sylvestre Ilunga, l’heure est venue pour tous les Congolais de regarder tous dans la même direction. «C’est pourquoi, en me présentant devant vous ce jour, je ne suis pas venu seulement solliciter votre confiance mais, aussi votre conscience. Confiance et conscience dans ce que nous avons à construire ensemble, chacun dans son rôle. Confiance et conscience dans la mutualisation de nos efforts et de nos intelligences afin de permettre à notre pays de relever le défi de son redressement. Ce redressement prendra certainement du temps, il sera long, mais nous la réussirons. Nous sommes conscients de l’ampleur de la tâche et de l’étendue du travail à accomplir, et nous avons foi et confiance en la capacité des Congolais à relever des défis même là où plus personne n’y croit», a déclaré le Premier ministre, sous les applaudissements de la salle.

48 heures et préoccupations
«Le redressement national à partir de la base» qu’a prôné Sylvestre Ilunga Ilunkamba, reprenant les 15 piliers devant faire de la RDC un vaste chantier, aura suscité plusieurs préoccupations dans le chef des Députés nationaux. Impossible pour le Chef de l’exécutif de répondre sur le champ. D’où, il va revenir lui et son équipe gouvernementale dans 48 heures, soit vendredi de la semaine en cours, pour rencontrer les préoccupations de la représentation nationale. Il y a lieu de croire que l’investiture pourra intervenir le même jour. Après quoi, Jeanine Mabunda Lioko, Présidente de l’Assemblée nationale pourra clôturer la présente session extraordinaire le samedi 7 septembre 2019.

Merdi Bosengele