La Présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda Lioko, a reçu Antonio Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies, hier, lundi 2 septembre 2019, dans son cabinet de travail.

Ce dernier, après qu’il ait discuté avec la speaker de la Chambre basse du parlement, est allé à la rencontre des présidents des groupes parlementaires où il a tenu à rappeler à ces élus du peuple leur devoir vis-à-vis de la population congolaise. Au sortir de cette réunion, Antonio Guterres s’est-il confié à la presse accréditée au parlement, en soulignant combien le travail parlementaire est essentiel pour que le vent d’espoir qui souffle en RDC puisse se concrétiser dans ‘’un avenir radieux pour le peuple congolais’’.

«Le parlement doit être la voix du pays. J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec les leaders parlementaires, et du gouvernement, de la majorité et de l’opposition. Le travail du parlement est essentiel pour que ce vent d’espoir qui souffle dans le pays puisse se concrétiser dans un avenir radieux pour le peuple congolais», a-t-il indiqué aux médias. Dans un autre chapitre, répondant aux questions des journalistes, Antonio Guterres espère une coopération accrue entre l’ONU et le Gouvernement congolais. «Ce que nous attendons, c’est une coopération accrue et je crois que le Gouvernement peut aussi attendre cette même volonté de coopération de la part des Nations Unies», a par ailleurs déclaré le Secrétaire général de l’ONU.

Parlant des richesses de la RDC, Antonio Guterres a laissé entendre qu’il est temps pour que l’Etat congolais ait le contrôle du point de vue d’exploitation des ressources naturelles étant donné que cela pourrait augmenter, mutatis mutandis, les recettes en RDC. Dans son élan, il a dénoncé le financement illégal et horrible dont bénéficie les groupes armés et terroristes à cause de l’exploitation illégale des ressources naturelles de la RDC.

Tout compte fait, sa visite dite de ‘’solidarité’’ aura été très bénéfique pour la République démocratique du Congo. Arrivé depuis samedi 31 août à partir de Goma, le Secrétaire général de l’ONU, a pu palper de près les réalités du terrain, en s’intéressant minutieusement de la problématique sanitaire liée à la propagation de la maladie à virus Ebola qui sévit actuellement à l’Est du pays, mais aussi, il s’est enquis de la situation sécuritaire caractérisée par des attaques de groupes armés dont les ADF. A Kinshasa, le numéro 1 de l’ONU s’est entretenu avec la classe politique et les forces vives du pays. De son tête-à-tête d’avec le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo, en passant par le Premier ministre entrant, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, et d’enchaîner avec les élus du peuple, pour finalement échanger avec la délégation de l’Opposition congolaise, ce haut responsable des Nations Unies a réussi à se faire une idée concrète de la situation du pays sur toutes les facettes. Partout où il est passé, il a eu le mot juste pour favoriser un climat de paix, de solidarité et de coopération entre la République démocratique du Congo et les Nations-Unies.

En définitive, l’on peut affirmer haut et fort que la visite de trois jours du Secrétaire général de l’ONU sur la terre de Patrice Emery Lumumba, d’heureuse mémoire, s’est déroulée de la plus belle de manière.

Merdi Bosengele

 

Statistiques

4782965
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8172
6698
21313
4690826
38246
640929
4782965

Your IP: 34.239.172.52
2020-04-07 19:06

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg