Quelque huit mois seulement  après son  revers récolté  à la Présidentielle du 30 décembre 2018, revoici Gabriel Mokia Mandembo sur l’agora politique. Ici,  il a décidé de   briser  l’omerta autour de tractations en cours sur la formation du prochain gouvernement. Loin de remettre en cause  toutes les négociations  engagées  entre  la coalition FCC-CACH, le Président  du Mouvement des Démocrates du  Congolais, MCDO en sigle, exige, néanmoins, la participation de l’Opposition politique au sein de l’équipe Ilunga Ilunkamba.
 
Il parle, à cet  effet, d’un problème de cohésion nationale, d’une affaire d’équilibre  géopolitique et, surtout, de la  réussite de l’ambitieux programme de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui, à son avis, nécessite la conjonction des efforts et l’implication de  tous les congolais à tous les niveaux.

 

Au  cours d’un   échange avec la presse, le  samedi 18 août dernier, Gabriel Mokia MANDEMBO a promis   de soutenir et défendre  le Chef de l’Etat,  Félix Antoine Tshisekedi  pendant ses 5 ans à la magistrature suprême afin de matérialiser  son programme d’action, tel que  dévoilé  lors de son investiture, le 24 janvier 2019, au Palais de la Nation, à la Gombe.

Pour atteindre un tel objectif, si contrariant pour la coalition FCC – Cach soit-il,  le leader du Mouvement des Démocrates du Congo  ne  demande mieux que   la participation, dès les premiers instants,  de l’Opposition politique congolaise  dans la configuration de  l’équipe gouvernementale qui sera, très bientôt,  pilotée  par Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le nouveau Premier Ministre nommé, depuis le 20 mai 2019 et dont l’investiture pourrait intervenir, si tout va bien, au cours de la session extraordinaire convoquée à dater d’aujourd’hui, lundi 19 août jusqu’au 7 septembre 2019.

Halte au démon de l’exclusion !

Gabriel Mokia et Felix TshisekediExclu  du prochain gouvernement, Gabriel Mokia,  l’un des  leaders  de l’opposition politique, candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre 2018,  réaffirme son soutien indéfectible  au chef de l’Etat,  Félix Antoine Tshisekedi et promet de le soutenir pendant ses cinq ans  à la tête du pays.

A  haute et intelligible voix, Il le dit et répète si bien là où de nombreux politiciens, tapis dans l’ombre, préfèrent donner leur langue au chat. Concrètement, lui Gabriel Mokia, grâce son aura et à son ancrage dans le microcosme politique, promet, outre mesure, de mobiliser les hommes et femmes acquis à sa vision à contribuer, de manière significative, à la réussite de l’œuvre salvatrice de Félix Tshisekedi qui, soit dit en passant, est un ver moulu de l’Opposition, un fruit des entrailles de l’Udps, le parti de Feu son Père d’heureuse mémoire, l’Albatros politique, Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

Autrement dit, Gabriel Mokia serait prêt à se diviser en mille morceaux, y compris à se sacrifier jusqu’à la moelle épinière pour peu que le programme de Félix Tshisekedi pour autant qu’il exige, à la fois, des moyens internes et externes auxquels il faudrait ajouter des ressources humaines, réussisse au bout des comptes.

Il en parle tellement  qu’il n’a cure de développer le langage  de bois surtout en ce temps où les Etats-Majors politiques sont en ébullition, en marge de négociations politiques.

A l’en croire, ‘’pour réussir  son programme, le Président de la République doit recadrer le deal conclu   au niveau de la  coalition Front commun pour le Congo FCC  et le cap pour le changement Cach concernant la formation du gouvernement et la répartition des postes ministériels’’. Il suggère, en effet,  que les ministères régaliens  reviennent, de plein  droit,  au Cap pour le changement afin de  mieux matérialiser  sa vision  de l’alternance  tant attendue par la population congolaise.

Pour lui, les  négociations n’ont  pas été favorables  du côté de  Félix Tshisekedi en raison du fait que certains postes  régaliens devront lui échapper. Et, pourtant, pour soutenir son projet présenté à la nation, projet estimé  à 85 milliards de dollars américains, le Président de la République devait, en principe, se raviser pour arrondir ses angles.

Le Président du Mouvement des Démocrates Congolais (MDCO) a  souligné, par ailleurs,  qu’il est disposé   à « donner des idées, les projets de société de  son parti et son programme de candidat président au successeur de Joseph  Kabila.

Cabinet de travail du Président Gabriel Mokia Mandembo et Siege de l UPERCEt, au cas où Félix Tshisekedi et, même, à la limite, Joseph Kabila, comprenait le sens profond de sa démarche, Gabriel Mokia serait prêt à coiffer la tête du Ministère de la Défense et Sécurité dont il mûrit, depuis bien longtemps, des projets visant à neutraliser tous les groupes rebelles ainsi que les forces négatives dont les actions aussi  subversives qu’abyssales, pervertissent, au propre comme au figuré,  l’ordre public et freinent, par ricochet, les efforts de paix en même temps que l’élan du développement du pays.

Trop, c’en est trop !

Tenez !  Pour Gabriel Mokia MANDEMBO,  le Président ’’Tshisekedi’’ ne doit  pas être  un figurant mais plutôt,  un Président élu qui doit  travailler calmement  pour l’intérêt supérieur de la nation  et de l’ensemble du  peuple congolais.

Ainsi,  l’invite-t-il   à saisir la balle au bond, pour que très prochainement, une fois l’équipe Ilunga formée de façon inclusive, c’est-à-dire, en tenant compte de l’Opposition politique,  qu’il engage  la RD. Congo sur les rails de la cohésion pour qu’elle  retrouve, enfin, la paix et la sécurité, gages de tout développement.

La Pros.

 

MDCO - Le siège

Statistiques

4750475
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1510
4246
59649
4527212
5756
640929
4750475

Your IP: 34.204.178.160
2020-04-02 08:55

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg