De la pénombre à la lumière. De la virtualité à la réalité. Et bien, tout laisse croire que ce n’est qu’une question de temps. D’ici là, la future équipe gouvernementale Ilunga Ilunkamba sera connue de tous.

Et c’est par là que l’on se rendra compte des fruits des négociations conclues, le 29 juillet dernier, entre les deux familles au pouvoir, en l’occurrence le FCC et le CACH. Il est donc plus qu’évident de penser que ladite virtualité aura ainsi cédé son siège à la réalité. Car, tous les signaux confirment donc l’audition du programme et l’investiture du Gouvernement, incessamment. Déjà, la convocation de la session extraordinaire à la Chambre basse du parlement, allant du lundi 19 août au samedi 7 septembre prochain, certifie la sortie imminente dudit Gouvernement. Sur ce, les congolais lambda sont d’ores et déjà à l'affût, question de se faire une idée sur ces futurs animateurs qui seront, de facto, appelés à mettre l’intérêt supérieur de la nation à la première place. A cette étape, il n’est donc plus question de stagner sur des débats superflus ou des manœuvres dilatoires. Car, par son exemplarité, le Premier ministre demeure au four et au moulin. N’eût été ‘’le retour à l’expéditeur’’ des listes lui transmises le même jour de candidats ‘’ministrables’’ par les deux familles politiques CACH et FCC, "pour travail inachevé" en vue de les revoir, cette étape serait déjà dépassée. Qu’à cela ne tienne, sa tâche sur le traitement des listes pourrait se clôturer dès le début de cette semaine, avant sa rencontre en tête-à-tête d’avec le Président de la République, Félix Tshisekedi, qui, lui, est attendu demain à Matadi où il compte assister au forum sur l’électricité.
Dans l’entretemps, tout semble revenir à la normale. Tout est relativement calme du côté des mécontents. Les non-invités au partage du gâteau semblent, tant bien que mal, prendre acte de leur exclusion. Dissident du FCC, le Regroupement AFDC-A aile Bahati, quant à lui, aura beau pavé le macadam, réclamant à haute et intelligible voix sa quote-part. Tout ce modus operandi n’a été que peine perdue. Le train aurait déjà quitté la gare pour une destination lointaine. Aujourd’hui, Par ailleurs, au lieu de marteler sur le mécontentement des uns des autres, il est question de voir la nécessité d’appliquer le métissage au sein du futur exécutif. D’où, la parité homme-femme, la représentation de jeunes, le respect notamment, de la représentation géostratégique et bien d’autres sont parmi les critères sur lesquels Sylvestre Ilunga Ilunkamba attend s’appuyer. Tout compte fait, les jours sont comptés avant la sortie de l’exécutif central. Encore que cette grosse machine en élaboration devrait nécessairement être composée des personnes honorables, soucieuses de servir et non se servir. Partant, au regard des défis à relever, ensemble, les filles et fils de ce cher et beau pays, pourront bâtir un pays plus beau qu’avant, une nation forte et émergeante, capable de répondre aux attentes de la population.

La Pros.