Récemment posté comme intérimaire au Ministère de la Santé après la démission aux effets tonitruants et redondants d’Oly Ilunga, Pierre Kangudia ne s’est pas fait prier, pour entrer en action, surtout que la maladie à virus Ebola continue de ravager, depuis une année déjà, une grande partie de la population à l’Est du pays notamment, à Goma, cette ville de plus de deux millions d’habitants.

Ce mardi 6 août 2019, le désormais Ministre ad intérim de la santé, accompagné des experts de la riposte, du Gouverneur du Nord-Kivu ainsi que du Conseiller du Chef de l’Etat aux questions humanitaires, s’est rendu à Rubavu, au Rwanda, dans le cadre d’une réunion conjointe avec les experts rwandais menés par leur Ministre de la santé, en la personne de Diane Gashumba. Au finish, une feuille de route a été adoptée décidant, par ricochet, de la mise en œuvre des mécanismes préventifs d’endiguement et de sécurisation des flux transfrontaliers, dans le sens de contenir les propagations de cette fièvre hémorragique.

C’est principalement dans la foulée du renforcement de la coopération transfrontalière en matière de surveillance des maladies pour la préparation et la riposte que Pierre Kangudia, Dr Muyembe ainsi que d’autres officiels congolais ont traversé la frontière pour Rubavu, à Gisenyi, au Rwanda. Ce pays qui, depuis l’enregistrement d’un premier cas confirmé d’Ebola à Goma, est plus que menacé. Cela, étant donné que le Congo-Kinshasa partage sept points d’entrées formelles avec le pays de Paul Kagame dont trois dans la province du Nord-Kivu, principalement la petite barrière se trouvant en plein ville gomatracienne avec un flux migratoire, au niveau de Gisenyi, autour de 64.000 passagers par jour. Ce qui, d’ailleurs, fait de ce point d’entrée le deuxième au monde, après celui de l’Inde et Bangladesh. Les deux délégations ont ainsi discuté de l’opportunité de la mise en place des mécanismes communs de prévention et de gestion des cas, en incluant la surveillance, le partage des informations, la vaccination ainsi que la prise en charge idoine des différents cas. Elles ont, à cet effet, souligné que cet almanach des mécanismes de contenance de l’épidémie ainsi adopté se fera, par ailleurs, de commun accord et en consultation avec le secteur privé ainsi que la société civile, afin de ne pas affecter les échanges socio-économiques transfrontaliers entre les deux Etats. Aussi, une équipe des professionnels multisectorielle rwandaise effectuera-t-elle une mission d’échange d’expérience en RD. Congo, dans l’optique du renforcement de la coordination en matière d’endiguement d’Ebola.

Les deux nations ont réitéré l’appel du Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Dr Tedros Adhanom, soutenant que cette épidémie de Virus Ebola au Congo constitue une urgence de santé publique de portée internationale. Et, convient, par conséquent, le monde entier à prendre conscience de cet état de chose et à redoubler d’efforts en vue de mettre fin à la maladie.
Par ailleurs, des experts de deux pays vont se retrouver à Gisenyi ce mercredi pour finaliser la feuille de route et la budgétiser pour leurs Etats respectifs et pour les partenaires traditionnels.

La Pros.