Fraude, corruption, irrégularités, indignations de l'opinion publique nationale manifestées et même violation des lois et de la Constitution de la République enfoncent de plus de plus le pays dans un fossé dont il ne saura se remettre aussitôt.

Du moins, c’est ce que pense Clément Muza Kayembe, convaincu qu’il est plus que nécessaire d’agir maintenant. A travers une proposition de sortie de crise postélectorale, ce cadre du regroupement politique Arc-en-ciel du Congo (ACC) propose notamment, la dissolution dès le 25 janvier 2020 de toutes les assemblées : Nationale, Provinciales ainsi que le sénat. Ceci donnerait, semble-t-il, un sens à l’Etat des droits voulu par le peuple congolais. Candidat député national dans la circonscription de Tshangu, Clément Muza a été invalidé par la Cour constitutionnelle malgré ses 6572 voix. Pour lui, étant engagé pour la cause noble de la justice et la paix, il faudrait obtenir la démission de tous les juges de la Cour Constitutionnelle ainsi que la suspension des ses arrêts iniques et le maintien de la liste des élus telle que publiée par la CENI.

PROPOSITION DE SORTIE DE CRISE POST-ELECTORALE EN République Démocratique du Congo : «Agir maintenant»

La justice élève une nation.
Pour donner un sens à l'état de droit voulu par l'ensemble de notre peuple, consacré tant dans l'exposé de motif, le préambule ainsi qu'à l'article 1er de constitution du 18 février 2005 ;
Vu l'importance qu'attache le Président de la République sur l'état de droit et son engagement irréversible contre la corruption,
Vu les abus de droit, la fraude, la corruption, les irrégularités, les indignations de l'opinion publique nationale manifestées ainsi que la violation des lois et la constitution de la République,
Vu que les décisions de justice sont rendues au nom du peuple Congolais et exécutées au nom du Président de la République,
Vu les paroles du chef de l'état, respectivement dans ses conférences de presse du 29 juin 2019 et du 02 juillet 2019 ainsi que sa déclaration à l'occasion de la commémoration de la journée Africaine de lutte contre la corruption du 11 juillet 2019,
Pour éviter cette grave crise politique en perspective, décidément engagé pour la cause noble de la justice et la paix, je propose à cet effet, ce qui suit :
1. Obtenir la démission de tous les juges de la Cour Constitutionnelle.
2. Suspension des arrêts iniques de la Cour Constitutionnelle et le maintien de la liste des élus telle que publiée par la CENI
3. Obtenir le remplacement des membres de la CENI hors mandat.
4. Modification de la loi électorale sur le mode du scrutin. Tous devant le souverain primaire.
5. Dissolution dès le 25 janvier 2020 de toutes les assemblées : Nationale, Provinciales ainsi que le sénat
Que vive la réconciliation nationale
Que vive la renaissance de la R.D.C
Fait à Kinshasa, le 12/07/2019
Me MUZA KAYEMBE Clément
Cadre de l'ACC