La ville de Kinshasa est descendue trop bas tant sur le plan moral, financier qu’environnemental. C’est le constant amer fait par Godefroid Mpoyi, à son entrée en fonction en qualité de Président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa.

Et devant cet état de choses, le redressement passe, en toute priorité, par des réformes, mais aussi et surtout, par la stricte application de la loi, parfois dans toute sa rigueur, en dépit de différentes menaces et pressions dont nous sommes l’objet de tous bords. C’est ce qu’il a fait savoir lors de la clôture de la session de mars 2019, le 1er juillet dernier. ‘’C’est pourquoi, les moyens de contrôle qui ont été mis en œuvre ont abouti à des sanctions à l’encontre des gestionnaires des services publics provinciaux et responsables de l’Exécutif provincial‘’, a-t-il déclaré. Il reste convaincu que, par rapport à la situation critique que connaît aujourd’hui la capitale, seul le contrôle peut contribuer à l’amélioration de vie des millions des Kinois. Il sied de noter que la présente session ordinaire se clôture dans un contexte particulier lié au fait qu’après élection et installation des Assemblées parlementaires, le Gouvernement, au niveau national, n’est pas encore mis en place. Toutefois, ‘’vous avez doté l’Assemblée provinciale de Kinshasa, pour la première fois, après 12 ans d’existence, d’un règlement administratif et d’un règlement financier‘’, a lâché le numéro un de l’APK. Ça aura été une session qui s’est bien illustré à travers des missions diligentées dans certains services provinciaux, dans le cadre du contrôle Parlementaire. En un laps de temps, l’Assemblée plénière a recouru aux différents moyens de contrôle si bien que les questions orales avec débat et les interpellations ont été initiées avec le résultat suscitant un grand bruit, fait du reste apprécié par plus d’un kinois. ‘’Mais, le travail doit continuer car, beaucoup reste encore à faire…‘’. Ci-dessous, l’intégralité du discours de l’honorable président de l’assemblée provinciale de Kinshasa à l’occasion de la clôture de la session ordinaire de mars 2019.

DISCOURS DE L’HONORABLE PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE PROVINCIALE DE KINSHASA A L’OCCASION DE LA CLOTURE DE LA SESSION ORDINAIRE DE MARS 2019
- Honorables Députés Nationaux et Honorables Sénateurs ;
- Excellence Monsieur le Ministre d’Etat en Charge des Relations avec le parlement ;
- Monsieur le Gouverneur de la ville de Kinshasa ;
- Honorables Membres du Bureau de l’Assemblée provinciale de Kinshasa ;
- Honorables Députés provinciaux et chers collègues ;
- Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement provincial de Kinshasa ;
- Messieurs les Premiers Présidents des Cours d’Appel de Kinshasa ;
- Messieurs les Procureurs Généraux près les Cours d’Appel de Kinshasa ;
- Monsieur le Commandant de la 14ème Région Militaire ;
- Monsieur le Commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise ;
- Messieurs les Directeurs généraux des Services publics provinciaux ;
- Mesdames et Messieurs les Bourgmestres ;
- Distingués invités, en vos titres et qualités respectifs ;
- Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Au lendemain de la fête commémorative de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale, se clôture la session ordinaire de mars 2019 selon les prescrits de l’article 16 point 1 de la loi portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces telle que modifiée et complétée par la loi n°13/008 du 22/01/2013.
Saisissant cette occasion, j’aimerais m’acquitter d’un agréable devoir de saluer et remercier, au nom des membres du Bureau de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, des honorables Députés provinciaux et au mien propre, toutes les autorités tant civiles, militaires que judiciaires qui ont daigné rehausser de leur présence cette cérémonie.
Les membres du Bureau et tous les autres collègues honorables Députés provinciaux sont heureux de votre présence qui témoigne de l’intérêt que vous portez à notre Institution ainsi qu’à ses activités menées au profit de la population Kinoise.
Avant toute chose, je rends un vibrant hommage à son Excellence Monsieur le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Garant de l’indépendance, à qui l’Assemblée provinciale de Kinshasa renouvelle toute sa confiance. C’est ici l’occasion, pour nous, de féliciter et encourager le Chef de l’Etat pour les nombreuses réalisations de son programme d’urgence de 100 jours que nous voulons voir se pérenniser et s’inscrire dans le programme du Gouvernement national que nous appelons de tous nos vœux.
- Honorables Députés et chers collègues,
- Distingués invités,
- Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs.
La présente session ordinaire se clôture dans un contexte particulier lié au fait qu’après élection et installation des Assemblées parlementaire, le Gouvernement au niveau national n’est pas encore mis en place.
C’est ici le lieu, pour nous, de saluer la nomination par le Gouverneur de la ville de Kinshasa, des autres membres du Gouvernement provincial à savoir les ministres provinciaux et les commissaires généraux.
Nous profitons de cette occasion pour féliciter ceux des nôtres qui sont nommés aux différents postes ministériels du Gouvernement provincial de la ville de Kinshasa.
Je suis personnellement ravi et heureux qu’ils soient issus de cette Assemblée provinciale qui a pour souci majeur ; l’amélioration des gestionnaires de la ville de Kinshasa, en combattant la médiocrité sous toutes ses formes. Je leur demande et, à travers eux, à tout le Gouvernement provincial, d’insuffler un nouveau dynamisme et une nouvelle vision dans la gestion de la chose publique, pour le bien-être de tous.
- Honorables Députés et chers collègues,
- Distingués invités,
- Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,
Je tiens à vous remercier, très chers honorables Députés provinciaux, pour le travail abattu au cours de cette session ordinaire dont le résultat réalisé a rencontré l’assentiment de la population kinoise dans son ensemble.
Ce travail n’a pas été de tout repos ; dans la mesure où, sans atermoiement, vous avez procédé à l’élection des Sénateurs et du Gouverneur de la ville de Kinshasa.
Mû par la même volonté et tenant compte des exigences légales et règlementaires, le Bureau définitif a été installé suivi des autres organes de l’Assemblée provinciale de Kinshasa à savoir :
- Les Commissions permanentes ;
- Les Groupes parlementaires ;
- La Conférence des présidents ;
- Le Comité des sages.
Vous ne vous êtes pas arrêtés en si bon chemin car vous avez doté l’Assemblée provinciale de Kinshasa, pour la première fois, après 12 ans d’existence, un règlement administratif et d’un règlement financier.
Pour vous conformer à ce que j’ai annoncé au début de cette Législature en liant l’acte à la parole, les missions ont été diligentées dans certains services provinciaux.
C’est pourquoi, dans le cadre du contrôle Parlementaire l’Assemblée plénière a recouru aux différents moyens de contrôle si bien que les questions orales avec débat et les interpellations ont été initiées avec le résultat que vous connaissez, fait du reste apprécié par plus d’un kinois. Mais le travail doit continuer, car beaucoup reste encore à faire.
En rapport avec le contrôle, je me fais le devoir de demander aux différents présidents des commissions de pouvoir déposer les rapports au bureau pour qu’ils soient soumis à l’Assemblée plénière afin de pouvoir, après examen approfondi, faire d’éventuelles recommandations dans le but de redresser la situation désastreuse que connaissent les services publics provinciaux.
- Honorables Députés et Chers collègues ;
- Distingués invités ;
- Mesdames, Mesdemoiselles et messieurs,
Comme vous le savez, le contrôle parlementaire initié par l’Assemblée provinciale constitue actuellement un sujet de brulante actualité suscitant une vague de débats dans le chef de la population Kinoise.
Sans pouvoir me justifier, il me parfait opportun de m’adresser à nos électeurs pour leur dire qu’à notre entrée en fonction en qualité de Président ; j’ai fait un constant amer : c’est que la ville de Kinshasa est descendue trop bas tant sur le plan moral, financier qu’environnemental.
A mon humble avis, devant cet état de choses, le redressement passe, en toute priorité, par des réformes, mais aussi et surtout, par la stricte application de la loi, parfois dans toute sa rigueur en dépit de différentes menaces et pressions dont nous sommes l’objet de tous bords.
C’est pourquoi, les moyens de contrôle qui ont été mis en œuvre ont abouti à des sanctions à l’encontre des gestionnaires des services publics provinciaux et responsables de l’Exécutif provincial.
Nous croyons bien faire, car le vote des kinoises et kinois, nous oblige. Voilà pourquoi le contrôle est une réalité non négligeable pour le développement de la ville de Kinshasa.
Par rapport à la situation critique que connait aujourd’hui la capitale, seul le contrôle peut contribuer à l’amélioration de vie des millions des Kinois. Ce qui, vous vous en doutez, a plus d’importance que les artifices de communication de la politique pour la politique ou la politique politicienne.
Notre objectif est de mettre en place une gestion saine de la chose publique dans une nouvelle vision pour le redressement de la capitale.
Ce processus continuera, sans désemparer son bonhomme de chemin. N’en déplaise à nos pourfendeurs qui ignorent qu’ils rament à contre-courant de la volonté du peuple de la capitale congolaise.
Nous ne sommes pas réglementaristes, mais s’ils ont causé du tort à la capitale, sincèrement, ils doivent faire acte de contrition et amende honorable au lieu de s’en prendre à ceux et celles qui bénéficient de la volonté de la population kinoise.
- Honorables Députés et chers collègues ;
- Distingués invités ;
- Mesdames et, Mesdemoiselles et Messieurs.
Pour que blason terni de la capitale soit redoré, il nous appartient, en tant qu’autorité budgétaire, de prendre des mesures appropriées qui s’imposent, pour changer la situation, tel que nous l’avons suggéré à l’occasion du discours inaugural de la session qui se clôture ce jour, il est impensable que la ville de Kinshasa, avec toutes ses potentialités, puisse avoir un budget de moins de 500 millions de dollars américains. C’est inacceptable, voire inadmissible.
Face à cette triste réalité, un budget rectificatif s’impose pour répondre, tant soit peu, au desiderata de la population Kinoise.
C’est pourquoi, nous demandons au Gouverneur provincial de proposer un collectif budgétaire.
Un effort accru doit être fait pour la mobilisation des recettes, ce qui suppose que les pratiques odieuses d’autre fois doivent être bannies.
Dans cette perspective, le Gouverneur provincial et les responsables des services publics provinciaux doivent donner le meilleur d’eux-mêmes en rectifiant le tir pour que le changement se réalise véritablement.
- Honorables Députés et chers collègues ;
- Distingués invités ;
- Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs.
Le budget de l’année 2019 adopté par l’Assemblée provinciale de Kinshasa prévoit la réhabilitation et la construction des écoles, des morgues ainsi que des routes d’intérêt provincial. Ce budget, après réaménagement, doit être exécuté pour le plus grand bien de la population Kinoise.
Pour ce qui est de l’assainissement de la Ville de Kinshasa, notre souhait le plus ardent est que le slogan KINSHASA BOPETO devienne une réalité. Le Gouvernement provincial devra mettre en œuvre une nouvelle politique pour la Régie d’Assainissement de Kinshasa et doter chaque district d’une antenne.
Il est préférable qu’il en soit de même pour la brigade de sapeurs-pompiers.
- Honorables Députés et chers collègues.
- Distingués invités
- Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs
Actuellement, la population Kinoise éprouve d’énormes difficultés pour son déplacement ; il n’est pas rare de rencontrer des attroupements de long de grandes altères de Kinshasa.
Cette situation est consécutive au nombre insuffisant des moyens de locomotion à savoir les bus affectés au transport urbain.
Or, la Ville de Kinshasa dispose d’une régie de transport urbain qui, à ce jour, est en perte de vitesse alors que les différents budgets adoptés par l’Assemblée provinciale ont toujours prévu des crédits pour l’acquisition des bus. Chose étonnante, ces bus n’ont pas été acquis pour les deux dernières années.
Cette épineuse question mérité un examen approfondi pour que des solutions durables soient proposées et appliquées pour le grand intérêt de nos populations.
En attendant, pour soulager, tant soit peu, les souffrances de la population kinoise, le Gouvernement provincial, doit faire respecter l’arrêté portant fixation du tarif pour le transport à travers la Ville de Kinshasa car on vit aujourd’hui un désordre indescriptible dans ce secteur.
Chaque transporteur, selon son bon vouloir, propose ses services à un tarif de son choix ; tout en pratiquant ce que les kinois appellent demi terrain. L’on doit remédier à cette situation le plus vite possible.
Dans le domaine de la sécurité, la Police nationale par son commissariat provincial devra redoubler d’efforts et mettre en œuvre des stratégies nécessaires pour combattre les bandits communément appelés « Kuluna » qui sèment la désolation dans le chef de la population Kinoise et ce, dans le respect des droits humains.
- Honorables Députés chers collègues ;
- Distingués invités ;
- Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs
Avant de clore mon propos, je m’en vais remercier l’ensemble du personnel administratif et politique de l’Assemblée provinciale de Kinshasa pour son assistance technique et matérielle au Bureau, ainsi qu’aux différentes commissions dans l’accomplissement de nos missions de législation, de contrôle et représentation.
Nous osons croire que les vacances parlementaires seront une période pendant laquelle le contact sera renoué avec nos électeurs pour leur faire part des activités de notre Institution.
Nous mettrons également à profit cette période pour palper du doigt les différents problèmes qui se posent à la base afin qu’à travers des initiatives parlementaires des solutions appropriées soient proposées.
Sur ce, je déclare chose la session Ordinaire de Mars 2019 et vous souhaite bonnes vacances parlementaires.
Que Dieu bénisse notre pays et lui donne de prospérer à tous égards ;
Que vive la République Démocratique du Congo ;
Que vive la Ville de Kinshasa ;
Je vous remercie !